Jeudi, 20 juin 2024
• • •
    Publicité

    Nos couleurs sont-elles à vendre ?

    En juin dernier, je suis allée magasiner au Carrefour Laval. J’adore aller au Carrefour, non seulement parce qu’il y a une panoplie de magasins divers, mais aussi parce que c’est tellement labyrinthique que je peux m’y perdre dans les méandres de la consommation. Alors que je sillonnais le Carrefour en juin, j’ai remarqué quelque chose de différent : beaucoup de boutiques affichaient les couleurs du drapeau arc-en-ciel avec des slogans du type : « Soyons fiers ! », « Célébrons le mois de l’inclusion et de la diversité ! » Plusieurs boutiques arboraient les couleurs irisées au même titre que les nouveaux souliers Vans, spécialement commercialisés pour « le mois de la Fierté ». Bien que j’aie eu vachement le goût de me procurer une nouvelle paire de Vans, une question m’a accaparé l’esprit : nos couleurs sont-elles à vendre ? Je sais que nos couleurs sont à la mode, et c’est bien tant mieux, mais sommes-nous en train de commercialiser la Fierté ?

    Au même moment, pendant tout le mois de juin, ma boite courriel est inondée d’initiatives en tous genres pour promouvoir le mois de la Fierté. Par exemple, des collections de bijoux en édition limitée de marques telles que Baggallini, Haverhill, Made by Mary, Modern Picnic et Sarah O. Jewelry rendent hommage à la communauté LGBTQIA+ dans sa lutte pour l’égalité, en donnant un pourcentage de leurs profits à des organisations telles que GLAAD, Pridelines, True Colors United, ou encore The Trevor Project, une organisation américaine dédiée à aider et soutenir les jeunes LGBTQ+ de moins de 25 ans.

    À New York, fin juin, l’International Imperial Court System et le National LGBTQ Task Force honorent sept légendes du mouvement LGBTQ lors de l’intronisation au National LGBTQ Wall of Honor 2023 à l’historique Stonewall Inn. Le Mur d’honneur célèbre et reconnait à titre posthume les militant.e.s, artistes et autres personnes LGBTQ qui ont joué un rôle crucial dans la lutte en cours pour la libération des LGBTQ. Cette année, les activistes Achebe Betty Powell, J. Frederic « Fritz » Lohman, Gloria Allen, au même titre que la drag Darcelle XV, l’acteur Leslie Jordan et l’écrivain Terrence McNally rejoindront les icônes Harvey Milk, James Baldwin, Keith Haring, Jose Sarria, Audre Lorde, Marsha P. Johnson, Matthew Shepard et des dizaines d’autres, en tant que mémorial vivant dans le bar qui a été le site du soulèvement historique en 1969.

    Alors qu’on annonce à New York les gagnants des 35th Annual Lambda Literary Awards, au cinéma, les films européens ayant fait la tournée des festivals courtisent les marchés américains : Metropole Films annonce la sortie du film britannique Blue Jean, ainsi que Cinephobia Relasing la sortie en DVD/streaming du film argentin Sublime, un coming of age, où Manuel, un jeune de 16 ans, développe une attirance pour Felipe, son copain dans un groupe de musique.

    Bospar, une société de relations publiques et de marketing, a annoncé les résultats de son sondage Corporate Courage, un classement mondial de la perception des consommateurs et consommatrices sur le soutien des marques à la communauté LGBTQIA+. Furent sondé.e.s plus de 5 000 adultes au Canada, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Bospar a révélé les résultats complets de l’enquête pendant le mois de la Fierté. Nike s’est classé au premier rang, suivi d’Adidas, de Disney, de Levi’s et d’Apple. Au dernier rang ? Chick-fil-A, la chaine de restauration rapide américaine qui a fait des dons à des groupes anti-LGBT. À noter que les Américains ont classé Target comme le leader national de l’inclusion LGBTQIA+, malgré le fait que le détaillant se soit plié à la pression conservatrice sur sa marchandise « Pride Collection ». Curtis Sparrer, des relations publiques de Bospar, a alors déclaré que « cela prouve que c’est le bilan global qui prime. Target soutient la Fierté depuis une décennie, et cet engagement fait partie de la conscience nationale. Le défi à long terme pour Target se résume à quel côté ils choisiront ».

    Enfin, j’ai pratiquement oublié de vous parler de l’artiste Jumper Maybach qui s’associe à Kromara Candles pour concevoir un produit et une expérience qui témoignent de l’amour, de l’enthousiasme et de l’énergie de l’artiste et de sa mission, pendant le mois de la Fierté, soit « chercher l’AMOUR, la PAIX et le bonheur, et […] regarder la haine disparaitre pour toujours® » à travers une chandelle qui change de couleur… Yeah, right !

    C’est certain que ce mois de la Fierté est davantage célébré, voire plus flamboyant, chez nos voisins du sud, puisque nos célébrations à Montréal ont lieu en août, mais il n’en demeure pas moins qu’on veut vous vendre une myriade de bébelles aux couleurs irisées, sans compter que les initiatives pleuvent, de la dernière chanson qui parle de diversité au plus récent film qui s’adresse à la communauté LGBT. C’est le marketing de la Fierté. Cela dit, ne devrions-nous pas être fier.ère.s et visibles toute l’année ? Si la visibilité est le propre du changement, il n’en demeure pas moins que ce sont les militant.e.s et activistes, souvent dans l’ombre (malgré le caractère tape à l’œil en soi du militantisme) qui changent les choses. Oui, porter votre paire de Vans rendra visible votre identité, jusqu’à un certain point, mais n’oubliez pas que « ces souliers ont beaucoup voyagé », comme chantait Félix, qu’ils ont beaucoup marché, jadis, dans les rues de Montréal, de New York et de San Francisco, avec ce drapeau arc-en-ciel, alors que les couleurs n’étaient pas à la mode, alors que ces gens recevaient pratiquement des roches au visage, alors qu’on pouvait lire un regard de mépris sur celui des spectateurs. À toi, qui aujourd’hui défiles parmi les tiens avec ton drapeau irisé, tes couleurs de la Fierté, tout en étant applaudi.e par la foule dans les rues de la métropole pour ta différence, n’oublie pas que cette différence a longtemps été occultée, niée, marginalisée, avant de devenir « à la mode ». Aie une pensée pour ceux et celles qui ont milité avant toi, une certaine forme de reconnaissance, un « je me souviens » de ton histoire et de ceux et celles qui ont contribué à l’écrire, avant de fièrement enfiler tes Vans irisées pour venir célébrer la Fierté !

    Cet article n’a nullement été commandité par Vans.
    Cela dit, choisissez bien vos chaussures avant de défiler, la marche est longue.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité