Lundi, 4 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Quand le rêve devient réalité

    Volkswagen ID.Buzz
    J’en ai rêvé à l’aube de ma vingtaine, mais le chum de l’époque préférait que l’on visite l’Europe sur le pouce ou à bicyclette. De ce fait, nous avons fait l’Islande sur le pouce, huit semaines en tout, et je regrettais de ne pas avoir été plus insistant pour faire l’achat d’un van Volkswagen. Symbole de liberté, de road trip, de soirées au bord du Pacifique, de l’Atlantique, surtout dans sa version Westfalia, équipé de matelas, d’un mini bloc-cuisine et d’un toit qui se soulevait. Ce véhicule mythique revient sous le nom de ID.Buzz. ID étant les deux lettres magiques chez Volkswagen pour les véhicules électriques. Un mois avant sa présentation officielle qui a lieu ce mois-ci, nous avons un aperçu de l’intérieur du véhicule. Une configuration classique, certes, mais avec une planche de bord qui se veut minimaliste. Un petit écran derrière le volant et, au centre, un écran géant. Plus aucun véhicule ne peut échapper aux nouvelles technologies d’infodivertissement. Polyvalent, le ID.Buzz devrait faire le buzz aussi bien dans l’industrie du taxi, pour les livraisons en ville, pour une famille ayant besoin d’espace ou pour des plus jeunes qui voudraient vivre le frisson des années 70 en partant à l’aventure à travers le continent du nord au sud.
     

    Mercedes EQS 580 4MATIC
    Il est rare que je m’aventure à écrire sur des véhicules de luxe, sachant que la majorité des lecteurs et des lectrices de Fugues réfléchiront à deux fois avant d’investir plus de 100 000 $ dans un véhicule pour leurs déplacements quotidiens ou pour leurs loisirs. Mais il fallait tout de même mentionner que la première Mercedes tout électrique vient de faire son entrée dans les concessionnaires du Québec. Et la firme allemande a voulu démontrer tout de suite que son savoir-faire pouvait très bien se conjuguer avec des batteries et placer ainsi la barre très haute pour la concurrence. En fait, la EQS (EQ désignant le tout électrique chez Mercedes et le S, sa place dans la gamme) se détaille à partir de 144 000 $ et comme souvent chez les constructeurs allemands, la moindre option se paie aussi très cher. Bien sûr, ne comptez pas sur les exemptions fiscales, la EQS ne se qualifie pas pour les subventions provinciale et fédérale.
     

    EQS 580 4MATIC

    Cependant, les quelques futurs propriétaires en auront pour leur argent. Pour commencer, son autonomie avoisine les 600 km, tout en rappelant qu’elle pourrait être moins grande en fonction de la température et de l’état des routes. On ne peut s’attendre à parcourir un si grand nombre de kilomètres par temps froid par exemple. Un détail à prendre en considération pour mieux prévoir ses déplacements. Berline aux allures de coupé, la EQS se distingue avec sa silhouette en arche et met l’accent bien évidemment sur le luxe. Bien sûr, quelques ajouts technologiques l’équipent pour mieux la distinguer des autres, comme les roues arrière qui se déplacent en parallèle des roues avant pour, par exemple, doubler sur l’autoroute ou encore, en option, ces mêmes roues qui tournent à contresens de celles d’en avant pour mieux se faufiler dans des espaces réduits, rues ou stationnements. Il est vrai que la EQS est longue, soit plus de 5,20 m.

    Deux moteurs électriques propulsent la EQS dotée d’un rouage intégral et d’une batterie de 107 kWh, développant ainsi une puissance de 516 chevaux qui permet de passer de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes. Ce que très peu de propriétaires se permettront de vérifier.

    Ce qui retient le plus d’attention, c’est la nouvelle conception du tableau de bord que l’on retrouvera sûrement sur d’autres modèles de la marque. Baptisé Hyperscreen, le tableau se compose de plusieurs écrans qui s’étendent de la porte du conducteur à celle du passager, avec un vaste évasement vers le bas au centre. Derrière le volant se situent les contrôles essentiels pour la conduite. Au milieu, on retrouve le plus grand des écrans d’infodivertissement, avec une réplique plus petite du côté passager, de telle sorte que ce dernier pourra lui aussi s’amuser à changer, par exemple, la musique, etc. Bien sûr, l’expérience de conduite se révèle exemplaire, on surfe sur l’asphalte grâce aux suspensions qui s’adaptent automatiquement aux irrégularités des routes pour éviter de troubler le confort des passagers. De plus, l’isolation phonique donne la possibilité à ces derniers de converser comme dans un salon.
     
    La Mercedes EQS se donne des allures d’œuvre d’art sur roues, puisqu’on a réuni aussi bien la technologie de pointe enveloppée dans une jolie bulle qui attire automatiquement
    le regard.
        
     
    KIA EV6
    La Kia EV6 débarque enfin au Québec et la gamme de prix vient d’être annoncée. Sachez toutefois que les premiers exemplaires ont déjà été réservés depuis l’automne dernier. Et on comprend rapidement pourquoi. Tout d’abord, les lignes de la voiture qui lui donnent une face avant terriblement sportive pour une auto dont ce n’est pas la vocation. Le charme se fait sentir tout de suite. Vue de l’arrière, la rampe lumineuse qui ceint le hayon jusqu’aux ailes arrière retient l’attention. La Kia EV6 joue la séduction. De plus, toutes les versions de base peuvent être équipées de l’autonomie prolongée, alors que celle-ci est incluse dans les versions à rouage intégral. Elles peuvent aussi être dotées en option d’une pompe à chaleur qui préserve l’autonomie par temps froid. Pour la version de base, l’autonomie standard en mode propulsion se situe aux alentours de 370 km et frôle même les 500 km avec l’autonomie prolongée. Si les designers de Kia ont rivalisé d’audace et d’harmonie pour la silhouette de la EV6, ils ont appliqué la même recette pour le tableau de bord. L’harmonie semble le maitre mot, de même que la simplicité. Reste à déterminer si la promesse de ce bel emballage se retrouvera en matière de plaisir de conduite et de fiabilité. Mais, là encore, on peut se rassurer, car Kia propose aujourd’hui une gamme d’autos qui pourrait facilement en remontrer à d’autres constructeurs. 
       
    Prix de la Kia selon les versions
    Propulsion, autonomie standard : PDSF de 44 995 $
    Propulsion, autonomie prolongée : PDSF de 52 995 $
    Rouage intégral, autonomie prolongée : PDSF de 54 995 $
    Rouage intégral, autonomie prolongée, GT-Line 1 : PDSF de 57 995 $
    Rouage intégral, autonomie prolongée, GT-Line 2 : PDSF de 61 995 $


    INFOS | www.villemariekia.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité