Jeudi, 2 Décembre 2021
• • •
    Publicité

    Fierté Montréal Pride 2019 : Une fierté comme on ne l’avait jamais vu auparavant

    Et c’est le cas de le dire! D’entrée de jeu, on peut dire que l’atmosphère était à la fête, que la foule se dénombrait à environ 350 000 spectateurs, parmi lesquels on comptait de nombreuses familles et beaucoup, vraiment beaucoup de jeunes. Plus colorés que jamais, les groupes, organismes, institutions et entreprises essayaient tant bien que mal de respecter le thème de la couleur mauve du drapeau arc-en-ciel.

    Près de 12 000 marcheurs qui intégraient 198 groupes ou contingents – ce qui a fracassé des records pour Montréal – ont pris part au défilé. Quelques protestataires n’ont ainsi pas réussi à miner la bonne humeur, le dynamisme et l’entrain des marcheurs, des organismes communautaires et des firmes qui, de plus en plus, affichent leur ouverture à la diversité de genre et d’orientation sexuelle.

    Encore une fois, ce défilé (le 36e défilé LGBT à se tenir dans la métropole) empruntait la voir nord du boulevard René-Lévesque, de Stanley à Alexandre-DeSève, soit une distance d’environ 2,7 km.

    On ne compte plus les compagnies ou les regroupements sectoriels qui ont créés, avec le temps, des comités de la diversité, un réseau LGBTQ, etc. Trop souvent vu comme ultra conservateur, le secteur des institutions financières et des assurances s’est clairement ouvert à la diversité laissant ainsi s’afficher publiquement un grand nombre de leurs employés et de leurs alliés dans cette marche.

    Le domaine du transport, avec Air Canada (qui présentait le défilé cette année), la STM, Via rail et le CN, n’était pas en reste.

    Drag-queens, gars de cuir, «puppies», super héros, jeunes déguisés en peluche, tout le monde sort pour manifester ses goûts, ses préférences et ses revendications pour démontrer que tout n’est pas acquis et que la route pour la pleine reconnaissance des droits est encore longue ici comme ailleurs.

    Bien sûr, il y a les habitués: le GRIS-Montréal, la Coalition des familles LGBTQ+, À pieds levés, le Club Bolo, Équipe Montréal et les différents clubs sportifs et de loisirs, les JAG (Jeunes adultes gais et LGBT de Saint-Hyacinthe), Fierté Agricole, entre autres, mais on a pu observer aussi le groupe chaudement applaudi de Fierté Val d’Or, une délégation du Vermont, Fierté Winnipeg qui invitait d’ailleurs les gens à y séjourner pour ses festivités en mai 2020. Et puis il y avait cet unique marcheur avec sa banderole de Hong Kong Pride. Curieusement, de l’autre côté du terre-plein, on pouvait voir des drapeaux de la République populaire de Chine portés par un groupe, comme en protestation à ce marcheur solitaire… Oui, Pékin a le bras long.

    Les politicien.nes défilent et ne se défilent pas

    Revenant du congrès des jeunes caquistes, à Sherbrooke, François Legault s’est joint aux nombreuses personnalités politiques du cortège. «C’est la première année que je suis premier ministre, je pense qu’on peut être fier, le Québec est l’un des endroits des plus ouverts, où on ne fait pas de distinction […]», a dit François Legault sous les yeux attentifs du premier ministre Justin Trudeau et de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

    «M. Legault doit entendre qu’il y a des gens dans la communauté qui sont insatisfaits, mais qu’il soit là [M. Legault] c’est la moindre des choses. Tout le monde est là à la Fierté et c’est bien ainsi», a voulu noter Manon Massé, la co-porte-parole de Québec solidaire.

    On a pu voir dans la foule quelques pancartes et un petit groupes de jeunes qui scandait «Fuck Legault». Par ailleurs, un regroupement portant un drapeau palestinien, protestait contre la présence de Justin Trudeau criant «Trudeau hypocrite» et un protestataire exigeait de lui un recul concernant les pipelines.

    Prix du Jury 2019
    Le Jury composé de Julie Lemieux (mairesse de la municipalité de Très-Saint-Rédempteur et gouverneure à la Fondation Émergence), d’Yves Ulysse (ex-coprésident d’Arc-en-Ciel d’Afrique et directeur chez M3/Mode Masculine Montréal) et de Michel Villeneuve (membre du Conseil d’administration de Fierté Montréal), a octroyé les prix suivants :

    Groupes communautaires:
    ex-aequo Coalition des familles LGBTQ+ et Enfants transgenres Canada

    Interprétation du thème (la couleur mauve):
    le Casino de Montréal

    Animation de foule:
    GRIS-Montréal

    Chorégraphie de groupe:
    Sunlife

    Costumes et maquillage:
    Musée des beaux-arts de Montréal

    Groupe corporatif qui s’est démarqué:
    Banque TD

    Plus tôt, avant le départ qui a été donné finalement vers 13h30, plusieurs politiciens participaient à une conférence de presse pré-défilé. «Il ne faut pas juste être content de ce défilé lors de la Fierté, il faut aussi continuer d’apporter des changements concrets et positifs dans la vie des gens», a commenté le premier ministre Justin Trudeau lors de la conférence de presse avant le départ du défilé.

    «Je tiens à souligner et à remercier cette culture militante qui est si importante dans une ville comme Montréal, entre autres, parce que ça fait avancer notre réflexion, ça nous ouvre l’esprit et ça change le monde. Ça change la société», a noté la mairesse de Montréal, Valérie Plante, prenant la parole après Justin Trudeau. «Montréal est LA ville où doit se tenir le World Pride 2023», a-t-elle lancé en rapport avec la candidature de Montréal à cet important rassemblement mondial LGBT.

    «C’est un défilé très important pour l’avancement des droits LGBT, pour atteindre la pleine acceptation et la reconnaissance sociale», a tenu à souligner le président fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault.

    «On est maintenant en campagne pré-électorale et on veut montrer au monde qu’on est là pour les gens», a dit pour sa part le chef du NPD, Jagmeet Singh qui arborait un beau turban jaune pétant.

    «Cette journée-là est agréable, elle est le fun, mais elle est aussi nécessaire et utile. Tous les enjeux ne sont pas réglés et la discrimination existe toujours», a dit quant à lui Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois. Les chefs Andrew Sheers et Maxime Bernier brillaient par leurs absence.

    Ouverture autochtone

    Les groupes autochtones se sont succédés sur la Scène TD pour offrir un spectacle haut en couleurs avec des chants, des tambours, des danses et des costumes chatoyants. On a offert des prières aux Grands Esprits pour bénir la Terre et toutes les nations.

    Hommage à l’esprit de Stonewall

    Discours engagé, chanson, poésie et cri du cœur… la parole s’est déliée lors de la Veillée revendicatrice, Stonewall 50 au Parc Émilie Gamelin. 

    La foule clairsemée, composée de bien des jeunes, tapait des mains et chantait également dans la bonne humeur. Animée par la dynamique Sandy Duperval, cette cérémonie d’ouverture a culminée lorsque les coprésident.es d’honneur Monica Helms, la créatrice du drapeau trans, et Anan Bouapha, le fondateur du groupe LGBT laotien Proud To Be Us Laos, ont hissé respectivement les bannières trans et arc-en-ciel au-dessus du parc des Faubourgs.

    Cette année, c’est au Casino que Fierté Montréal a donné le coup d’envoie de sa programmation. Les drag queens, DJ, danseurs et chanteurs étaient au rendez-vous pour animer la soirée au Bar Valet de carreau.

    MPU Loud & Proud de Fierté Montréal avec les DJs Franz & Diskommander et des performances par Scarlet Envy de RuPaul’s Drag race Saison 11, le king des kings Charli Deville, Barbada de Barbades et ses danseurs. 

    Les activités de la Fierté Montréal Pride 2019

    La Journée communautaire, un succès sur toute la ligne

    Foule record lors de cette journée qui avait pour objectif de mobiliser, d’éduquer et d’amuser. Les groupes et entreprises alliés des communautés LGBTQ+ avaient aménagé des kiosques, comme c’est la tradition le long de la rue Sainte-Catherine Est, entre les rues Saint-Hubert et Papineau. Cette journée a permis à la fois aux membres des communautés LGBTQ+ et à la population en général de découvrir une variété d’organismes et de groupes communautaires, de commerces, de clubs sportifs et socioculturels, tous plus colorés les uns que les autres.

    Une foule de locaux et de touristes américains s’est massée pour entendre Steve Grand qui n’a pas seulement revisité les conventions, au cours des 4 dernières années, mais a également redéfini la notion du succès pour un chanteur/compositeur de sa génération. Il en a profité pour jouer plusieurs plages de son nouvel album en plus de ses succès.

    Le jeune crooner Mike Lee, originaire de l’île de la Réunion et ex-candidat de Star Académie, présentait à Fierté Montréal, dans l’Espace Casino de Montréal, son spectacle «Bon chic Bon genre» qui tourne depuis un ans à travers le Québec.

    Exposition Inclusion @ Espace Village

    Denis-Daniel Boullé de Fugues, Éric Pineault de Fierté Mtl, Yves Lafontaine de Fugues, André Passiour de Fugues et Yunus Chkirate, artiste peintre et organisateur de l’exposition.
    Katharine Setzer, Yunus Chkirate, Kat Coric, Simon Cholette et un ami.
    Une brochette d’artistes: Marc Chabot, Yunus Chkirate, Joannie Boulais, Gerardo Labarca, Olicorno et Kat Coric


    Party érotique lesbien Paradise Circus de HER pour la Fierté au Cabaret Lion d’Or.


    Uma Gahd au spectacle House of Laureen.

    La famille de House of Laureen présentait leur tout dernier spectacle au Cabaret Cléopâtre durant les festivités de Fierté 2019.


    Méga T-Dance

    Le méga T-Dance concluait en beauté les festivités de Fierté Montréal 2019! Sous le soleil et dans une humidité quasi tropicale, la foule s’est déplacée en très grand nombre (au point que la ligne d’attente pour entrée en début de soirée s’est allongée) pour danser sur les rythmes exaltants et contagieux de Lady McCoy, de l’excellente Las Bibas de Vizcaya et du légendaire Tom Stephan. Peaux moites, corps entrelacés, l’ambiance était électrisante.

    Le spectacle Supernovas

    «Je peux pas vivre sans être aimé…» … pour reprendre les paroles de la chanson de Claude Dubois qui a terminé la soirée concoctée par la grande prêtresse, magicienne un peu sorcière, Marleen Ménard.

    Une soirée sous le signe du partage, de la tendresse de l’amour. Les 12 artistes réuni.es, et non des moindres, n’étaient pas là pour conquérir un public mais pour partager ensemble un grand moment d’émotion. Des jeunes de la relève comme Cassiopée, King Melrose, ou encore Debbie Lynch-White (Unité 9). Et des valeurs sures, comme Luce Dufault, Florence K et… Claude Dubois. Des chansons incontournables de ses artistes, des reprises, ou encore des créations, Marleen Ménard a su réunir dans la joie des trios représentatifs de la diversité avec les chanteuses Marie-Christine Depestre, Kim Richardson, et bien d’autres. Un spectacle de haut calibre grâce aux prestations talentueuses des invité.es, mais surtout qui reflétait bien le besoin d’être ensemble. Marleen Ménard, magicienne? Sans nul doute.

    La jeune phénomène musical qui a fait la couverture de Fugues il y a deux ans a offert tout un show à ses fans qui s’étaient déplacés pour l’entendre.


    Le spectacle Illusion… de rêve!

    Qualité garantie; succès et bonheur assurés! Les drags de la relève ont ouvert le show en super-héros, annonçant d’autres héros: la première montréalaise des britanniques underground Drag’Syndrôme, des drag-queens vivant avec la trisomie 21! Surpris d’abord, le public s’est enthousiasmé pour eux. La scène ensuite n’a pas dérougi sous un feu roulant de drag-queens et de danseurs. Plusieurs prestations théâtralisées ont emmené plus loin l’aspect music-hall d’un show de drag-queens: Chapeau à Marla Deer et sa Petite Vie, Rock Bière et son Ballon chasseur, Tracy Trash et sa Mary Poppins, Peggy Sue et son Casse-Noisettes sur la musique de Queen, ou Adriana Schatzi en terrible Reine de Cœur d’Alice au pays des merveilles. Et le public a chanté The heart will go on avec Ladiva Live en Céline. Deux belles surprises: le Drag’Challenge avec Caroline Néron et un Jean-François Breau – gansé de cuir! – en Olivia Newton-John dans Grease, puis Marie-Mai en personne avec Gisèle Lullaby, son double.


    Une édition mémorable de Drag Superstars

    C’est dire la qualité à laquelle on pouvait s’attendre et on n’a pas été déçu. Sasha Velour a eu la gentillesse d’accueillir le public en français avec un petit discours qu’elle avait préparé! Puis ce fut une ronde folle de toilettes magnifiques, souvent flamboyantes, parfois ponctuées d’effeuillages à faire grimper la foule aux rideaux! Parlant foule – un public d’aficionados de l’émission RPDR – pas moins de 22 000 personnes (selon la police) se sont pressées (littéralement) dans le parc des faubourgs. Certaines pour assister au spectacle de Roxanne Bruneau (Scène Casino), mais la majorité au show des RPDR (Scène TD). Toujours selon la police, 8000 personnes sont restées dehors, attendant que certains sortent pour assister au spectacle jusqu’à 23h passé.

    Sasha Velour changeait de toilette toutes les deux interventions présentant ainsi sa garde-robe, éclectique et incroyable, aux différentes couleurs de l’arc-en-ciel. Les 11 drag superstars ont chacune interprété deux tounes reprises en chœur par un public surexcité, lors des deux parties de soirée. On se souviendra particulièrement des prestations de Detox descendue dans la foule, et son duo avec William en Britney; celle de Yvie Oddly au style très particulier et très gymnique, comme Vanessa Vanjie Mateo, et la sculpturale Naomi Smalls dont l’effeuillage provoquait l’hystérie à chaque morceau de linge…

    À la mi-temps, le spectacle de drags du Québec a enthousiasmé la foule. Jimmy Moore (Madonna), Charli Deville (Justin Bieber), Tracy Trash (Marilyn), Barbada habillé du drapeau américain, et Marla Deer en… Trump! Sans oublier Rita Baga, très attendu du public, vêtue d’une symphonie de mauve dans un style très « Thierry Mugler », portant une pancarte «Soutenez vos drags locales», ce qui a bien fait rire Sasha Velour lors de l’ovation finale du public. Bravo Rita!


    Ariane, sous une pluie d’étoiles

    Bien que son étoile brille au firmament des (rares) célébrités féminines québécoises étant ouvertement gaies, nous avons rarement vu Ariane Moffatt performer lors des célébrations de la Fierté.

    Dire qu’elle était attendue par ses fans le 9 août dernier au parc des Faubourgs pour ce spectacle qui allait marquer le début des célébrations de cette treizième édition de Fierté Montréal, relève pratiquement de l’euphémisme. Or, qui dit scène extérieure, dit négocier avec l’humeur de Dame nature qui était déchainée, à l’image de la performance d’Ariane qui ne s’est guère laissé intimider par la pluie diluvienne.

    Accompagnée de 7 musiciens, elle a offert, derrière son piano, nombre de ses compositions, sans oublier, quelques reprises dont Sweetest Taboo de Sade. Malgré quelques failles d’éclairages, elle n’a pas hésité à s’aventurer à l’avant-scène, sous la pluie, pour venir pousser les notes de ses classiques.

    Mentionnons Point de mire, debout, Du souffle pour deux, Je veux tout ou encore Réverbère. Puis, elle termina avec Miami, accompagnée, sur scène, de drags dansant au son de la musique: «Des fois, c’est ça la clé, faut juste sonner comme si on était un milliard», dira-t-elle à ceux ayant bravé la pluie, avant de revenir pour son rappel. «C’était un temps imparfait, mais pas une soirée imparfaite», conclura Ariane avant de terminer sur Je reviens à Montréal.

    L’artiste Shawnee a également chanté sur la scène de l’espace Casino ce soir-là. 

    Kiki Ball

    Les futures légendes du ballroom d’ici alors ont foulé la piste de l’Espace Casino de Montréal au parc des Faubourgs dans des catégories KIKI inspirées par un demi-siècle de libération gaie depuis l’époque des manifestations du Stonewall et même avant! Un événement spectaculaire qui a mis en vedette Byrell The Great, les incomparables et inclassables Elle Barbara, Brian Amazon Disney et Twysted Miyake-Mugler Siriano!


    Queerlesque 

    Cette soirée de cabaret burlesque a mis en valeur le talent étincelant d’une bonne douzaine d’artistes burlesques montréalais.es queer, qui se produisent dans le monde entier.

    Ces artistes nous ont donné avec beaucoup de créativité des performances chaudes et explosives où les corps de toutes les formes étaient honorés Queerlesque nous a donné à voir du tease, des costumes brillants et de la sensualité queer sur une même et unique scène.

    Les voix puissantes de Jet Set

    Par sa voix chaude et vibrante et ses ingénieuses relectures colorées de classiques, Geneviève Leclerc a créé un pur ravissement dès le départ. Le spectacle était animé par la ravissante Sandy Duperval. 

    On a ensuite été séduit par la voix puissante de Brian Justin Crum, finaliste d’America’s got talent qui a, entre autres, interprété quelques succès de chanteuses rock. Il a été suivi par Luciana, la reine de l’électro. La soirée glam par excellence fut couronnée par la prestation de la vedette internationale Ciara.

    Cabaret Fierté

    On a retrouvé cet endroit mythique qui a longtemps accueilli le festival: la place Émilie-Gamelin, le temps d’un Cabaret en plein air !

    Sandy Duperval animait ce spectacle de variétés, mettant en vedette: KDN Company, Christine Morency, les Pussycat Drags, Miami Minx et Vanessa Duchel.


    La soirée Vague

    La soirée Vague a enthousiasmé près d’un millier de spectateurs présents le mercredi soir, plutôt frisquet, du 14 août.

    Bien sûr, le clou de la soirée fut l’apparition de Safia Nolin qui, de sa voix douce, a entonné deux ou trois chansons avec sa guitare. Avec sa grande générosité, elle a partagé la scène avec la «Queer Squad», une bande sympa de jeunes filles rencontrées dans un camp de jour queer, et avec lesquelles elle a chanté une chanson.

    La pianiste Alexandra Stréliski ainsi que Beyries, La Bronze, Geoffroy, Annie Sama et Anthony Carle sont venus tour à tour pour éblouir la foule.

    Le charmant Mathis Xavier en a profité pour lancer des messages sur les droits LGBT bafoués ailleurs dans le monde et sur la chance que nous avons de vivre sur une terre où de tels droits nous permettent de nous amuser librement !

    Le duo électro Wake Island, d’origine libanaise, avait ouvert le bal et énergisé les festivaliers dès le début.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité
    Publicité