Jeudi, 1 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Mohawk Barbier souffle ses 20 bougies

    Dans le Village, peu d’établissements peuvent célébrer deux décennies d’existence. Il y a eu le Cabaret Mado qui a fêté ses 20 ans en mai et maintenant c’est au tour de Mohawk Barbier d’en faire autant. Créé à l’été 2002 par Jean-Marc Cardinal, ce salon de barbier venait combler un vide à un moment où il n’y avait presque pas de salons de coiffure dans le secteur. Aujourd’hui, il accueille une clientèle très variée sur le plan de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, ainsi que des gens provenant d’autres quartiers.


    Mohawk est l’un des rares commerces, à part le Bar Stud, à s’être établi sur Papineau, au sud de Sainte-Catherine.  « Depuis le début des années 2000, les choses ont bien changé et bougé », dit Jean-Marc Cardinal, le propriétaire de Mohawk. « Au début, nous avions une clientèle à 100 % d’hommes gais et du Village. Ensuite, tranquillement, on a reçu une clientèle qui provenait du centre-ville. Mais on a perdu cette clientèle en raison de la COVID et du télétravail. Maintenant, c’est très mélangé : il y a des jeunes, des plus vieux, des hétéros, des gais, des trans, etc. Et les gens viennent aussi d’autres quartiers. J’aime beaucoup que ce soit aussi diversifié ! Cela rend les conversations plus intéressantes avec la clientèle.

    « L’évolution de la clientèle, c’est une des choses que l’on remarque le plus sur les 20 ans de Mohawk. » Mais il n’y a pas que cela. En deux décennies, la prise de rendez-vous s’est considérablement modifiée. Alors qu’à l’époque le téléphone n’arrêtait pas de sonner, ce qui dérangeait les barbiers en plein travail, de nos jours « 95 % des rendez-vous se prennent en ligne, nos journées se remplissent presque une semaine à l’avance », souligne Jean-Marc Cardinal. Curieusement, il y a ainsi moins d’annulations. « Par contre, il y a plus de gens en retard en raison du trafic, des travaux, etc. », dit-il.

    Évidemment, on ne peut passer à côté du phénomène des « barbes » qui a pris de l’ampleur et pas uniquement dans la communauté gaie. « En 20 ans, on a vu l’apparition de cette mode-là qui n’existait pas avant. Et même il y a sept ou huit ans, ce n’était pas aussi important qu’aujourd’hui, alors que beaucoup viennent pour l’entretenir, la trimer, etc. », affirme ce barbier d’expérience. 

    Jean-Marc fête aussi 35 ans dans le Village, entre autres, comme serveur dans divers commerces de restauration. « Dans les années 1990, le Village était un peu underground, mais c’était l’fun », poursuit Jean-Marc Cardinal. « On dirait qu’il y avait un esprit plus “communautaire” qu’on semble avoir perdu avec le temps. La mode des grandes discothèques est passée et les gens préfèrent maintenant les petits bars de quartier. Il y a toujours eu des hauts et des bas, mais depuis quelques années c’est un peu triste, il n’y a pas eu beaucoup de renouveau. »

    Mais, comme plusieurs, il croit que le Village se revigore à nouveau. « J’ai déjà des clients des condos de L’Esplanade, au coin de De Lorimier, ainsi que du nouveau Bourbon. C’est vrai que le Village se cherche un peu en ce moment, mais avec les nouveaux grands projets de condos comme ceux de L’Esplanade Cartier, de Radio-Canada ou de l’ancien cinéma Champlain ou encore, éventuellement, du redéveloppement de Molson, cela va amener une nouvelle clientèle dans le Village. C’est sûr qu’il y aura un certain boom », estime-t-il. Justement, en prévision de cet afflux de nouvelle clientèle, Jean-Marc Cardinal recherche un.e autre coiffeur.euse. Ils sont quatre personnes à servir la clientèle et cela ne suffit pas à la tâche certaines semaines. Donc, à ceux ou celles qui seraient disponibles, Mohawk recrute, tenez-le-vous pour dit ! 

    Pour célébrer ce 20e anniversaire, y aura-t-il un événement ? « Éventuellement, oui, mais pas pour l’instant. Avec les vacances des employés qui s’en viennent et d’autres facteurs à prendre en considération, il semble que cela soit reporté plutôt à cet automne. J’ai des idées, mais ce n’est pas encore fixé. On en fera l’annonce sur Facebook ou Instagram », note Jean-Marc Cardinal. Comme la clientèle de Mohawk le sait bien, Jean-Marc Cardinal est un amoureux des plantes, elles sont partout dans le salon et en bonne santé. La clientèle était tellement admirative, que Jean-Marc a décidé d’en vendre à ceux et celles qui désirent en amener à la maison et profiter de cette verdure qui fait du bien à l’âme et à l’environnement !

    INFOS | MOHAWK BARBIER, 1305, avenue Papineau, Montréal
    T. 514-524-7582 ou mohawkmontreal.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité