Biographie

Un musicologue affirme que des lettres d'amour homosexuelles de Chopin ont été modifiées

Chantal Cyr
Commentaires

Des lettres d'amour homosexuelles écrites par le compositeur polonais Frédéric Chopin ont été délibérément mal traduites par les historiens pour dissimuler sa sexualité, affirme un journaliste musical suisse.

Selon le quotidien britannique The Guardian, le journaliste musical suisse Moritz Weber a effectué des recherches autour des lettres écrites par Chopin pendant le confinement sanitaire quand il a découvert une "série de déclarations d'amour destinées à des hommes".

Ses découvertes ont été exposées dans l’émission de radio "Chopin’s Men", diffusée par la radio-télévision suisse SRF, et Moritz Weber a insisté sur le fait que certains écrits du compositeur devaient avoir été intentionnellement mal traduits.

Par ailleurs des écrits du musicien suggèrent un intérêt pour la recherche de relations sexuelles dans les toilettes publiques.

Il existe 22 lettres enregistrées de Chopin au même ami, Tytus Woyciechowski, signées ainsi : "Donnez-moi un baiser, très cher amant".

Selon le biographe anglo-canadien Alan Walker dans son livre de 2018 "Fryderyk Chopin: A Life and Times", les mêmes lettres d'amour homoérotiques écrites par Chopin seraient le résultat d'une "confusion psychologique", et Woyciechowski n'aurait été qu'un "ami intime".

Dans le même mouvement de dénégation, une traduction des lettres publiées par l'Institut Fryderic Chopin à Varsovie décrit son "idéal" amoureux en tant que femme, malgré une lettre originale adressé à Tytus Woyciechowski.

Un porte-parole de l'institut a pris la parole dans l'émission de radio et a admis qu'il n'y avait aucune preuve réelle que Chopin ait eu des relations avec des hommes, seulement des rumeurs.

Le traducteur de la lettre de 1829 a déclaré au Guardian: "C'était un romantique qui ne faisait définitivement pas de discrimination entre les hommes et les femmes dans ses expressions d''amour'. Mais dire qu’il y a une sorte de complot derrière les lettres 'manquantes' dans les différentes éditions critiques est absurde. L’institut est en effet une organisation politiquement conservatrice, mais je n’ai trouvé aucune correction dans l’édition polonaise concernant la sexualité de Chopin".

Selon Moritz Weber, "le fait que Chopin ait dû cacher une partie de son identité pendant longtemps, comme il l'écrit lui-même dans ses lettres, aurait laissé une marque sur sa personnalité et son art. La musique lui a permis de s'exprimer pleinement, car la musique pour piano a l'avantage de ne contenir aucun mot".