Vendredi, 3 Décembre 2021
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresLe rire des déesses

    Le rire des déesses

    Il s’agit du premier roman d’Ananda Devi, anthropologue sociale de formation, qui s’attaque à un sujet de taille : la prostitution féminine, incluant celle de jeunes enfants, la foi religieuse hindouiste et les hijras (nom donné aux personnes transgenres en Inde).


    La petite Chinti est née dans la Ruelle (l’artère est à ce point anonyme qu’elle n’a même pas droit à un nom propre) où elle contemple, chaque jour, les clients qui viennent s’écraser sur le ventre de sa mère. Cette femme, Veena, n’a que peu de contacts humains avec sa fille : elle ne peut se résoudre à laisser tomber la carapace qu’elle s’est construite pour survivre.


    La fillette de 9 ans, son entrain et la douceur de ses traits, représente néanmoins un rayon de soleil pour les autres femmes. Elle n’est cependant pas sans attirer un autre regard, celui de Shivnath, un grand prêtre tout-puissant qui tombe sous son charme et la kidnappe pour la faire sienne.


    C’est seulement à ce moment que la rage accumulée par Veena la faire redevenir la mère qu’elle n’était plus. En compagnie des autres femmes, mais avant tout de la hijra Sadhana, elle se lance sur les traces de celui qui a dérobé sa petite fille.


    Chinti est par ailleurs incapable de prendre la mesure de ce qui l’attend puisque, à ses yeux, Shivnath représente un sauveur, un ange gardien qui vient la sortir de sa misère. En opposition à la noirceur et la perfidie de celui-ci se dressera le magnifique personnage de Sadhana, qui ne reculera devant rien pour arracher la fillette à son funeste destin.


    Un roman coup de poing dans lequel l’autrice décrit avec maestria la confusion ainsi que la force des sentiments qui agitent ces femmes reléguées aux coins les plus sombres de la ville, considérées comme une simple marchandise dont on s’abaisse à peine à monnayer les faveurs.
    Impossible de rester insensible à ce récit où solidarité féminine, maternité (biologique ou sociale, dans le cas de Sadhana) et mysticisme débauché côtoient la richesse des coutumes, la beauté, les parfums, mais également la misère.


    INFOS | Le rire des déesses / Ananda Devi. Paris : Grasset, 2021. 235p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Publicité