La Chambre de commerce LGBT du Québec

2019-2020, le bilan d’une année hors normes ~ acte 2

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Fugues


Programmée initialement fin juin, l’assemblée générale annuelle (AGA) de la Chambre de commerce LGBT du Québec s’est déroulée fin septembre et de manière virtuelle à cause de la pandémie de Covid-19. Nous présentons ici la seconde partie de cette AGA avec Thierry Arnaud, président de laCC-LGBT-Q, en revenant sur les évènements marquants de la Chambrependant cette demie année pour le moins hors des sentiers battus…

 
 
«Le 15 mars 2020 fut un coup de tonnerre, sonnant le début de confinement qui mettait fin à tous les espoirs de rapprochement physique et social tel qu’on les met en place lors de nos événements», rappelle Thierry Arnaud. «Avec le conseil d’administration, la décision a été prise dès le début du mois de mars de reporter le Phénicia en mai 2021, ainsi que les [email protected] Deux mots d’ordre ont été signifiés: tout d’abord préserver les acquis; puis mieux 
rebondir après la pandémie!»
 
«Préserver les acquis, c’est conserver la chambre vivante», détaille son président. «Tout d’abord en préservant son bas de laine. En effet, les 50 000$ de fonds propres de notre Chambre de commerce nous permettent de continuer à fonctionner avec un déficit d’environ 10 000$ par an, sans permanence autre que bénévole.»
 
Une migration nécessaire
«Au niveau administratif, la priorité reste notre migration sur Yapla qui est en cours de mise en place. Une nouvelle plateforme qui nous permettra, grâce au CRM intégré (Customer relationship management), de gérer le membership avec beaucoup moins d’heures de travail à y consacrer. Pour cela, je remercie Yves Guérin et Mathieu Vézina pour leur travail.»
 
Pour ce qui est de rebondir après la pandémie, la stratégie est simple et sécuritaire, les commandites de la TD et de Mc-Carthy Tétrault pour les [email protected] sont reportées à l’an prochain «et le seront même à l’année suivante s’il le faut, avance Thierry Arnaud, de façon à nous permettre de redémarrer, sur les chapeaux de roues, nos [email protected] tels que nous les avons vécus par le passé. Car je suis persuadé qu’une fois la population vaccinée, tout le monde aura hâte de revivre les [email protected] que nous avons déjà connus», affirme le président de CC-LGBT-Q.
 
Un comité "Activités" pendant la pandémie
Entretemps, la Chambre doit se réinventer et un comité Activités a été créé pour réfléchir à la forme que devront prendre les vidéo-conférences. Ce comité a travaillé régulièrement chaque lundi soir d’avril à juin. «Des sondages ont été envoyés à nos membres afin de nourrir nos réflexions ainsi que pour trouver des bénévoles: Denis-Martin, Gilbert Émond, Frédéric Corbi, Patrick Blanchette, Alan Taliaféro. Notre vice-président Jonathan Marleau travaille à monter une série de vidéo-conférences avec la participation des membres.»
 
Des expériences ont été faites grâce à l’aide de la TD avec notamment une Table ronde sur la résilience du marché immobilier le 7 juillet dernier avec entre autres Caroline Salette, Mike Tannous et Patrick Desmarais. Une autre a eu lieu le 20 Octobre dernier sur la transmission successorale des entreprises, avec François Desmarais et Annie Boivin, de Gestion de patrimoine TD.
 
Maintenir les contacts
«Nous avons par ailleurs augmenté la fréquence de nos infolettres», fait remarquer Thierry Arnaud. «Il s’agissait, en mars-avril, de diffuser les informations sur la pandémie et notamment le guide sur la COVID de la FCCQ. Puis de donner des nouvelles de nos commanditaires, La TD et McCarthy Tétrault qui ont mis en place des ressources pour aider les entreprises. Enfin, depuis juillet, nos infolettres diffusent des nouvelles de nos membres. Ainsi, l’Estérel Resort offre une 
réduction à nos membres, l’Orchestre classique de Montréal a présenté en première québécoise l’opéra As-One en novembre et nous avons lancé un appel à donner vos vieux laptops et autres outils techniques à l’Accueil Bonneau qui en a bien besoin pour permettre à ses employés de travailler à distance notamment…»