Vendredi, 26 novembre 2021
• • •
    Publicité

    Journée de Visibilité lesbienne (JVL), un kaleidoscope de portraits

    Ces portraits que nous publions ce mois-ci dans Fugues, en collaboration avec le RLQ – Réseau des lesbiennes du Québec (Femmes diversité sexuelle LGBT), s’inscrivent dans le cadre d’un projet entourant la Journée de visibilité lesbienne 2020. Bien que vous en trouvez ici que 19, le projet comptera au total plus d’une trentaine de personnes — lesbiennes, bi, queer, pan, non binaires, bispirituelles, trans et plus — qui entourent la culture lesbienne actuelle et qui font de cette journée ce qu’elle est.

    Kimura Byol


    Kimura Byol-Nathalie Lemoine (Kimura Byol)
    kimura byol-nathalie lemoine est un.e artiste conceptuel.le féministe en multimédia qui s’intéresse principalement à la vidéo et la calligraphie pop art. Il ne fait aucun doute que son œuvre rejoint son vécu. C’est d’ailleurs ce qui lui permet de questionner tantôt la binarité du genre, tantôt la perception des identités des genres ou raciales, et d’autres fois de soulever des réflexions sur les corps comme objet commercial. La linguistique étant notamment l’un des piliers de son oeuvre, le thème de la « perte » volontaire ou involontaire par traduction lui est aussi source de création. Sa démarche repose sur l’idée de donner une voix et une visibilité aux minorités et d’archiver des récits. Il s’agit d’une manière de redonner la crédibilité d’une mémoire non-eurocentrique sur les identités. Ses activités ne sont pas passées inaperçues au cours des dernières années. Lauréat.e de la résidence Regard sur Montréal (CAM, ACIC/ONF) de 2017 et récipiendaire d’une bourse du CALQ l’année suivante pour son essai Project ’88 etc, (Ateliers des Cahiers), Kimuralemoine termine cette année son dernier documentaire : Adoption 30 ans après (ACIC/ONF) et a exposé à Dazibao (Montréal, Mars 2020). KIMURALEMOINE VIT ET TRAVAILLE SUR LE TERRITOIRE NON CÉDÉ TIOHTIÁ:KE/MONTREAL


    Geneviève Labelle et Mélodie Noël Rousseau
    Geneviève Labelle et Mélodie Noël Rousseau sont deux créatrices, amoureuses et copropriétaires du Café Reine Garçon sur l’avenue Duluth à Montréal. Il s’agit d’un safe space où il fait bon vivre. De plus, elles ont créé ce lieu afin d’offrir une scène à la relève culturelle. Régulièrement, on peut y voir se produire des soirées de poésie, de musique, de lectures de théâtre, etc. Elles sont également codirectrices de la compagnie de théâtre Pleurer Dans’ Douche. Leur démarche de création débute d’abord par trouver le meilleur médium pour traiter d’un sujet choisi.

    Geneviève Labelle et Mélodie Noël Rousseau

    Après avoir élu la marionnette pour parler de Parkinson dans Stabat Pater, c’est à travers leur personnage de drag qu’elles explorent les phénomènes de sexisme dans la communauté LGBTQ+. Surtout, elles font une place et donnent une voix aux femmes aux côtés de performeuses tout aussi engagées que flamboyantes. RV Métal (Geneviève) et Rock Bière (Mélodie) ont rapidement trouvé une famille dans le monde drag et vous pouvez les voir performer au cabaret Mado ainsi qu’au Drague Cabaret Club, pour ne nommer que ceux-là. Leur dernière création théâtrale s’inspire donc de ce grand plongeon au coeur de la communauté drag. Intitulé Rock Bière : Le documentaire, Pleurer Dans’ Douche a voulu retracer le parcours d’un des rares drag kings et poser la question suivante : Où sont donc ses chums de gars? La diffusion sera probablement reportée, mais vous pourrez connaître les développements en vous abonnant à nos pages Facebook Mélodie Noël Rousseau / Geneviève Labelle


    Rosie Bourgeoisie
    Entrez dans un univers d’opulence et de luxure grâce aux représentations toujours plus extravagantes de la voluptueuse Rosie Bourgeoisie : costumière, professeure, productrice, infleuseure et queer activiste. Dramatique, séduisante, féminine, elle ne néglige aucun détail de son œuvre pour vous tenir en haleine. Rosie Bourgeoisie est une superstar née et élevée à Montréal, adorant tout ce qui relève du brillant et du pétillant. C’est d’ailleurs dès l’âge de cinq ans qu’elle s’est liée d’amour avec les plaisirs de la scène. À ce jour, son bagage artistique inclus la danse, le burlesque, le drag, le théâtre musical et le clown. Ses réalisations valorisent et encouragent la réappropriation d’un espace inclusif pour les corps gros et aux aptitudes différentes dans le domaine des arts du spectacle. Déployant son énergie passionnée et sa présence imaginative sur scène, Rosie combine la féminité à la sensualité queer pour inspirer les gens de tous les genres et de tous les types de corps à embrasser leur pouvoir et leur beauté. Vous en redemanderez. Instagram: @rosie.bourgeoisie

    Sasha Boucher-Godmer

    Sasha Boucher-Godmer
    Sasha Baga est aussi connue sous le nom de Sasha Boucher-Godmer. Sasha est une femme transgenre de 34 ans qui exerce le métier de dragqueen depuis maintenant 10 ans ! Ses débuts comme shooter girl au mythique Bar le Drugstore lui ont permis de se tailler une place prestigieuse parmi les drags les plus populaires de Montréal. Fiancée, belle-maman à temps partiel et artiste à temps plein, elle sait agencer en parfaite harmonie la vie de famille et celle d’artiste de la scène, et ce, sur un même fuseau horaire ! Active sur différentes plateformes, vous pouvez suivre son contenu ici : Instagram : @Sasha Bagaz | Facebook : Sasha Boucher-Godmer

    Audrey-Anne Dugas
    Diplômée en production cinématographique à l’Université Concordia en 2015, Audrey-Anne Dugas travaille dans le domaine la télévision quelques années après sa graduation, entre autres au Laboratoire MAtv où elle réalise une dizaine de courts-métrages documentaires. Passionnée d’improvisation, Audrey-Anne foule les planches d’une dizaine de ligues montréalaises, ce qui la mène éventuellement à tenter sa chance en humour à l’hiver 2018. Depuis, on a pu la voir à la télévision au gala ComediHa! de Mathieu Cyr ainsi qu’à l’émission « Deux minutes pour être drôle » sur les ondes de Canal D. À la radio, elle se plaît à faire des chroniques aux émissions « On dira ce qu’on voudra », « Nouvelle vague » et « Cocktail sous la couette ».

    Audrey-Anne Dugas

    Avant le confinement, elle devait participer au gala féministe de Virginie Fortin du festival Dr. Mobilo Aquafest en plus d’y présenter son premier spectacle solo « Crier au loup ». Mais ce n’est que partie remise ! Ouvertement lesbienne depuis ses 15 ans, elle trouve important de démystifier l’homosexualité dans un milieu qui commence à s’ouvrir de plus en plus aux minorités. Elle produit d’ailleurs « Le Anyway Show », un spectacle qui vise à faire rayonner les humoristes issus de la diversité sexuelle et de genre. Constatant les inégalités persistantes entre les hommes et les femmes en humour, elle fonde également le mouvement « Pour les prochaines » qui vise à éradiquer les violences sexuelles dans le milieu. Depuis le début de la pandémie, elle présente les jeudis soir une émission en direct sur Facebook, « Le Dugas Show ». Parmi les invités reçus jusqu’à maintenant, notons Judith Lussier, Éliane Gagnon, Kayiri ainsi que les drag queens Barbada et Rainbow. Elle présentera d’ailleurs une édition spéciale pour la Journée de visibilité lesbienne le 6 juin prochain!

    Nathalie Di Palma

    Nathalie Di Palma
    En 1993, Nathalie devient cofondatrice de l’Association des Gais et Lesbiennes au Cégep du Vieux Montréal : elle en deviendra la présidente l’année suivante et organisera subséquemment les semaines de la Fierté gaie au Cégep, et ce, pendant 3 ans. Dès 1996, Nathalie sera coanimatrice de l’émission de radio «la Ballade des Furies», qui deviendra «Lesbo-Sons», qu’elle anime depuis 2005, sur les ondes de CKUT 90.3 FM. Nathalie demeure une des rares voix de lesbiennes pionnières dans le paysage radiophonique québécois. En 1996, Nathalie se joint au comité fondateur du RLQ/QLN. De 1993 à 2003, elle sera intervenante au GRIS Montréal afin de démystifier l’homosexualité dans les écoles. De 1994 à 2001, elle participe à plusieurs émissions de télévision sur l’homosexualité, dont « Janette tout court » et « M’aimes-tu ? » et accroît la discussion sur la visibilité lesbienne. En 2012, elle sera chargée de projet pour la Fondation Émergence afin de sensibiliser les communautés culturelles à l’homosexualité. En 2019, elle revient au RLQ/QLN comme vice-présidente du CA. En janvier 2020, elle reçoit la médaille de l’Assemblée nationale afin de souligner ses 27 ans de bénévolat au sein de la communauté LGBTQ+. Depuis avril 2020, elle est Présidente du CA du RLQ/QLN.

    Gloria-sherryl François


    (G L O W Z I) Gloria-sherryl François
    G L O W Z I est une artiste de techniques mixtes. De la peinture au dessin numérique et au mixage vinyle, l’artiste laisse toujours sa curiosité la guider à travers le vaste et majestueux monde de l’art. À travers ses pièces, G L O W Z I explore divers thèmes tels que la noirceur, le pouvoir, la nostalgie et bien d’autres. En représentant ses façons de penser, ses luttes, ses succès et ses échecs à travers ses pièces, G L O W Z I invite quiconque dont les yeux rencontrent ses créations dans son univers funky. Cette année, G L O W Z I est la récipiendaire du prix Visibilité de la JVL dû à son implication dans le nightlife montréalais.


    Mona Greenbaum
    Mona Greenbaum est la directrice générale et fondatrice de la Coalition des familles LGBT+. La Coalition milite pour les familles avec parents lesbiens, gais, bisexuels et trans. L’organisme a comme travail principal de former les intervenants en milieu scolaire, dans les services sociaux et de la santé, ainsi que dans les organismes communautaires.

    Mona Greenbaum

    Jusqu’à maintenant, plus que 1000 formations ont été réalisées (40000+ intervenant.es formé.e.s, 10 000+ trousses de ressources distribuées, dans toutes les régions du Québec), afin de sensibiliser les intervenant.e.s à la nécessité d’intervenir contre la violence homophobe et transphobe, l’hétéro/cissexisme et le harcèlement basé sur l’expression de genre. En 2010 Mona a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale pour ses années d’activités militantes au sein de la communauté LGBT. En 2013, elle obtient le Prix Honoris du Gala Arc-en-ciel et en 2015, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec l’a reconnue comme étant l’une des 40 personnalités du Québec ayant eu un parcours exceptionnel de défense ou de promotion de droits humains. Mona est aussi consultante et formatrice pour l’Institut national de santé publique du Québec (l’INSPQ). Mona a accordé des centaines d’entrevues aux médias et réalisé un travail de représentation important auprès d’instances gouvernementales et syndicales, ainsi qu’auprès de commissions scolaires et de regroupements associatifs. En 2015, le livre Familles LGBT Le Guide a été publié sous sa direction aux Éditions du remue-ménage.

    Coco Belliveau


    Coco Belliveau
    Coco Belliveau est une artiste multidisciplinaire féministe du Nouveau-Brunswick avec 78 865$ de dettes étudiantes. Après avoir fait du théâtre à l’internationale, elle est venue s’installer au Québec, où elle évade le gouvernement acadien et écrit du stand-Up. Depuis qu’elle est arrivée elle ne réussis jamais à assouvir sa soif de la scène et entreprends plusieurs projets avec ses camarades de classes dont, la web série «Sketch», le projet podcast «Les épatantes aventures radio-romanesques» et le spectacle Zoofest «NEW GIRLS». Elle a présenté son premier 60 minutes dans le cadre du festival «Dr. Mobilo Aquafest» et du «Minifest». Vous pouvez suivre le cheminement humoristique de Coco sur instagram et facebook: @cocobelliveau.


    Martine Roy
    Grande militante pour les droits des personnes LGBT, Martine Roy a le coeur à ses affaires. Martine a travaillé pendant 20 ans chez IBM, où elle a notamment occupé les postes de coordonnatrice en résolution de situations critiques et de directrice de compte. Au sein d’IBM, elle a mis sur pied des groupes-ressources afin de soutenir les employés LGBT et s’est engagée à fond dans la sensibilisation du personnel et de la direction aux réalités LGBT et dans la promotion d’un milieu de travail inclusif.

    Martine Roy

    Maintenant directrice régionale, développement des affaires LGBTQ2+ Québec & l’Est du Canada pour la Banque TD, Martine relève encore une fois le défi avec passion. Congédiée des Forces armées canadiennes pour son homosexualité à 19 ans, Martine a mené le recours collectif qui s’est conclu par des excuses du gouvernement fédéral en 2017. Martine a siégé comme membre du conseil d’administration de Pride at Work Canada / Fierté au travail Canada durant 10 ans, organisme basé à Toronto qu’elle a fondé avec sept autres personnes. Elle a également été présidente de la Fondation Émergence jusqu’en 2015. Au fil des années, leader de l’inclusion en milieu de travail, Martine a reçu de nombreux prix et distinctions. En 2017, elle s’est vue décernée la Médaille de l’Assemblée Nationale du Québec. Martine Roy est également Présidente et commissaire du Fonds Purge LGBT et commissaire depuis 2017 de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.


    Karine-Myrgianie Jean-François
    Juriste de formation passionnée par la justice sociale et les droits humains, Karine-Myrgianie Jean-François travaille depuis plus de 10 ans dans le secteur communautaire au sein d’organismes féministes et/ou jeunesse centrant les personnes mises aux marges de la société (Anciennement: Fondation filles d’action, Passages et présentement Réseau d’action des femmes handicapées du Canada). Cette femme noire queer née à Tiohtià:ke (Montréal en mohawk) soutient les communautés minorisées. à leur épanouissement.

    Karine-Myrgianie Jean-François

    En effet, elle a fait partie du qollectif Qouleur qui a organisé des événements et un festival annuel pour les personnes queers et trans Noires, Autochtones et racisées. de plus, elle siège présentement sur les conseils d’administration du Conseil québécois LGBT et de La Maison Parent-Roback . Auparavant, elle a siégé sur ceux de Je suis féministe et Projet 10, au sein de l’équipe de leadership de Project Acorn et Camp Ten Oaks ainsi que du comité de direction des États généraux de l’action et de l’analyse féministe organisés par la Fédération des femmes du Québec. Cette leader bilingue et empathique excelle dans le maillage et les relations interpersonnelles. Diplômée en droit civil, en common law et en études féministes, cette Montréalaise adore continuer à apprendre à chaque jour. Féministe depuis l’adolescence, cette âme créative adore écrire, chanter, cuisiner, jouer du piano et performer sur des scènes. Cette éternelle optimiste croit au pouvoir des communautés et des personnes toujours mises à la marge pour changer notre monde !


    Florence Gagnon
    Florence Gagnon est titulaire d’un baccalauréat en Beaux-Arts de l’Université Concordia. En 2012, elle concrétise son ambition de créer une plateforme visant à offrir une ressource aux communautés lesbiennes, Lez Spread The Word, le premier site bilingue du genre au Canada. En 2014, elle lance la série de fiction Féminin/féminin, avec la réalisatrice Chloé Robichaud (Sarah Préfère la Course et Pays) qui remporte deux Prix Gémeaux et plusieurs prix internationaux en 2015.

    Florence Gagnon

    En 2016, elle publie le premier magazine LSTW, une publication annuelle bilingue pancanadienne de 230 pages qui se démarque en boutique à travers les provinces canadiennes, les capitales d’Europe et les grandes villes américaines. De Yellowknife à Vancouver, Berlin et Stockholm, jusqu’au MoMa PS1 de New York. Le magazine a remporté plusieurs prix au cours des dernières années – incluant Issue Grand Prix aux National Magazine Awards. Parmi les autres initiatives notables, notons la soirée mensuelle Où sont les femmes ?; #12, une bière co-créée avec la Brasserie Harricana de Montréal; et la pièce de théâtre à guichets fermés Coco.Florence travaille également avec Pride at Work Canada / Fierté au travail Canada & le RLQ – Réseau des lesbiennes du Québec – Femmes diversité sexuelle LGBT.

    Carol-Ann DeMontigny


    Carol-Ann DeMontigny
    Cette femme aux multiples talents est connue autant pour son engagement dans le milieu communautaire, que dans son milieu de travail, que son milieu familial. Carol-Ann œuvre depuis 1998 comme préposée aux bénéficiaires afin d’aider ceux et celles dans le besoin. Actuellement elle est en plein cœur de la crise du Covid-19, en première ligne, aux urgences du Centre Hospitalier Pierre Legardeur. Elle se donne à 110% pour aider les plus vulnérables et fonce tête baissée afin de se battre contre le Covid-19. C’est une battante, une militante, qui tente de faire régner un peu plus de justice et d’équité autour d’elle. Elle s’est impliquée pendant plusieurs années comme administratrice au Réseau des Lesbiennes du Québec, mais aussi dans les grands festivals tel que Fierté Montréal. Elle a même organisé son propre événement lesbien « Dansez sous les étoiles » qui fut un grand succès. C’est une de ces personnes avec le cœur sur la main autant pour des inconnus que pour des gens qui lui sont proche tel que son fils atteint d’un handicap intellectuel. C’est comme on dit une SMM, une Super Maman Monoparentale avec qui tu peux rigoler, mais sans déconner, car en plus de tout ça elle a une licence comme agente de sécurité. C’est une personne à connaître.

    Heather Lynn


    Heather Lynn
    Heather Lynn est une graphiste queer basée à Montréal qui s’efforce d’apporter de la visibilité aux personnes LGBTQ + à travers ses créations, comprenant à quel point il est important de voir des représentations positives et réelles de personnes homosexuelles dans les médias. Spécialisée dans l’image de marque, la conception de logo, la typographie et la mise en page, Heather a conçu les visuels de la Journée de la visibilité lesbienne de cette année pour qu’ils soient brillants, ludiques, non excusables et surtout – inclusifs. Il s’agit de la deuxième année de création par Heather de visuels pour la Journée de la visibilité lesbienne avec RLQ.


    Eugénie L-Blondeau
    Eugénie Lépine-Blondeau est animatrice et chroniqueuse culturelle à la radio de Radio-Canada. Après des études en chant classique, elle se tourne finalement vers la science politique pour y décrocher une maîtrise. Or, sa passion pour la voix ne l’ayant jamais quittée, elle s’en sert tous les jours pour communiquer ses valeurs et des enjeux qui lui tiennent à coeur. Elle a fait
    ses débuts radiophoniques à CISM, la radio des étudiant.es de l’Université de Montréal, en animant Les Dessous Féminins, une émission féministe et queer.

    Eugénie L-Blondeau

    Pendant quatre ans, elle a mis de l’avant les fxmmes de notre société, leur parole et leur histoire, tout en abordant les enjeux LGBTQ+ dans le monde. Si l’émission n’existe plus aujourd’hui, elle continue d’entretenir les réseaux sociaux qui lui sont associés afin de promouvoir les initiatives, la pensée et les nouvelles féministes et liées aux communautés LGBTQ+. Publiquement, Eugénie n’a jamais caché son orientation sexuelle. Elle saisit chaque occasion de parler de sa blonde (quand le public s’attend parfois à ce qu’elle dise «mon chum»), des propositions d’artistes queer et des réalités des familles homoparentales. Eugénie croit fermement qu’il faut continuer faire avancer les causes pour la communauté et changer les mentalités pour plus d’inclusion, de normalisation et d’acceptation. Surtout pour les lesbiennes, trop souvent encore présentées comme un objet de fantasme, ou un état passager. Autrement, Eugénie est cancer et croit que plusieurs facettes de sa personnalité peuvent être justifiées par le fait qu’elle ait perdu à la loterie des signes astrologiques ( #intense). Sinon, elle préfère les aperol spritz avec olives, le café filtre, et Céline Dion.


    Julie Vaillancourt
    Depuis l’adolescence, Julie se passionne pour le cinéma et la musique. Titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en études cinématographiques de l’Université Concordia, son mémoire (2007) analyse la représentation des problématiques LGBT et leurs fondements sociopolitiques dans le cinéma québécois de fiction 1960-1980. Cet intérêt pour la communauté la mène à faire un stage à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse sur le rapport De l’égalité juridique à l’égalité sociale (2007, ministère de la Justice) et réaliser un documentaire sur les 1ers Outgames (2006). Elle présentera diverses conférences : LGBT Hypervisibility (2006, Concordia), Journée de visibilité lesbienne (2008), GRIS (2009), Empowerment des femmes LGBT (2019, RLQ). Formée en enseignement postsecondaire à l’Université de Montréal, elle enseigne le cinéma au collégial depuis 2011.

    Julie Vaillancourt

    Ses écrits furent notamment publiés dans Cinematic Queerness (Éditions Peter Lang, 2011), La Presse, Sapho, Dire, Liberté, LSTW, Nouvelles Vues, ainsi que dans la revue Séquences, comme critique cinéma depuis 2012. Son amour de l’écriture débute plus formellement, il y a plus d’une décennie, en 2008, à titre de journaliste pour Fugues, où elle interview de nombreuses femmes de la communauté LGBTQ+ québécoise et signe la chronique Où sont les lesbiennes? Au fil des ans, elle aura l’occasion de mettre de l’avant des artistes/militant(e)s qu’elle admire; Melissa Etheridge, Nicole Brossard, Léa Pool, Denis Villeneuve, John Greyson, Indochine, Tegan & Sara, Mika, Joss Stone, Candis Cayne, Manon Massé, Gilbert Baker, etc. Depuis 2017, elle est responsable des communications au Réseau des lesbiennes du Québec, organisme en défense des droits des femmes LGBTQ+, qui n’hésite pas à revendiquer à travers l’art. Sous l’initiative de la directrice Julie Antoine, elle réalise le court- métrage Women : Beyond Labels qui tourne en festivals et coscénarise la BD Lesbo-Queer. Auteure-compositrice-interprète à ses heures, elle a produit deux albums de compositions originales, sous le pseudo Julie Curly, soit Confessions (2014) et Flower Power Soul (2017). En 2019, elle est fière de prêter sa voix à la campagne de financement de Maison Plein Cœur, en composant pour l’occasion le titre En plein cœur. D’ailleurs, elle avait jadis prêté sa voix à Humanity (composée par James Dean Trepanier) chanson officielle pour les célébrations de la Fierté 2008, ainsi qu’aux chorales Extravaganza et les Nanas. rlq-qln.ca | juliecurly.com
    Crédit photo : Claudia Grégoire

    Mélanie Lameboy


    Mélanie Lameboy
    Mélanie est une personne bispirituelle issu des communautés Cri. Lorsqu’elle s’est affichée avec une partenaire, Mélanie est confrontée aux regards des autres personnes de sa communauté face à sa relation bispirituelle. Elle a même dû faire face à de la discrimination de la part des personnes proches d’elle. Malgré les embûches, Mélanie continue de revendiquer son identité et milite pour que les personnes comme elle aient une place dans sa communauté. En 2019, elle est invitée au « Cri Women’s Leadership » en 2019 pour parler du fait d’être bispirituelle à Eeyou Istchee. Cofondatrice du groupe bispirituel de Chisasibi, Mélanie affirme avoir encore de la difficulté à trouver du support pour le groupe. Elle reçoit un prix Ambassadeur pour son travail sur les problématiques que vivent les personnes bispirituelles et la défense de la santé mentale et pour avoir travaillé pour les survivants sur la Commission de vérité et réconciliation du Canada. À travers ses expériences et ses différentes interactions avec sa communauté, elle constata qu’une majorité d’entre eux sont traumatisés par l’expérience du passé relié aux pensionnats. Mélanie accorde une très grande importance à sa famille et surtout à son fils Waabin. On peut les voir sur cette photo lors de la cérémonie des premiers pas de celui-ci. Mélanie est une personne qui crée énormément de changements au sein de sa communauté, mais aussi au sein des communautés LGBTQQIP2SAA.

    Marie-Andrée Gauthier


    Marie-Andrée Gauthier
    Marie-Andrée Gauthier a fait ses études universitaires en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Depuis quatre ans, elle est la coordonnatrice générale du Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec, un lieu de concertation provinciale pour faciliter l’analyse féministe dans chaque région du Québec. Elle détient de nombreuses années de militance au sein du milieu féministe, notamment en prévention des agressions à caractère sexuel et en défense collective des droits des femmes. Elle s’intéresse particulièrement aux enjeux vécus par les femmes dans les différentes régions du Québec. La défense des droits des lesbiennes, peu importe leur lieu de résidence, est un des enjeux de la communauté qui lui tient à cœur. Les injustices, la non-reconnaissance d’identités et de sexualités diversifiées et les atteintes à l’égalité pour toutes les femmes ne sont malheureusement pas des cas isolés. Elle croit que c’est par la collectivisation des enjeux, les solidarités et l’éducation populaire que nous arriverons à combattre les injustices qui freinent l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes. La Marche mondiale des femmes est la mobilisation collective qu’elle attend avec grande impatience!


    Anne-Marie Soucy
    Anne-Marie Soucy est une auteure-compositrice-interprète montréalaise. Elle est chanteuse et claviériste au sein du groupe de pop rock Those Trees, qu’elle a cofondé il y a 10 ans et qui a deux albums à son actif. Les quatre musiciennes du groupe expriment leurs réalités de femmes lesbiennes à travers leur musique. Elles sont très fières d’avoir collaboré avec plusieurs membres de la communauté LGBTQIA+ pour leur plus récent album, « We Need to Be Fixed » (2019) – musiciennes invitées, photographe, illustratrice et maquilleur.

    Anne-Marie Soucy

    Le groupe s’est notamment produit dans le cadre de la Semaine radicale queer, ainsi que sur les planches du feu Drugstore pour Fierté Montréal. En parallèle, Anne-Marie troque parfois son micro de chanteuse pour celui d’annonceuse de roller derby, poste qu’elle occupe bénévolement depuis qu’elle a raccroché ses patins de joueuse. Elle commente les matchs de la ligue Montreal Roller Derby, qui est un organisme à but non lucratif inclusif comptant dans ses rangs des femmes et des personnes non binaires et transgenres. Elle a récemment participé au tout premier championnat international WFTDA hors États-Unis, tenu à Montréal, où elle a annoncé en français. Anne-Marie est aussi passionnée par son travail d’éducatrice à la petite enfance en CPE, qu’elle exerce depuis 8 ans. Elle a vraiment à cœur le développement et le bien-être des tout-petits, qu’elle adore! Elle sensibilise autant les enfants que leurs parents et ses collègues aux différences, en brisant les stéréotypes au quotidien, contribuant ainsi à la création d’une société future plus ouverte d’esprit.
    Photo par La ptite Photographe
    Maquillage par Katérie Portelance Makeup Artiste

    La journée de visibilité Lesbienne se tient virtuellement le weekend du 6 et 7 juin 2020.

    Ces portraits que nous publions (et d’autres qui le seront sur le site web de Fugues), en collaboration avec le Réseau des lesbiennes du Québec – Femmes diversité sexuelle LGBT, s’inscrivent dans le cadre d’un projet entourant la Journée de visibilité lesbienne 2020. Des personnes — lesbiennes, bi, queer, pan, non binaires, bispirituelles, trans et plus — qui entourent la culture lesbienne actuelle et qui font de cette journée ce qu’elle est.

    Site web du RLQ/JVL : rlq-qln.ca
    Page Facebook de la JVL : facebook.com
    Page Instagram de la JVL : instagram.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité