Mercredi, 8 février 2023
• • •
    Publicité

    Un cœur français séduit par le Québec

    En 1991, le Canada devient l’un des premiers pays occidentaux à accueillir des gens persécutés pour leur orientation sexuelle à titre de réfugiés. Trois décennies plus tard, des personnes de la communauté LGBTQ2S+ continuent d’y trouver une société où elles peuvent enfin être elles-mêmes. C’est le cas de Joris Benariac, né à Paris, coiffeur pendant quinze ans. Lorsque sa soif d’aventure le conduit jusqu’en sol québécois en juillet 2019, il y entreprend une nouvelle carrière comme conseiller en finances personnelles chez Desjardins au centre-ville de Montréal… et rencontre même le grand amour.

    La Belle Province comme tremplin vers l’Amérique
    Pourquoi s’envoler vers le Québec? « J’avais déjà des connaissances à Montréal et ça me semblait le parfait point de base pour découvrir le Canada et le nord des États-Unis », se souvient Joris. Pouvoir vivre et travailler en français le rassure aussi quant à son intégration et à sa recherche d’emploi.

    Des regards différents
    L’environnement local est tout à fait différent de ce qu’il connaît jusqu’alors. Il s’y sent en sécurité. Ses amis lui font découvrir les boutiques, les restos et les bars les plus colorés du Village, le quartier inclusif montréalais. Il y vit l’expérience du karaoké, où ses talents de chanteur lui valent même une jolie récompense.

    Terre d’aventure et d’accueil
    Les démarches gouvernementales et l’intégration se déroulent à merveille pour Joris. Son permis vacances-travail (PVT) se transforme rapidement en permis de travail fermé. Il s’entoure d’abord d’Européens et de nouveaux arrivants comme lui. Puis, un nombre grandissant de Québécoises et de Québécois s’ajoutent à son cercle d’amis. Il vit un choc lorsqu’il rentre à Paris pour le congé des Fêtes, en 2019. Il ne se reconnaît plus dans cette ville immense. « J’ai réalisé que désormais, chez moi, c’est le Québec », explique-til. En juin dernier, il devient résident permanent du Canada.

    Nouveau départ professionnel
    L’accès à un éventail de postes vacants lui facilite grandement la recherche d’emploi. « En Europe, si un travail ne nous plaît pas, on a tendance à le garder parce qu’il n’y en aura peut-être pas d’autres », explique Joris. Après quinze ans à couper des cheveux, l’homme a envie de faire autre chose, de se prouver qu’il en est capable.

    Un ami l’informe alors d’un poste à pourvoir chez Desjardins. Déjà bien renseigné sur l’économie et sur les finances personnelles, Joris tente sa chance et fait une présentation faisant état de son expérience au détail : réseaux sociaux, publicité, achalandage, service à la clientèle, etc. Le comité d’embauche est convaincu.

    Son intégration chez Desjardins se déroule harmonieusement grâce aux nombreuses mesures favorisant la diversité et l’inclusion en place. Entre les efforts de sensibilisation du comité LGBTQ+ depuis 14 ans et les partenariats auprès d’organismes comme la Fondation Émergence et Fierté au travail Canada, la table est mise pour accueillir Joris tel qu’il est. Il y retrouve même plusieurs pairs au sein même de son équipe qui font partie de la communauté LGBTQ+. « J’ai trouvé une deuxième famille, une famille d’amis », se réjouit-il.

    En plus d’un comité LGBTQ+, Desjardins a récemment créé le Bureau Équité, Diversité et Inclusion composé de 17 personnes dédiées à temps plein à faire de Desjardins une organisation diversifiée, inclusive et équitable pour toutes ses parties prenantes, tant au niveau de son personnel, de ses membres qu’au niveau de ses clientèles et des collectivités que l’institution financière appuie.

    Jeux de rôles et jeux du cœur
    Joris est aussi un mordu de jeux de rôles — ceux qui se déroulent entre amis autour d’une table, avec des dés de formes inhabituelles. Invité à rejoindre un groupe se réunissant sur une base régulière, Joris est agréablement surpris d’en reconnaître le maître de jeu : un Québécois rencontré quelques années plus tôt, lors d’une soirée d’initiation au loisir.

    Preuve que les sentiments sont réciproques : quand Joris tombe malade, son preux chevalier lui offre en réconfort un panier rempli de gâteaux, de chocolats et de bonbons d’une épicerie française. Le partenaire de jeu devient alors partenaire de vie.


    Droits LGBTQ+ protégés depuis 1969 au Canada

    Il est facile d’oublier qu’il y a à peine un demi-siècle, l’homosexualité constituait un crime passible d’emprisonnement au Canada. Le 14 mai 1969, l’adoption d’un projet de loi omnibus décriminalise les activités sexuelles entre deux personnes de même sexe consentantes de 21 ans ou plus. En 1977, le Québec devient la première province du pays à modifier sa Charte des droits et libertés de la personne pour interdire la discrimination en fonction de l’orientation sexuelle, notamment en matière d’emploi et de logement.

    INFOS | www.desjardins.com


    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité