Mardi, 30 novembre 2021
• • •
    Publicité

    Le député gai Rob Oliphant demande à Erin O’Toole de désavouer une remarque homophobe

    Un député libéral gai demande au chef conservateur Erin O’Toole de désavouer une remarque de l’une des membres de son caucus qui semblait suggérer que lui et d’autres personnes LGBTQ étaient «impurs».

    Le député torontois Rob Oliphant s’est indigné vendredi après que la députée conservatrice Tamara Jansen a répondu à un discours très personnel qu’il avait prononcé sur un projet de loi interdisant la pratique discréditée de la thérapie de conversion. Il a soutenu que les objections au projet de loi sont enracinées dans la croyance que «Dieu a commis une erreur» lorsqu’il a créé des gens comme lui et qu’ils devraient changer qui ils sont. Il a cité la Bible pour exhorter les députés à «faire justice et à aimer la bonté».

    Tamara Jansen a répondu en citant, elle aussi, la Bible: «Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au-dehors, et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés».

    Rob Oliphant a rétorqué que les gens comme lui ne sont pas «impurs».

    «C’est profondément offensant de jouer au baseball biblique comme ça … C’est même offensant d’utiliser ce mot dans le contexte de ce débat.»

    Dans une entrevue plus tard, le député Oliphant a appelé Erin O’Toole à désavouer les commentaires de Tamara Jansen.

    La députée Jansen a déclaré plus tard qu’elle avait utilisé la citation «en référence à l’hypocrisie». «Je prévois contacter M. Oliphant et m’excuser pour le malentendu», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

    Les discussions se sont envenimées lors du débat final sur le projet de loi C-6, qui criminaliserait la pratique consistant à forcer des enfants ou des adultes à suivre une thérapie visant à modifier leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

    Les députés libéraux, bloquistes, néo-démocrates et verts appuient tous le projet de loi.

    Mais certains conservateurs ont exprimé des craintes que le libellé du projet de loi interdise les conversations entre les parents et leurs enfants ou interdise aux jeunes aux prises avec des questionnements reliés à l’identité sexuelle de rechercher des conseils religieux ou autres. Erin O’Toole lui-même a suggéré qu’il fallait l’amender et a permis un vote libre à son caucus  sur le projet de loi.

    Rob Oliphant, qui a lancé le débat final sur le projet de loi, a déclaré que ces types de craintes sont des excuses «usées» pour s’opposer à l’interdiction de la thérapie de conversion.

    «La rhétorique politique est qu’ils essaient de ne pas donner l’impression de vivre encore à l’âge de pierre, en disant qu’ils ne sont pas contre l’interdiction de la thérapie de conversion, mais juste contre ce projet de loi», a-t-il déclaré aux Communes.

    «Il est temps de dire la vérité ici. Si quelqu’un est contre ce projet de loi, il est contre moi et contre des gens comme moi. Ils disent en fin de compte que nous sommes moins qu’eux, que d’une manière ou d’une autre, Dieu a commis une erreur lorsqu’il nous a créés et que nous devrions changer qui nous sommes ou au moins envisager de changer qui nous sommes.»

    La députée Jansen a répliqué en évoquant l’histoire de «Charlotte», une jeune femme dont elle a entendu parler et dont les parents l’avaient aidée à trouver un conseiller quand elle a décidé qu’elle ne voulait plus «continuer avec son activité lesbienne» et ses parents craindraient maintenant que le projet de loi interdise ce genre d’aide. 

    Le député conservateur d’Edmonton Michael Cooper a de son côté souligné que la thérapie de conversion est «absurde, elle est erronée et elle est nuisible» et qu’elle devrait être interdite. Mais il a poursuivi en affirmant que le fait que le projet de loi ne définisse pas précisément la thérapie de conversion signifie que l’interdiction pourrait s’appliquer aux conseils et aux conversations de «bonne foi» entre des personnes qui se questionnent sur leur identité sexuelle et des professionnels de la santé, des parents et d’autres membres de la famille, des chefs religieux et autres. 

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité