Mémoires

Barack Obama regrette d’avoir traité des gens de «fif» dans son adolescence

Karl Mayer
Commentaires

Dans son livre de mémoires qui vient de paraître, Barack Obama reconnaît qu'il traitait les gens de «fif» à l'adolescence et affirme qu'il se sent «profondément honteux» de ce passé.

L'ancien président américain fait la révélation sur son passé homophobe dans le premier volume de ses mémoires, Promised Land, qui a été publié mercredi.

Dans le livre, Barack Obama parle avec franchise des perceptions péjoratives qu'il avait à l'égard des personnes LGBT dans les années précédant son entrée en politique, admettant que «ses attitudes envers les gais, les lesbiennes et les transgenres n'avaient pas toujours été particulièrement éclairées».

Barack Obama révèle qu'il avait une tante lesbienne et «regrette» l'homophobie chez les adolescents. «J'ai grandi dans les années 70, une époque où la vie des personnes LGBTQ était beaucoup moins visible pour les personnes en dehors de la communauté, de sorte que la tante Arlene s'est sentie obligée de présenter sa partenaire de 20 ans comme Marge, sa bonne amie chaque fois qu'elle nous rendait visite à Hawaï».

«Et comme beaucoup d’adolescents au cours de ces années, mes amis et moi nous adressions parfois des mots comme 'fif' ou 'gai' comme des tentatives insensées pour fortifier notre masculinité et cacher nos insécurités», admet-il.

«Une fois que je suis arrivé à l'université et que je suis devenu ami avec des camarades et des professeurs qui étaient ouvertement homosexuels, j'ai réalisé la discrimination et la haine manifestes auxquelles ils étaient soumis, ainsi que la solitude et le doute de soi que la culture dominante leur imposait. J'ai eu honte de mon comportement passé - et j'ai appris à faire mieux», poursuit l'ancien président.

«Avec l'avortement, les armes et tout ce qui a rapport avec les sujets raciaux, les droits des personnes LGBTQ et l'accueil des migrants a été au cœur de la bataille culturelle américaine pendant des décennies. Notamment parce que cela pose une question fondamentale pour notre démocratie : est-ce que nous considérons que ces personnes appartiennent véritablement à la famille américaine ? Est-ce qu'ils méritent les même droits, le même respect et les mêmes égards que nous avons pour nous-même ?», s'interroge encore l'ancien président.

Arrivé au pouvoir, Barack Obama a mis en œuvre ses perceptions désormais évoluées en faveur des personnes LGBT tant que président, abrogeant l'interdiction des soldats ouvertement homosexuels dans l'armée américaine, utilisant les pouvoirs exécutifs pour mettre en place des protections de non-discrimination des personnes LGBT au niveau fédéral, adoptant une loi fédérale sur les crimes haineux d'homosexuels.

L'assassinat de Matthew Shepard et la nomination de deux juges pro-LGBT à la Cour suprême ont par ailleurs contribué à faire pencher la balance en faveur de l'égalité du mariage.