Lundi, 28 novembre 2022
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresUn cœur habité de mille voix

    Un cœur habité de mille voix

    Dernier roman publié du vivant de Marie-Claire Blais, Un cœur habité de mille voix s’ouvre sur un ancien pianiste de cabaret, René, cloué au lit à la suite d’une blessure à la jambe et à un âge avancé (90 ans).


    Celui-ci cherche à se faire beau afin de recevoir comme il se doit les femmes auxquelles il a prodigué son amour. La prémisse semble on ne peut plus convenue, mais révèle rapidement des ressorts scénaristiques surprenants. En effet, René est un homme trans dont la présence a marqué l’ensemble des grandes luttes d’affirmation et de libération du 20e siècle, des émeutes de Stonewall jusqu’ à nos jours. Non contente d’explorer un thème qui lui tient particulièrement à cœur depuis les sorties transphobes de l’ex-président Donald Trump, l’autrice s’est également ingéniée à inscrire plusieurs de ses personnages au sein de sa propre ligne du temps romanesque. Le lien de certains des protagonistes des romans Les nuits de l’Underground (publié en 1978) et L’ange de la solitude (1989) avec le présent roman est donc bien appuyé.

    Cette filiation représente sans aucun doute une volonté de marquer la présence de ces derniers dans le temps. Ils sont plus qu’une anecdote ou le personnage savoureux d’un précédent roman : ils ont, au contraire, une existence tangible et pérenne. Ils ont continué d’exister et de vivre pendant toutes ces années, même si c’était en périphérie de notre mémoire.

    Au fil des visiteuses et des souvenirs échangés, l’esprit de René se disperse et explore les moments charnières de son existence, grands et petits : les combats politiques, les années marquées par le sida, les amours comme les déceptions. Par l’intermédiaire de ce regard posé sur le passé, Marie-Claire Blais rappelle ainsi l’importance des luttes, la difficulté d’arracher chaque victoire, de même que les défaites, passées et présentes. La présence d’Olga, une infirmière russe qui s’obstine à appeler son patient « Madame René », n’est ainsi donc pas surprenante.

    Elle se veut au contraire un rappel constant des luttes qui se poursuivent puisque, alors qu’il est alité et malgré toutes les luttes et les victoires remportées, René se retrouve à nouveau assujetti au regard des autres et son statut d’homme, durement gagné, lui échappe ainsi quotidiennement. Une œuvre étonnante qu’il faut cependant aborder avec une petite mise en garde. Marie-Claire Blais explore, depuis déjà plusieurs romans, une écriture où la ponctuation est parcimonieuse (de très rares points et des virgules ponctuelles) et où les paragraphes sont inexistants. La lecture se révèle donc un peu plus exigeante qu’un roman traditionnel, mais le plaisir procuré par la force de sa prose demeure cependant toujours aussi puissant.


    INFOS | Un cœur habité de mille voix / Marie-Claire Blais. Montréal : Boréal, 2021. 282p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    La dernière nuit de Judith

    Publicité