Jeudi, 13 juin 2024
• • •
    Publicité

    La victoire d’Erdogan fait craindre le pire à la communauté LGBTQ+

    La réélection dimanche 28 mai en Turquie du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan effraie la communauté LGBTQ+ qui craint de se voir visée, y compris physiquement.

    Tout au long de la campagne, il les a insultés, utilisés pour attaquer l’opposition et l’accuser de vouloir détruire les valeurs familiales qu’il porte au pinacle : la réélection dimanche en Turquie du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan effraie la communauté LGBTQ+ qui craint de se voir visée, y compris physiquement.

    « J’ai réellement peur. Je ne pouvais déjà pas respirer avant et maintenant, ils vont essayer de m’étrangler », s’inquiétait samedi Ilker Erdogan, un étudiant de 20 ans interrogé par l’AFP à la veille du scrutin dans le quartier de Kadiköy, sur la rive asiatique d’Istanbul.

    Dès sa première prise de parole dimanche soir après sa victoire, Recep Tayyip Erdogan a régalé ses partisans en demandant : « Est-ce que le CHP (le parti de son adversaire malheureux, Kemal Kiliçdaroglu, ndlr) est LGBT ? Est-ce que le HDP (pro-kurde) est LGBT ? ». Et la foule de rugir : « Ouiiiiii ! ».

    Puis : « Est-ce que l’AKP (son parti) est LGBT ? » – « Nooooooon ! »

    « Je suis né et l’AKP était déjà au pouvoir. Depuis ma naissance, j’ai ressenti la discrimination, l’homophobie et la haine. Les fonctionnaires, les enseignants, les directeurs, les employés de l’école m’ont fait ressentir cette haine », reprend Ilker Erdogan.

    « Ils m’ont toujours dit que quelque chose n’allait pas chez moi, que j’étais un marginal et ils m’ont fait croire que je l’étais vraiment ».

    En meeting durant la campagne électorale, le chef de l’Etat n’a jamais manqué d’attaquer la communauté, lançant qu’« aucun LGBT ne peut être le produit de cette nation ! ».

    “Actes de haine”
    Son ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a dénoncé la « religion » LGBTQ+ importée selon lui « d’Amérique et d’Europe ».« Quand ils parlent des LGBTQ+, ça inclut le mariage des animaux et des humains », a-t-il également clamé.

    « J’ai subi plus de discours et d’actes de haine que je n’en avais connus depuis longtemps ; on m’a jeté du café depuis une voiture et on m’a crié dessus dans la rue », assure Ameda Murat Karaguzu, 26 ans, responsable de projet dans une association pour les droits des LGBTQ+.

    « La police qui m’arrête, moi et pas mes amis hétérosexuels, qui vérifie ma carte d’identité… Le discours de haine généré par le gouvernement sous-tend chacune de ces situations », estime-t-elle.

    Pour elle, « ce discours de haine » du président Erdogan « encourage les personnes homophobes, transphobes et hostiles aux LGBTQ+ dans les rues parce qu’elles savent qu’il n’y aura aucune conséquence si on nous tue ou on nous blesse ».

    Sous ses longs cheveux ramenés en chignon, Tugba Baykal, réalisatrice de documentaires et militante LGBTQ+ de 39 ans, a décidé de quitter le pays.

    « Les gens sont traités comme des criminels pour le simple fait d’exister ». Elle est sûre que les demandes de visas pour émigrer vont augmenter.

    Elle-même va tenter sa chance aux Etats-Unis : « une décision qui aurait été bien plus difficile à prendre si notre pays était plus accueillant. »

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité