Mercredi, 30 novembre 2022
• • •
    Publicité

    Liebestrasse

    Romance gaie sur fond d’entre-deux-guerres, Liebestrasse fait pénétrer le lecteur au cœur d’une Allemagne qui bascule d’une ouverture étonnante à une intolérance implacable envers ce qui est qualifié de dégénérescence, qu’elle soit culturelle, politique, ethnique, religieuse ou amoureuse. La bande dessinée amorce son récit en 1952, alors que Sam travaille à l’organisation d’une exposition d’œuvres allemandes produites avant le dernier conflit mondial. Le projet est à la fois cathartique et douloureux puisqu’il le replonge en 1932, alors qu’il découvre Berlin.

    Un simple échange de regard avec Philip et il n’en faut pas plus pour que les deux hommes s’entichent l’un de l’autre. Le premier est relativement discret puisque l’Amérique est toujours un lieu où il ne fait pas bon afficher ses inclinaisons amoureuses. Philip, de son côté, s’inscrit pleinement dans l’effervescence berlinoise où les cabarets et le milieu culturel accueillent et célèbrent pleinement sa différence. Il veut donc la crier sur les toits ! L’entre-deux-guerres berlinois n’est évidemment pas un paradis et le récit met bien en lumière les rencontres en catimini et les faux-semblants d’hétéronormativité auxquels les communautés LGBTQ sont toujours astreintes. Un parfum de liberté fleure cependant dans les rues et l’amour semble presque à portée de main.

    Liebestrasse (que l’on peut traduire par « rue de l’amour ») présente une société qui voit ses valeurs et ses repères s’effriter et être remplacés par une réalité faite de méfiance et d’une intolérance qui confine à la haine. Chacun à leur manière, les deux hommes tentent de résister, en particulier Philip qui se dresse en porte-à-faux d’un fascisme rampant, mais ils ne peuvent que constater l’indifférence que suscite leur sort.

    Lorsque Sam tente d’apporter une aide à Philip, ses supérieurs invoquent simplement que la situation est plus complexe qu’il ne pense et qu’il faut éviter de créer un incident diplomatique. Nul ne sera donc surpris que le récit ne connaisse pas une fin heureuse. Publié sous format numérique en 2019, les éditions Dark Horse présentent une magnifique édition imprimée du récit de Greg Lockard, superbement illustrée par Tim Fish, avec Hector Barros à la couleur et Lucas Gattoni au
    lettrage. D’une grande élégance et bouleversant de simplicité, l’ouvrage s’accompagne d’un carnet où l’on présente plusieurs croquis et planches inédites.


    INFOS | Liebestrasse / Greg Lockard, Tim Fish, Hector Barros & Lucas Gattoni. Milwaukie : Dark Horse, 2022, 98 p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    The Tangled Boy

    S’effacer

    Publicité