Vendredi, 28 janvier 2022
• • •
    Publicité

    Autour de Chelsea Manning

    JUSQU’AU 14 MARS 2020

    Le dramaturge Sébastien Harrisson aime relever des défis. Défi d’autant plus grand quand le sujet se fonde autour d’une personne qui a défrayé la chronique, et la défraie encore. Loin de raconter l’hitoire de Chelsea Manning, Sébastien Harrisson a choisi d’élaborer à partir d’un moment de l’histoire de Chelsea : son passage à Montréal.

    Et d’une rencontre improbable pour mieux nous fait ressentir les enjeux individuels et collectifs d’une femme considérée par certains comme une héroïne, et par d’autres comme une traitresse à sa patrie.Mais ce qui ajoute à cette aventure digne d’une fiction, c’est la transition qu’entame Chelsea Manning en prison. Né Bradley Edward Manning, le militaire change de genre et choisi le prénom de Chelsea.

    Voilà pour les faits comme toile de fond à la dramaturgie de Sébastien Harrisson qui, comme beaucoup, est fasciné par ce personnage hors du commun. Chelsea Manning est depuis retournée en prison pour avoir refusé de témoigner contre Wikileaks. Une résistance et une détermination à toute épreuve.  «Bien sûr, je me suis laissé une grande liberté dans le traitement, nous explique Sébastien Harrisson, car je ne voulais pas faire du théâtre-documentaire. Je prends simplement un personnage hors du commun à la stature d’une héroïne antique, par sa détermination, par la non-renonciation à ses convictions et à ses valeurs, c’est une personne qui force le respect». L’auteur y voit une héroïne tragique, capable selon lui de s’imposer des souffrances, comme l’emprisonnement, et ce qui est encore plus rare de nos jours, une personne capable de s’élever et de résister contre tout un système et contre un pouvoir tentaculaire.  

    Le changement de genre fascine aussi Sébastien Harrisson. «Elle a fait carrière dans l’armée, et c’est en prison qu’elle décide de faire sa transition. Elle a vécu dans des univers peu ouverts aux différences, et encore moins vis à vis des personnes qui changent de genre», continue Sébastien Harrisson.  Dans cette rencontre improbable à Montréal, on retrouve outre Chelsea Manning, un agent des services de renseignement chargé de surveiller la lanceuse d’alerte, mais aussi Namir Nour-Eldine, le jeune photojournaliste irakien tué en 2007 lors d’affrontements entre des insurgés et l’armée américaine, et une journaliste chargée d’interviewer Chelsea Manning.

    Un huis-clos s’installe entre ces personnages qui pour certains ont des histoires qui se recoupent. «Je souhaitais ainsi avoir différentes incarnations de Chelsea Manning, l’enfant qu’elle ou il était, l’homme qui se travestissait, l’homme militaire, puis la femme qu’elle est devenue», conclut Sébastien Harrisson. La mise en scène est signée Éric Jean et le comédien Sébastien René sera l’incarnation sur scène de Chelsea Manning, entouré de Mustapha Aramis, Stéphane Brûlotte et Marie-Pier Labrecque.  Effacement des identités, destin national, en lutte contre un des pouvoirs les plus puissants au monde, Chelsea Manning est une Antigone des temps modernes.    

    Becoming Chelsea de Sébastien Harrisson, du 25 février au 14 mars 2020
    Mise en scène d’Éric Jean. Compagnie de théâtre Les 2 Mondes au Théâtre Prospéro theatreprospero.com 

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité