Mercredi, 22 mai 2024
• • •
    Publicité

    Une humoriste libanaise dans le collimateur des autorités religieuses musulmanes

    Les sketches de Shaden Faqih, qui affiche son homosexualité dans un pays où la loi prévoit jusqu’à un an de prison pour les relations « contre-nature », ont déjà suscité des polémiques.

    Une des plus hautes autorités religieuses musulmanes au Liban et un député ont porté plainte vendredi 10 mai contre une humoriste et militante des droits LGBTQ+ pour avoir tourné en dérision la prière hebdomadaire. Le Conseil supérieur chiite, plus haute instance de cette communauté, a porté plainte contre Shaden Faqih, connue pour son humour irrévérencieux et incisif, l’accusant «d’atteinte à la religion musulmane».

    La veille, Dar al-Fatwa, plus haute instance de la communauté musulmane sunnite, avait demandé l’ouverture d’une information judiciaire contre l’humoriste, l’accusant notamment de «blasphème» et «d’incitation à la sédition religieuse et confessionnelle». Un député islamiste, Imad Hout, a également porté plainte, selon l’agence nationale d’information (ANI, officielle), contre la comédienne qui se moque des imams et de la prière du vendredi.

    Dans un pays multiconfessionnel toujours profondément divisé après la guerre civile de 1975-1990, les humoristes transgressent allègrement les lignes rouges, se heurtant parfois à la censure ou aux autorités religieuses ou politiques. Shaden Faqih, qui affiche son homosexualité dans un pays où la loi prévoit jusqu’à un an de prison pour les relations «contre-nature», a déjà provoqué des polémiques avec des sketches particulièrement hardis. Interrogée par l’AFP, la jeune femme s’est refusée à tout commentaire dans un premier temps.

    Réagissant à cette affaire, Jad Chahrour, porte-parole de Skeyes, une ONG surveillant la liberté de la presse, a estimé que le Liban était «devenu un Etat policier». Dans une déclaration à l’AFP, il a déploré le fait que «les activistes, les journalistes et les organisations de la société civils sont réprimés (..) au moment où ceux qui commettent des crimes et provoquent des dissensions gouvernent le pays».

    «Cette campagne à l’encontre de Shaden Fakih a tout l’air d’être préméditée», a-t-il encore confié au journal libanaisL’Orient – Le Jour. «Le sketch a été filmé en secret, parce qu’il est normalement interdit de filmer dans la salle où Shaden se produit», a expliqué Jad Chahrour. «La vidéo a ensuite été publiée en ligne par des comptes suspects, puis largement diffusée.»

    En août 2023, un autre humoriste libanais, Nour Hajjar, avait été brièvement arrêté pour un sketch datant de cinq ans dans lequel il tournait en dérision des funérailles.

    Le Liban est considéré comme plus tolérant que d’autres États arabes vis-à-vis de l’homosexualité, mais en juillet dernier, une proposition de dépénalisation de l’homosexualité, présentée par une poignée de députés, a provoqué une levée de boucliers.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité