Samedi, 3 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Les LGBTQ+ s’affichent aux Oscars !

    Il y a une quinzaine d’années à peine, un article substantiel sur les films en nomination aux Oscars avec un lien LGBTQ+ aurait été pratiquement impensable. Aujourd’hui, devant ou derrière la caméra, les sujets et les personnages LGBTQ+ s’affichent fièrement, comme les artistes du milieu du cinéma. Alors que la grande fête du cinéma promet un tapis rouge d’envergure le 27 mars prochain, tour d’horizon des nominations LGBTQ+.

    Deux actrices ouvertement LGBTQ+ nommées la même année, une première !
    Dans la convoitée catégorie de la meilleure actrice est nommée la tout aussi convoitée Kristen Stewart, pour son rôle de la défunte princesse Diana dans le drame historique Spencer de Pablo Larraín. Celle qui a longtemps été discrète sur sa sexualité (fluide) a récemment annoncé, en novembre dernier, ses fiançailles avec sa partenaire Dylan Meyer.

    Cette prise de parole participe fièrement à la visibilité lesbienne et, plus encore, Kristen Stewart n’hésite pas à interpréter également des rôles en ce sens, comme le récent Happiest Season (2020), une romance lesbienne signée Clea DuVall (actrice et réalisatrice ouvertement lesbienne). À noter que Kristen Stewart devient ainsi la première interprète ouvertement gaie, depuis les 20 dernières années 1, à être nommée pour un Oscar en tant que meilleure actrice, puisque la derrière occurrence remonte en 2002, alors que Ian McKellen avait été nommé meilleur acteur de soutien pour son interprétation dans The Lord of the Rings: The Fellowship of the Ring.

    À titre de deuxième nomination cette année, mentionnons l’actrice, chanteuse et danseuse ouvertement queer de 31 ans, Ariana DeBose. Elle est devenue célèbre pour son rôle dans l’adaptation musicale de Ryan Murphy de la comédie musicale à succès de Broadway The Prom, avant de décrocher son plus grand rôle à ce jour avec son interprétation d’Anita dans l’adaptation de Steven Spielberg du classique West Side Story. Ce rôle lui a d’ailleurs valu le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle. Soulignons que Rita Moreno, l’interprète du rôle d’Anita dans la première adaptation de West Side Story (1961), a remporté l’Oscar pour ce rôle en 1962. Est-ce un présage pour Ariana ? Repartira-t-elle avec la célèbre statuette dorée ?

    Des images de nous-mêmes
    Le long métrage documentaire d’animation danois Flee de Jonas Poher Rasmussen est nommé dans trois catégories, soit : meilleur long métrage d’animation, meilleur long métrage documentaire et meilleur long métrage international. Le film suit l’histoire vraie et poignante d’Amin, un réfugié gai afghan confronté à son passé, alors qu’il est sur le point d’épouser son mari. Flee utilise des dessins pour raconter l’histoire d’un ami d’enfance du réalisateur, Jonas Poher Rasmussen, tout en préservant son anonymat. « De cette manière, il peut partager son histoire et quand même rencontrer des gens sans souffrir d’idées préconçues. Ces gens ne connaitront pas ses secrets les plus intimes, ses traumatismes », explique l’auteur.

    Si peu de films à thématique LGBTQ+ s’illustrent à l’avant-scène cette année, il faut néanmoins souligner la nomination de Andrew Garfield à titre de meilleur acteur pour son incarnation de Jonathan Larson dans Tick…Tick, Boom. Le film relate l’histoire de la création de cette comédie musicale du célèbre et défunt compositeur de pièces de théâtre, mais il se veut aussi le précurseur de son plus célèbre opus : Rent. En ce sens, les quelques passages mentionnant son ami gai Michael (Robin de Jesus), décédé du sida, prennent tout leur sens.

    Le pouvoir du chien
    En lice pour 12 oscars, le film The Power of the dog de Jane Campion (nommée dans les catégories meilleure réalisation et meilleur scénario adapté) est le grand favori des Academy Awards cette année. L’histoire se déroule en 1925, dans le Montana, alors que Phil (Benedict Cumberbatch, nommé pour le titre de meilleur acteur), un rancher arrogant, voit d’un mauvais œil que son frère et associé George (Jesse Plemons, nommé pour le titre de meilleur acteur dans un second rôle) épouse Rose (Kristen Dunst, nommée dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle), veuve et mère de Peter, un garçon sensible et efféminé. Peter se retrouvera au cœur des intimidations de Phil, un homme qui dissimule ses propres insécurités en affichant une façade toxique de la masculinité traditionnelle.

    Cette histoire, bien qu’elle se situe dans les montagnes du Montana, n’a rien à voir avec Brokeback Mountain, mais présente en toile de fond une dénonciation nuancée du harcèlement et de l’homophobie. Soulignons que le producteur québécois Roger Frappier, qui signe la production de The Power Of the Dog, fait partie de la liste des favoris : « C’est un immense honneur pour moi de me retrouver parmi les finalistes aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en compagnie des autres producteurs […]. Peu importe le résultat final, c’est déjà une récompense fantastique », a-t-il déclaré.

    Almodovar et ses personnages colorés
    Enfin, cette liste ne serait guère complète sans mentionner le notoire cinéaste espagnol Pedro Almodovar et ses personnages colorés — lire homosexuels et trans — qui accompagnent sa filmographie.

    Mentionnons Tout sur ma mère (1999), La mauvaise éducation (2004) ou encore Les amants passagers (2013). À l’instar de son titre, Parallel Mothers relate l’histoire de deux mères qui accouchent le même jour. Penélope Cruz, actrice fétiche du réalisateur, interprète Janis, un esprit libre à l’image de la célèbre chanteuse, qui arbore un t-shirt où l’on peut lire : « We should all be feminists ». Mais « Should we all be lesbians? » serait une question pertinente à se poser, dans la mesure où Parallel Mothers présente une romance lesbienne furtive (parallèle ?), avec cette scène jugée superflue par plusieurs… Nommée cette année à titre de meilleure actrice, gageons que la belle Espagnole Penélope Cruz, récipiendaire d’un oscar pour son rôle de soutien dans Vicky Cristina Barcelona en 2008, aimerait bien remporter une seconde statuette dorée ! À suivre…

    Animation
    Du côté des films d’animation, outre Flee, le film d’animation danois, deux autres longs métrages comprenant un aspect queer sont en lice : The Mitchell vs the machines, qui a beaucoup de qualités, parmi lesquelles celle d’offrir, sans forcer, un bel exemple de représentation LGBTQ+ dans le cinéma d’animation familial et Luca, une allégorie de Disney sur la différence.

    INFOS | La soirée des Oscars se tiendra à Los Angeles le 27 mars prochain.
    Pour plus d’infos : www.oscars.org

    (1) En 2017, le film chilien Une femme fantastique, mettant en vedette une
    femme trans, est nommé meilleur film en langue étrangère, mais cette
    récompense est attribuée au producteur
    .

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité