Mardi, 25 juin 2024
• • •
    Publicité

    L’Église catholique accepte enfin de baptiser les personnes transgenres

    Dans un document validé par le pape le 31 octobre, l’Église catholique ouvre de nouveaux droits aux fidèles transgenres. Iels ont notamment désormais le droit d’être baptisé·es… tant que les autres paroisien·nes n’y voient pas d’inconvénients.

    Petit à petit, et en prenant des pincettes, l’Église catholique tente de se moderniser. Depuis l’arrivée du pape François Ier au pontificat, le Vatican semble s’ouvrir et accepter d’accueillir les croyants LGBTQI+ en son sein. Le 31 octobre, le Vatican a fait un nouveau pas. Pour répondre à des questions posées par un évêque brésilien, le Dicastère pour la Doctrine de la foi a donné son aval au baptême des personnes transgenres.

    Le document souligne également que les enfants de couples de même sexe, adoptés ou nés à la suite d’une gestation pour autrui (GPA) peuvent également être baptisés sans objection. Si cet éclaircissement de la doctrine est une avancée dans l’Église, il y a tout de même un hic. Le Vatican souligne que les fidèles transgenres “peuvent recevoir le baptême, dans les mêmes conditions que les autres fidèles, s’il n’existe pas de situation dans laquelle il y a un risque de générer un scandale public ou une incertitude parmi les fidèles”. Autrement dit, si les membres de la paroisse ne sont pas tolérant·es, le baptême ne peut pas avoir lieu.

    Avec le baptême, d’autres sacrements s’ouvrent aux personnes transgenres

    Pour le Vatican, ces règles s’appliquent de la même manière pour les personnes transgenres qui ont suivi un traitement hormonal et/ou qui ont subi une opération de changement de sexe.

    Au-delà de l’acceptation des personnes transgenres dans le baptême, l’Église catholique souligne qu’elles sont, par conséquent, désormais autorisées à devenir parrain et marraine d’enfants baptisé·es. Elles pourront également tenir le rôle de témoins de mariages célébrés à l’Église, note NBC News.

    Une avancée empreinte de grandes précautions dans l’Église catholique

    L’évêque brésilien qui avait soumis cette question au Dicastère soulevait cinq autres questions sur la place des croyants LGBTQI+ dans l’Église. Le Vatican y a répondu en partie, notamment concernant les personnes homosexuelles. Selon le pontificat, celles et ceux qui sont “engagé·es dans une relation avec une personne du même sexe” peuvent être témoins de mariage à l’Église. Un élément important quand on sait que l’homosexualité est toujours considérée comme un péché par l’Église. «Comme l’est tout acte sexuel en dehors du mariage», indiquait le pape François il y a quelques mois.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité