Mercredi, 17 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Pour le gouvernement français, le refus du maillot arc-en-ciel est un «anachronisme»

    Le refus par plusieurs joueurs de porter un maillot aux couleurs de l’arc-en-ciel en soutien aux LGBTQ+ en Ligue 1, ce week-end, a été critiqué par le porte-parole du gouvernement français, Olivier Véran, et a valu une sanction au joueur de Nantes Mostafa Mohamed.

    Dans une lettre ouverte aux joueurs qui ont refusé de porter le maillot contre l’homophobie, le Conseil national de l’Éthique (CNE) a de son côté souligné la gravité de leur comportement et l’erreur qui est la leur et les appelle à mettre de côté certaines convictions personnelles. L’instance de la Fédération française de football (FFF) ne saisira toutefois pas la commission de discipline.

    À l’occasion de la campagne annuelle Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot, tous les joueurs de première et deuxième divisions étaient invités ce week-end à porter un maillot floqué des couleurs de l’arc-en-ciel, qui ornaient aussi les brassards des capitaines.

    La campagne a été respectée par l’immense majorité des joueurs, dont les maillots doivent être vendus aux enchères au profit des associations Foot Ensemble, PanamBoyz and Girlz United et SOS Homophobie.

    Des joueurs de Toulouse, Nantes ou Guingamp ont toutefois refusé de jouer, ravivant les polémiques suscitées l’an dernier déjà par le joueur du PSG Idrissa Gana Gueye.

    C’est nul. Je lisais tout à l’heure un article où quelqu’un, un sélectionneur je crois, disait que l’homophobie était une opinion : non, c’est un délit, a déclaré Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, lundi matin.

    C’est anachronique. On vit dans une époque aujourd’hui […] où chacun est libre de s’aimer comme il le souhaite, a-t-il ajouté.

    Lundi, le FC Nantes, qui lutte pour son maintien en Ligue 1, a annoncé dans un communiqué qu’il allait sanctionner financièrement, mais pas sportivement son joueur Mostafa Mohamed, qui pourra donc jouer dès samedi contre Montpellier pour la 36e journée.

    Le FC Nantes ne dévoile pas le montant de la sanction financière qui sera infligée au joueur, mais précise que cet argent sera versé à l’association Sos Homophobie.

    Dans la nuit de dimanche à lundi, l’attaquant égyptien, de confession musulmane, avait expliqué son choix dans un message publié sur les réseaux sociaux. Je ne souhaite pas du tout polémiquer, mais je me dois de faire part de ma position […] Je respecte toutes les différences. Je respecte toutes les croyances et toutes les convictions. Ce respect s’étend aux autres, mais comprend également le respect de mes croyances personnelles, écrit-il.

    Vu mes racines, ma culture, l’importance de mes convictions et croyances, il n’était pas possible pour moi de participer à cette campagne. J’espère que ma décision sera respectée, poursuit Mostafa Mohamed.

    Il aurait reçu des menaces, tout comme sa famille, explique par ailleurs son club.

    Dimanche soir, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait estimé qu’il était de la responsabilité des clubs, avec un dialogue avec leurs joueurs, de prendre des sanctions.

    Pour le CNE, même s’ils n’en ont pas conscience, (ces joueurs) se rendent complices des comportements homophobes.

    Toutefois, les comportements individuels de quelques-uns ne doivent pas occulter la réussite de cette initiative, est-il ajouté dans la lettre ouverte, concluant que les refus de quelques-uns démontrent à quel point elle est encore indispensable pour faire évoluer les mentalités.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité