Mardi, 9 août 2022
• • •
    Publicité

    Sexe et masturbation supprimés de manuels scolaires au Mozambique

    Le gouvernement mozambicain supprimera l’an prochain des contenus d’éducation sexuelle d’un manuel de biologie pour collégiens, après un mouvement d’indignation sur les réseaux sociaux, a déclaré mardi un responsable du ministère de l’Education.

    Des passages d’un chapitre sur l’orientation sexuelle et la masturbation ont été partagés de façon virale depuis qu’un utilisateur anonyme de Facebook les a postés la semaine dernière. Le manuel intitulé «Le secret de la vie», publié par l’éditeur portugais Texto Editores, est utilisé par les élèves mozambicains depuis 18 ans.

    Sous la pression de l’opinion, le gouvernement a décidé précipitamment que les parties «problématiques» seraient retirées d’une nouvelle édition qui sera utilisée dès courant 2022 par les élèves de cinquième, qui ont une douzaine d’années.

    «Pour nous, le sujet de la sexualité est important et doit continuer à être abordé», a déclaré la porte-parole du ministère de l’Éducation, Gina Guibunda. Mais «nous reconnaissons que dans ce livre, le thème a pu être traité d’une manière qui divise les opinions». «La sexualité restera abordée mais nous le ferons d’une manière qui ne crée pas de problèmes au sein de la société», a-t-elle ajouté.

    Le passage du livre sur l’orientation sexuelle affirme notamment: «Parfois cela peut être plus confortable d’avoir des relations avec quelqu’un du même sexe (…) Cela s’appelle une relation homosexuelle. Ce choix peut être temporaire ou définitif. Parmi certains adolescents prévaut la crainte de devenir homosexuel. Cette peur est aggravée par les actions brutales de leurs parents ou de leur famille».

    Le Mozambique a dépénalisé l’homosexualité en 2015. Le livre évoque encore la masturbation comme un moyen de «connaître son corps, comment il fonctionne», une pratique «naturelle, qui permet de se préparer à la vie sexuelle» mais «entourée de toutes sortes de mythes et de croyances».

    Nombre de commentateurs et d’enseignants ont jugé l’intervention gouvernementale déraisonnable. «Les adolescents ont besoin d’apprendre et d’être bien informés à ce sujet» a confié Dorca Muiambo, enseignante à Maputo.

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité