Samedi, 4 février 2023
• • •
    Publicité

    Comment trouver sa place dans le monde

    Créé en 2019, la pièce, La société des poètes disparus, a suscité l’enthousiasme aussi bien du public que de la critique. Pour les moins jeunes, l’évocation du film du même nom ne fera aucun doute. Le film, à sa sortie en 1989, avait fait grand bruit. Le scénariste Tom Schulman en a lui-même réalisé le texte pour le théâtre. Traduite par Maryse Warda et mise en scène par Sébastien David, la pièce est reprise au Théâtre Denise-Pelletier et est en passe de devenir un classique que tout.e adolescent.e devrait au moins avoir vu une fois. Et les moins jeunes ne devront pas bouder leur plaisir pour se faire secouer dans leurs certitudes et retrouver le goût d’emprunter d’autres sentiers que ceux qu’ils ont toujours battus.

    L’intrigue en est simple. Un adolescent est envoyé dans une école privée austère et y fait la rencontre avec, Monsieur Keating, un professeur de littérature anglaise anti-conformiste aussi bien dans sa façon de penser que dans sa façon d’enseigner. Pour cet adolescent et ses camarades, cette rencontre va définitivement changer leur vie et leur donner un autre regard sur le monde, où l’art et la poésie surtout seront à tout jamais leur boussole. Ils recréent ainsi avec ce professeur La société des poètes disparus, un groupe clandestin semblable à celui que fréquentait leur professeur en son temps. L’action, à l’origine, se passe dans les années soixante où s’amorce les grands changements sociétaux reléguant au passé ou tout du moins pour une partie de la population américaine, la culture puritaine et conservatrice qui prévalait à cette époque.


    Pour celles et ceux qui douteraient de la pertinence de reprendre une pièce qui se passe dans un contexte social et culturel aujourd’hui, avec un écart temps de plus de soixante ans, on peut simplement rappeler que nous vivons dans une époque particulièrement clivée.

    Face aux avancées, en parallèle, ne cessent de se cristalliser et de croître un retour aux valeurs conservatrices, traditionalistes et religieuses dans de nombreux pays. La pertinence alors prend tout son sens pour les adolescents de développer leur esprit critique, et de découvrir en eux des aspirations différentes et parfois moins contraignantes que celles auxquelles on tente de les soumettre.

    Pour cette nouvelle production, la distribution des comédiens a changé sans que l’esprit de la mise en scène n’en soit affecté. Sébastien David insuffle toute la vitalité et le bouillonnement intellectuel que vivent les étudiants en compagnie de ce professeur d’un autre genre. Et puis, Monsieur Keating est interprété par Renaud Lacelle-Bourdon. Nul doute que ce comédien exceptionnel, qui n’a peur de rien dans ses interprétations, saura apporter toute la folie nécessaire à la recherche de la beauté du moment qui passe et dont on doit profiter.

    INFOS | La société des poètes disparus, du 6 au 16 décembre au Théâtre Denise-Pelletier

    texte : Tom Schulman | traduction : Maryse Warda | mise en scène : Sébastien David

    avec : Mustapha Aramis, Philippe Boutin, Katrine Duhaime, Gérald Gagnon, Tommy Joubert, Jacques L’heureux, Renaud Lacelle-Bourdon, Félix Lahaye, Simon Landry-Désy et Maxime Mompérousse.

    www.denise-pelletier.qc.ca

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité