Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Une rencontre avec Rhys Nicholson

    La dernière fois que l’humoriste australien Rhys Nicholson était à Montréal, en 2019, pour se produire au festival Juste pour rire, lui, l’humoriste Erin Gibson et Jonathan Van Ness de l’émission télé Queer Eye, ont décidé de visiter un club de strip-tease. « Nous pensions que nous allions dans un club gai voir des danseurs nus », se souvient Nicholson, « mais lorsque nous sommes entrés, nous avons réalisé que nous entrions dans une place s’adressant plutôt à des femmes blanches d’âge moyen. Et lorsque Jonathan est entré, la salle remplie de fag hags a perdu la tête, en le reconnaissant. » Cette même année, pendant Just for Laughs, Nicholson s’est également rendu avec l’humoriste Matteo Lane et la superstar de la drag Trixie Mattel dans l’un des célèbres clubs du Village où l’on peut admirer les danseurs nus de Montréal. « Pour être honnête, je suis un peu prude à propos de choses comme ça », avoue Nicholson. « J’ai toujours trouvé les hommes légèrement vêtus beaucoup plus attirants ! » Nicholson revient à Montréal pour présenter à Just for Laughs son spectacle d’humour Rhys ! Rhys ! Rhys ! à l’intimiste Théâtre Sainte-Catherine du 21 au 29 juillet.

    Copropriétaire de Comedy Republic, la plus récente salle de Melbourne consacrée aux spectacles d’humour, l’humoriste et comédien de 32 ans a fait le tour du monde. On le verra prochainement dans la série de science-fiction comique de Netflix, The Imperfects, qui a été tournée en Colombie-Britannique et il a conquis le monde avec ses apparitions comme juge vedette dans les saisons 1 et 2 de RuPaul’s Drag Race Down Under. Nicholson et moi avons récemment pris le temps de discuter librement.

    Comment en es-tu arrivé à être sélectionné comme juge pour RuPaul’s Drag Race Down Under ?
    Je pense que RuPaul a probablement vu mon spectacle sur Netflix. Il est assez clair sur ce qu’il veut voir à l’écran et sur le type de dynamique qu’il désire. Et il semble bien aimer les humoristes. Je suis un peu le « Paula Abdul » de l’émission parce que je suis drôle et que je me demande toujours si quelque chose est authentique, en tant que personne passionnée par l’art de la drag.

    Comment ça se passe, de travailler aux côtés de RuPaul et de Michelle Visage ?
    J’aimerais avoir, pour toi, une histoire juteuse à raconter, mais ils sont vraiment géniaux et professionnels tous les deux. La première saison, Michelle m’a définitivement pris sous son aile. Je pense qu’elle savait que les fans peuvent être particuliers et elle m’a préparé à cela. Et la meilleure façon de décrire Ru est de dire qu’il est « intéressé ». Je veux dire qu’il y a des histoires qui circulent sur Ru, selon lesquelles il serait un peu distant et je me dis :  non, je pense qu’il est juste professionnel. Lorsque vous atteignez ce niveau de renommée, c’est un type particulier de notoriété qui fait en sorte que les gens souhaitent avoir quelque chose de vous. Les gens demandent presque : « J’ai besoin que vous me donniez un moment de ma vie dont je me souviendrai pour toujours. » Et si une star ne fournit pas cela sur toute la ligne, eh bien, elle devient une personne affreuse.

    J’ai rencontré et interviewé la sensation comique australienne queer Joel Creasey, en 2015, lors du Just for Laughs. J’ai été ravi d’apprendre que vous avez partagé la vedette dans son documentaire Gay Crashers.
    Nous sommes les meilleurs amis du monde. Nous avons grandi ensemble. Nous faisons souvent des shows live ensemble et voulons certainement faire une émission de télévision ensemble. Nous pouvons simplement nous parler pendant un long moment et nous faire rire l’un l’autre. C’est un gars hilarant, Joel, c’est vraiment l’une des personnes les plus drôles du monde. Il fait partie de ces personnes qui peuvent être dans n’importe quelle pièce et il captera l’attention des gens en une seconde.

    Joel a fait son coming out à ses parents à l’âge de 16 ans. Quelle a été ton expérience ?
    Je suis très chanceux d’avoir des parents portés sur les arts. Je n’ai jamais vraiment eu besoin de faire ma sortie. Je suis vraiment profondément privilégié de cette façon. J’ai grandi dans une petite ville, mais à la maison c’était agréable et il y avait du soutien.

    Je suis assez vieux pour me souvenir des pionniers de l’humour queer comme le regretté Bob Smith qui a été présenté comme « le premier humoriste ouvertement gai à apparaitre sur le Tonight Show ». Comme le paysage du showbiz a tellement changé au cours des 25 dernières années, je me demandais à quoi ça ressemble en tant qu’humoriste queer de naviguer sur le terrain aujourd’hui ?
    J’ai l’impression que ça a changé même depuis que j’ai commencé ma carrière d’humoriste, il y a 12 ans. Je me souviens qu’à mes débuts, on devait encore faire une petite blague de coming out en arrivant sur scène. Nous devions toujours être des versions caricaturales ou grossières — ou du moins je l’étais — d’une personne gaie. Nous jouions devant un public majoritairement hétéro, il fallait être un peu un animal de zoo. J’ai l’impression que c’est différent maintenant. Je suis copropriétaire d’un club de comédie à Melbourne. Et, dans la jeune génération de comédiens qui ont commencé 10 ans après moi, de nombreux artistes queers n’en parleront même pas avant la moitié de leur spectacle. Il n’y a plus cette impression générale quand vous montez sur scène et que vous vous demandez : « Est-ce qu’ils savent ? » C’est assez incroyable !

    Tu partages la vedette de la prochaine série Netflix, The Imperfects, une production canadienne dont la sortie est prévue plus tard cette année.
    Oui, j’ai passé environ trois mois et demi à tourner dans la belle ville de Vancouver, l’année dernière. Il faisait super froid et il y avait la COVID, puis est venu l’été, et l’été est magnifique à Vancouver ! Cela me rappelle les meilleurs côtés de l’Australie. Le Canada est juste un pays parfait !

    Tu es déjà venu à Montréal avant…
    J’ai fait le Just for Laughs plusieurs fois et c’est un tel rêve à chaque fois. Maintenant, je vais présenter mon spectacle solo à Montréal durant Just for Laughs sur plusieurs jours. C’est fou ! J’ai aussi vraiment hâte de voir les meilleurs comédiens du monde présenter leurs numéros.

    Rhys Nicholson présentera son solo Rhys ! Rhys ! Rhys ! au Théâtre Sainte-Catherine, du 21 au 29 juillet. Pour les billets, visitez www.hahaha.com.


    READ THIS INTERVIEW IN ENGLISH / LIRE CETTE ENTREVUE EN ANGLAIS :
    An audience with Rhys Nicholson

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité