Jeudi, 16 septembre 2021
• • •
    Publicité

    La très grande efficacité de la PrEP est confirmée après une étude de trois ans

    L’étude Prévenir valide l’efficacité et la bonne tolérance en vie réelle de la PrEP au bout de trois années de suivi.

    Parmi les nombreuses communications et résultats d’essai présentés lors de la conférence internationale sur les coronavirus et autres infections opportunistes (CROI)  — où la question du VIH sida prend annuellement une place très importante — celle sur PRÉVENIR, qui analyse l’efficacité de la PrEP comme traitement préventif du VIH à long terme, a confirmé la très grande efficacité de la PrEP en continu ou à la demande.

    Une cohorte de plus de 3000 personnes présentant de fortes vulnérabilités au VIH est suivie depuis 2017, afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance de la PrEP, dont la forme générique a été utilisée à plus de 90 %. Presque la totalité des participants (98,5 %) était des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et 56 % utilisaient déjà la PrEP avant l’entrée dans l’étude. Près de la moitié des participants (49,5 %) a choisi de prendre la PrEP à la demande, c’est-à-dire avant et après les rapports sexuels, tandis que l’autre prenait un comprimé tous les jours.

    L’incidence n’est que d’un pour 1000 participants par année (soit une efficacité de plus de 99,7% en trois ans). Grâce à la PrEP, on a pu éviter 361 infections par le VIH. « Dans Prévenir, en trois ans de suivi chez 3 000 personnes, nous n’avons eu que trois arrêts définitifs pour des maux de ventre et des nausées», a précisé le Pr Molina a déclaré en entrevue avec le site Seronet.info. «Ce sont des choses qui arrivent et l’effet sur les reins est minime. Alors que les effets indésirables sont surtout des arguments utilisés par les détracteurs de la Prep. »

    Les chercheurs ont noté une diminution du nombre moyen de partenaires chez les participants au cours de l’étude, mais une augmentation du nombre de rapports sexuels et de rapports sexuels sans préservatif, notamment chez ceux qui ne prenaient pas de PrEP avant d’entrer dans l’étude. Globalement, 18 % de la totalité des rapports sexuels ont été protégés par un préservatif.

    L’étude Prévenir sera poursuivie pendant cinq ans et l’on va mettre l’accent sur la prévention des infections sexuellement transmissibles, qui sont encore nombreuses dans l’essai. 

    « La PrEP à la demande, comme la PrEP en continu, représentent donc, chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec les hommes, des options très efficaces de prévention de l’infection par le VIH », en conclu le Pr Jean-Michel Molina

    Au Québec…

    Au Québec, le coût de la PrEP en continu (soit chaque jour) se limite à la franchise annuelle pour les médicaments, qui s’élève à, soit un coût moyen de moins de 110$/mois.

    Sans assurance (publique ou privée), le coût mensuel de la PrEP en continu (une pilule par jour) est autour de 995$ (le prix peut être modifié sans avis préalable). 

    Si vous êtes couvert par le Régime de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), la PrEP y est acceptée et vous devrez payer la franchise maximale par mois, soit d’environ 110$ / mois (soit un maximum de 1310$ pour la période du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021– le prix est réévalué à chaque 1er juillet), à moins que vous en soyez exempté. Si vous prenez de la médication actuellement, il ne vous en coûtera pas plus cher ; après avoir atteint montant maximal de la franchise, votre médication est toujours gratuite. Vous pouvez consulter le site de la RAMQ pour plus de détails. 

    Pour les personnes qui ont une assurance collective privée, le coût varie selon votre police d’assurance collective ; il faut donc vous informer. Généralement, votre couverture annuelle débute au 1er janvier. Les remboursements sont variables selon votre régime, mais sache que toute assurance a un montant maximal pour lequel vous aurez à débourser. Au Québec, ces barèmes sont fixés par le gouvernement. Vous trouverez dans votre police d’assurance ce montant maximal. À retenir : la PrEP est nécessairement couverte par l’assureur privé, au même titre que la RAMQ qui assure sa couverture.

    Depuis 2017, il existe également un médicament générique disponible au Québec, qui peut-être proposé en pharmacie. Pour l’instant, acheter le générique n’entraîne pas de réduction du coût si tu es couvert par la RAMQ. Dans l’optique d’une assurance privée, il est possible de te renseigner auprès de votre compagnie d’assurance.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité