Samedi, 26 novembre 2022
• • •
    Publicité

    A League of Their Own, partagé entre l’amour du sport et des femmes !

    Suite spirituelle du film éponyme de 1992 (Une équipe hors du commun, en France, et Une ligue en jupons, au Québec), la nouvelle série de Prime TV se base également sur la très réelle création d’une ligue féminine de baseball américain pendant la Seconde Guerre mondiale : la All-American Girls Professional Baseball League.

    Alors que le film de 1992 offrait une lecture plus que subliminale quant au lesbianisme de certains personnages, cette fois la série ne s’embarrasse pas de faux-semblants. Bien au contraire ! Nous sommes en 1943 et tous les hommes âgés entre 18 et 37, incluant les joueurs de baseball, tombent sous la coupe de la conscription.

    C’est pour des motifs à la fois économiques et socioculturels que les bonzes des ligues sportives se « résignent » à annoncer la mise en place d’équipes féminines. Cette solution n’a cependant pas l’heur de plaire à tous et la série l’évoque avec éloquence. Pour plusieurs, il s’agit en effet d’une petite expérience inconséquente puisque des femmes ne peuvent réellement prétendre maitriser ce sport.
    Pour d’autres, il s’agit simplement d’un produit de consommation qu’il faut adapter au gout des hommes : jupes plus courtes, maquillage, coiffure, port de tête gracieux, etc. Bref, le sport devient moins important que l’apparence des joueuses. Évidemment, celles-ci doivent maintenir un code moral à toute épreuve.

    Le déroulement de la série s’articule autour de deux femmes et de deux trames narratives qui s’entrelacent. Carson Shaw (Abbi Jacobson) quitte la ferme familiale à la suite de l’arrivée d’une lettre annonçant le retour de son époux, parti à la guerre. Non pas qu’il y ait quoi que ce soit de mauvais chez lui : c’est simplement qu’elle ressent un mal-être face au retour annoncé. L’annonce d’auditions pour une ligne féminine de baseball, littéralement une révolution à l’époque, lui semble une solution inespérée.

    Alors que Carson est rapidement recrutée comme receveuse dans l’équipe des Peaches, Max (Chanté Adams) est confrontée à un autre problème. En effet, malgré son talent de lanceuse indéniable, elle est systématiquement refusée puisqu’elle est noire. Elle devra donc faire preuve d’ingéniosité pour s’intégrer à une autre équipe plutôt que de s’étioler dans le salon de coiffure de sa mère.
    La rencontre de toutes ces femmes dans un même espace sportif en amène plusieurs à prendre conscience de ce qui les habite et les fait palpiter. C’est notamment le cas de Greta (D’Arcy Carden) qui, au détour d’un baiser, allume un brasier chez Carson, mais dont les motivations réelles demeurent insaisissables pendant un certain temps. Max, de son côté, se doit également de jouer un double jeu et de cacher ses liaisons amoureuses si elle veut espérer survivre au cœur d’un univers profondément patriarcal.

    On aurait souhaité un peu plus de trépidations relativement aux enjeux sportifs, généralement relégués au second rang, l’accent étant avant tout porté sur la trame sociale. La fresque historique se révèle cependant fort agréable à visionner. Un doublage français de très bonne qualité est également offert.

    Pour compléter le visionnement de la série, un article très intéressant sur l’histoire de la présence lesbienne dans cette ligue de baseball est disponible en ligne (The Hidden Queer History Behind “A League of Their Own” : https://narratively.com/the-hidden-queer-history-behind-a-league-of-their-own/).

    INFOS | A League of Their Own (Une équipe hors du commun) est disponible sur Prime TV.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité