Mardi, 3 août 2021
• • •
    Publicité

    Y’a d’la fierté dans l’air, des textes originaux et émouvants

    Après avoir publié La fierté a une ville, en 2016, Fierté littéraire publie son deuxième collectif littéraire Y’a d’la fierté dans l’air. Dans ce collectif, on retrouve les textes gagnants et finalistes des concours littéraires de Fierté littéraire de 2017 à 2020, ainsi que des textes des autres participants aux concours. Ces 22 auteurs et autrices nous proposent des textes émouvants, tendres, originaux, sur divers thèmes tels que l’amour, l’homophobie, le suicide, le village, les transgenres, le polyamour. Ils partagent leurs joies, leurs déceptions, leurs souffrances, leurs désirs sous forme de récit, de nouvelle, de poésie. C’est beau de découvrir toute cette diversité de gens, de style et de plume.

    Toujours sous la direction du journaliste et écrivain Denis-Martin Chabot, la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre s’éclate. Elle se raconte avec ses plus jolis mots, via vingt-deux autrices et auteurs qui partagent leurs désirs, leurs déceptions, leur bonheur, leurs souffrances, leur peine, leur joie, leur amour. Bref, leurs vies. 

    Les récits que l’on nous propose dans ce collectif, sont tous des textes où l’on sent que chacun y est allé de ses émotions profondes pour nous toucher, nous divertir, nous donner leur vision de ce qu’ils vivent et ressentent. Et  dans ce collectif, on retrouve seulement deux personnes qui avaient également participé à La fierté a une ville, en 2016. C’est donc vraiment intéressant de découvrir toutes ces nouvelles plumes.

    Parmi ces autrices et auteurs, certain-e-s ont publié plus d’un texte, et c’est le cas de Guylaine Joly, qui a publié trois textes de poésie, tous différents, mais très touchants. Étienne Beauséjour a écrit deux textes. A découvert, est le texte gagnant, auteurs académie, 2018, mais c’est son récit Tu pleures jamais, toi, finaliste en 2020 qui m’a le plus touché, par sa finesse et sa tendresse.

    Miguel Doucet  a également écrit deux textes. La légende du village, qui a obtenu le deuxième prix en 2017, m’a beaucoup plu pour son originalité et sa profondeur. Son deuxième texte Je, tu, elle, nous, vous, ils finaliste en 2020, est tout aussi original, mais complètement différent du premier récit. C’est une histoire qui célèbre le «trouple», un amour nouveau genre, le polyamour, mais tout aussi beau que les autres.

    Il y a également Denis-Martin Chabot qui a publié deux textes dans ce recueil. Ma recette de la fierté est un texte léger et doux qui compare la préparation d’un gâteau au chocolat avec sa recette pour bien réussir la fierté. C’est joli et sympathique. C’est tout le contraste avec son autre texte, qui lui, est mon préféré de tout le volume. Halte routière est un récit coup de poing sur l’homophobie de ces hommes qui n’acceptent pas leur propre homosexualité. L’intimidation, les baises avec rapport de force, le dominant et le dominé. Bref, j’ai adoré.

    Il y a d’autres textes qui m’ont énormément plus, pour diverses raisons. Il y a Et si je meurs demain de Céline Ducher, qui est un texte court, mais très émouvant, où chaque phrase est recherchée et a son importance. J’ai aimé aussi l’originalité de Question d’Acclimatation de Jocelyn Gadbois. Cette histoire est en fait une lettre qu’il écrit à Denis-Martin Chabot et il y parle entre autres de littérature. Il demande même conseil à d’autres auteurs dont Simon Boulerice. C’est très ingénieux. Mais,  je crois que le récit qui m’a le plus touché est celui de Pascale CormierUn long détour. Ce texte raconte le cheminement d’une personne trans et comment cela a affecté son couple. Mais surtout, on nous montre la belle relation entre un papa et sa fille, alors que le papa se transforme peu à peu en femme. C’est tellement un beau texte.

    Au final, ce collectif de récits sur la diversité des orientations sexuelles et des identités des genres est une belle initiative. Cela permet de découvrir de nouvelles plumes et d’éveiller notre curiosité face à la différence et à la diversité queer. Bravo à tous pour ces beaux récits.

    Y’A D’LA FIERTÉ DANS L’AIR, ouvrage collectif sous la direction de Denis-Martin Chabot, Éditions TNT.com, 2021, 107 pages.

    Pour se procurer le recueil, rendez-vous au site des Éditions TNT

    INFOS : denismartinchabot.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité