Jeudi, 18 avril 2024
• • •
    Publicité

    L’homme qui aimait les ânes

    La petite histoire derrière ce conte est assez surprenante.

    Son écriture fut entreprise par Émilie Warner, une « dame infirmière, ni vieille ni indigne », qui mourut malheureusement avant d’en avoir complété la rédaction. Il n’en demeure pas moins que ce qui nous est parvenu constitue un texte fort émouvant, surprenant de fraîcheur et de naïveté.

    Le texte est centré autour du personnage de Nathan qui vit seul à la campagne depuis le décès de sa mère. Son existence se déroule ainsi sans heurts bien qu’il ressente ponctuellement une certaine vacuité.

    Jusqu’au jour où il rencontre, au détour d’un sentier, un homme en compagnie d’un âne et d’une oie. Pedro pénètre alors dans sa vie, qui s’en trouve transformée. Pourtant, bien qu’ils dorment ensemble et que Nathan ne puisse s’empêcher de l’étreindre avec force et douceur, la sexualité semble exclue des pensées de Nathan.

    Lazlo, un gitan massif et robuste, qu’ils rencontreront éventuellement, agira comme élément catalyseur dans ce qui deviendra un récit bouleversant et émouvant.

    La mort de l’auteure nous aura privé de la conclusion de ce conte étonnant, mais la beauté du texte et de ses illustrations n’en font pas moins un ouvrage de choix qu’il fait bon lire.

    À s’offrir en cadeau.

    L’homme qui aimait les ânes / Émilie Warner. Paris : Éditions gaies et lesbiennes, 2001. 62p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité