Mardi, 28 juin 2022
• • •
    Publicité

    Un accident à la Marche des fiertés de Bordeaux fait 6 blessé.e.s parmi la foule

    Six personnes ont été blessées dimanche à Bordeaux, dont trois graves hospitalisées, après l’effondrement partiel de la structure métallique d’un char de la Marche des fiertés LGBT+ sur la foule.

    Six personnes ont été blessées dimanche à Bordeaux, dont trois graves hospitalisées, après l’effondrement partiel de la structure métallique d’un char de la Marche des fiertés LGBT+ sur la foule, ont annoncé la municipalité et la préfecture de Gironde.

    “Le bilan définitif fait état de trois blessés graves évacués à l’hôpital (un homme et deux femmes), trois blessés sans gravité transportés à l’hôpital (deux femmes et un homme) et deux femmes blessées sans gravité, qui n’ont pas fait l’objet d’une hospitalisation”, a précisé la préfecture de la Gironde à l’AFP.

    La municipalité a évoqué “la chute de barrières métalliques d’un char sur des participants”.

    “La structure métallique d’un des chars s’est prise dans les arbres et est tombée sur des personnes”, a indiqué de son côté la préfecture.

    Cette structure se trouvait en haut du char, sur une plateforme à l’arrière d’un camion, a constaté un journaliste de l’AFP.

    Pour le maire écologiste Pierre Hurmic, les branches d’arbres ne sont “pas forcément” en cause “mais tout reste ouvert au niveau explication”, a-t-il indiqué à l’AFP.

    Un enquête judiciaire a été ouverte, qui “devra déterminer si le passage du cortège dans des branches ont pu contribuer à affaisser une structure qui aurait été insuffisamment arrimée”, a expliqué le parquet de Bordeaux.

    Le cortège qui comptait 4 800 participants selon la préfecture a été interrompu et un périmètre de sécurité a été mis en place sur le cours Victor-Hugo où s’est produit l’accident en fin d’après-midi. Les pompiers et le Samu sont intervenus sur place.

    Des incidents ont par ailleurs émaillé le passage du cortège dont des participants ont été visés par des jets de projectiles lancés depuis des toits, des “actions anti-gay-pride”, selon le maire Pierre Hurmic. Neuf suspects ont été interpellés et placés en garde à vue pour “violences avec armes par destination”, a précisé le parquet.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité