Samedi, 25 juin 2022
• • •
    Publicité

    Vernon Subutex ou la condition humaine d’après Virginie Despentes

    Reportée en fin de saison en raison de la pandémie, Vernon Subutex prendra l’affiche à l’Usine C en juin pour une semaine. Une occasion unique de découvrir l’œuvre de Virginie Despentes. En fait, c’est la première partie de la trilogie Vernon Subutex qu’Angela Konrad souhaite présenter dans son entier en 2024.

    Angela Konrad / PHOTOS :Vivien Gaumand

    L’autrice Virginie Despentes est un électron libre de la littérature. La femme qui est aussi réalisatrice a suscité autant de polémiques en France que ses écrits. Pourtant, comme le souligne en entrevue Angela Konrad (qui a adapté et mise en scène ce premier tome de la trilogie), Virginie Despentes se situe dans la vérité, et le portrait qu’elle trace de nos sociétés actuelles ne peut nous rejoindre toustes. Si l’on devait résumer en quelques lignes Vernon Subutex 1, on pourrait dire qu’il s’agit d’une galerie de portraits d’hommes et de femmes dans leur quarantaine qui s’accommodent tant bien que mal de leur vie. Ils ont perdu leurs illusions, vivent dans le souvenir de leur jeunesse où tout semblait possible. Ils continuent à se voir occasionnellement mais la magie n’est plus là, elle ne subsiste que dans leur passé. Virginie trace un portrait sans concession mais juste de nos sociétés, où chacun bricole, comme il le peut, un destin bien loin de leurs rêves. «Il y a dans l’écriture de Virginie Despentes, une verve, une énergie que j’ai tentées de rendre en adaptant le tome 1 de la trilogie», confie Angela Konrad. «Un défi en soi, pour garder la progression dramatique mais aussi comment Virgine Despentes sort d’une pensée unilatérale pour nous entraîner dans une pensée plus dialectique et une réflexion sociologique mais sans aucun discours, une simple exposition de la misère sociale dans une langue percutante».

    Malgré la dureté des mots de l’autrice, il n’y a aucun jugement sur les personnages, mais elle nous tend un miroir qui vient gratter où cela fait mal dans nos vies. Dans ce miroir aux multiples facettes, sans concession, chacun se débrouille pour supporter les illusions perdues. Il y a celles et ceux qui ont renoncé, d’autres qui choisissent le travail, d’autres le déni ou l’aveuglement, d’autres qui s’accrochent à ce passé et tentent sans grand succès de le faire perdurer. Sur scène, 28 personnages portés par 8 comédien.ne.s se croisent et se recroisent sans jamais se rencontrer réellement, sans croire à un changement possible de leur vie.
     
    «Il  y a une concordance frappante avec ce que l’on vit aujourd’hui, l’anxiété face à l’avenir renforcée par la Covid et les deux ans de confinement», ajoute Angela Konrad, «où l’on a vu beaucoup de gens remettent en question leur choix de vie, se demander s’ils ne devaient pas changer leurs priorités, avoir cette réflexion, et les personnages de Virginie Despentes sont plus près de nous que l’on croît». En ce sens, Vernon Subutex touche à l’universalité et distille des vérités que l’on ne veut pas ou plus entendre. La réalité vient ainsi réveiller et bousculer notre petit confort, le ronronnement de nos habitudes et nous obliger à nous tourner vers l’essentiel aussi difficile soit-il à accepter. Avec brillo, intelligence, finesse, mais aussi froide lucidité, Virginie Despentes nous invite à sortir de notre torpeur et peut-être à affronter nos peurs.


    INFOS | Vernon Subutex d’après Virginie Despentes, du 14 juin au 22 juin 2022 à l’Usine C
    Conception, adaptation et mise en scène : Angela Konrad Usine-c.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité