Lundi, 4 juillet 2022
• • •
    Publicité

    2 hommes condamnés à 10 ans de prison pour avoir tué le militant Zacharias Kostopoulos

    La cour d’assises d’Athènes a condamné mardi deux hommes à dix ans de prison chacun pour avoir roué des coups et infligé de graves blessures ayant conduit à la mort Zacharias Kostopoulos, icône du mouvement grec LGBTQ, décédé à Athènes en 2018 à l’âge de 33 ans.

    La cour n’a pas reconnu des circonstances atténuantes aux deux condamnés et a infligé la peine maximale de dix ans, prévue par la loi grecque, pour le crime des “lésions corporelles ayant conduit à la mort”, selon une source judiciaire.

    Connu sous son nom d’artiste drag queen “Zak/Zackie Oh”, le Gréco-Américain Zacharias Kostopoulos, était un ardent défenseur des droits des LGBTQ et des séropositifs, comme lui-même, et sa mort a provoqué une grande émotion en Grèce.

    Le 21 septembre 2018, il avait été violemment battu par les deux condamnés, un propriétaire d’une bijouterie située dans le centre d’Athènes, qu’il aurait tenté de cambrioler selon la défense, et un agent immobilier qui avait un bureau à côté de la bijouterie. La victime était parvenue à s’extraire de la bijouterie par la vitrine brisée mais dans la rue, les deux condamnés avaient continué de le frapper alors que des passants à leur tour lui avaient également porté des coups.

    Des policiers arrivés sur place l’avaient ensuite frappé et menotté alors qu’il saignait sur le trottoir, selon une vidéo devenue virale à l’époque sur les réseaux sociaux. La mort de la victime avait été constatée quelques heures plus tard à un hôpital où il avait été transféré.

    La communauté LGBTQ grecque avait fait de la mort de Kostopoulos un cas d’école soutenant que sa mort était “un crime de haine”. Amnesty International avait qualifié sa mort de “lynchage” et d'”assassinat”, critiquant la violence de l’intervention policière.

    Mardi, la cour d’assises a acquitté les quatre policiers qui étaient également jugés depuis octobre avec les deux condamnés pour le crime “des lésions corporelles graves ayant conduit à la mort”.

    Leur acquittement a provoqué de vives réactions des défenseurs des droits de l’homme présents dans la salle de l’audience, selon la même source. “Honte!”, ont crié dans la salle d’audience bondée certaines personnes lors de l’annonce du verdict et des manifestants rassemblés devant le palais de justice à Athènes, soutenant que la mort de Zackie était “un assassinat”.

    Le procès était prévu de débuter en octobre 2020 mais il n’a débuté qu’un an plus tard en raison des restrictions et du confinement imposé pour endiguer alors la pandémie du coronavirus.

    Le propriétaire de la bijouterie, 77 ans, doit purger sa peine de prison à domicile sous surveillance en raison de l’âge avancé, alors que l’agent immobilier, 59 ans, doit être transféré à la prison, selon la source judiciaire.

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité