Église catholique

Le pape nomme un cardinal au Mexique qui pense qu’être gai est une «contagion»

Simon Leclerc
Commentaires

Le nouveau cardinal, évêque émérite mexicain Felipe Arizmendi Esquivel de San Cristobal de Las Casas reçoit son chapeau de biretta du pape François lors d’un consistoire pour créer 13 nouveaux cardinaux, le 28 novembre 2020 à la basilique Saint-Pierre au Vatican. 

Le pape François a nommé un nouveau cardinal résolument homophobe au Mexique, qui estime qu’être gay est une «contagion» qui se répand.

Felipe Arizmendi est un prélat de l’Église du Mexique âgé de 80 ans, qui est évêque catholique depuis 1991, et a été l’un des 13 nouveaux cardinaux nommés par le pape François au Vatican samedi 28 novembre.

Arizmendi est connu pour ses opinions progressistes en ce qui concerne les droits des autochtones et les migrants, et a passé des décennies à servir les communautés autochtones et pauvres du sud du Mexique.

Cependant, il est également connu pour ses opinions extrêmement conservatrices et homophobes sur la sexualité.

En mai 2016, l’ancien président du Mexique, Enrique Peña Nieto, a signé une initiative visant à modifier la constitution du pays et à légaliser le mariage homosexuel au niveau fédéral.

À l’époque, Arizmendi a déclaré dans un message dimanche que si un couple de même sexe veut vivre ensemble, « ils sont libres de le faire, même si moralement ce n’est pas bien accepté ».

Il a ajouté: « Appelez ces unions des mariages égaux, la coexistence conjugale, le partenariat matrimonial ou autre, mais ne les appelez pas mariage. »

Arizmendi a poursuivi en décrivant le fait d’être gay comme une «contagion» qui se propageait aux communautés autochtones dans lesquelles il exerçait son ministère.

«Avant, il n’y avait pas ce problème d’homosexualité, mais aujourd’hui, il se produit à cause de la contagion des communautés urbaines, des universités et des médias. 

«Certains disent que l’homosexualité est une chose naturelle. Si c’était naturel, cela serait également présent dans toutes les communautés autochtones, et ce n’est pas le cas.

Si la loi avait été approuvée, elle aurait également étendu les droits d’adoption à tous les couples de même sexe au Mexique.

Sur ce point, l’évêque a déclaré: «Les enfants ont besoin des deux personnages: féminin et masculin, c’est un droit des enfants, pas une discrimination contre les homosexuels, ce n’est pas l’homophobie, c’est le respect de la nature humaine.» 

L’initiative de Nieto a été rejetée et la légalisation du mariage homosexuel reste du ressort des États mexicains.

Arizmendi a également provoqué l’indignation lorsqu’il a blâmé les abus sexuels sur des enfants au sein de l’église catholique à la télévision et dans le porno.

En 2010, il a fait face à de sévères réactions négatives pour avoir déclaré lors d’une réunion d’évêques à Mexico: «Avec tant d’invasion de l’érotisme, il n’est parfois pas facile de rester célibataire ou de respecter les enfants.

«Si à la télévision, sur Internet et dans tant de médias, il y a de la pornographie, il est très difficile de rester pur et chaste.

«De toute évidence, lorsqu’il existe une liberté sexuelle généralisée, il est plus probable qu’il y ait des cas de pédophilie.»