Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Sous l’uniforme, le droit au respect fera la différence

    Le 8 juin dernier, la Fondation Émergence remettait le prix Coup de cœur à l’Organisation consultative de la Fierté de l’Équipe de la Défense (OCFED). Un groupe de défense et de promotion du respect pour les personnes LGBTQ+ sous les drapeaux. Anciennement Réseau de la Fierté, l’OCFED a, depuis des années, poussé les Forces armées canadiennes à changer leur perception de la diversité sexuelle et de genre et surtout à bannir toute forme d’homophobie et de transphobie. Alors que l’armée canadienne est traversée par de nombreux scandales d’inconduites sexuelles, un espoir se fait sentir par le courage de personnes LGBTQ+. André Jean, actuellement chef de cabinet du Directeur général – changement de culture aux Forces armées, était présent pour recevoir le prix, entouré de camarades en uniforme.


    Le parcours d’André Jean est emblématique de ce qu’ont pu vivre de nombreux.ses LGBTQ+ au cours de leur carrière militaire, certain.e.s préférant abandonner plutôt que de se cacher ou encore de subir des humiliations, voire parfois des agressions. « Je suis militaire depuis 24 ans. En 1994, deux après que se soit terminée ce qu’on a appelé la purge, c’est-à-dire que lorsqu’on découvrait qu’un.e soldat.e était gai ou lesbienne, il ou elle était renvoyé.e de l’armée », explique-t-il. « Mais même à cette époque, on marchait sur des œufs, on se taisait et on était témoin de l’homophobie et de la transphobie régnantes. Pendant les deux premières années, j’ai caché mon homosexualité et je dois même avouer que j’ai même tenu des propos homophobes pour ne pas me distinguer des autres. » Une situation qui devient intenable, mais qui change avec la rencontre d’une femme. « Quand je prenais mon cours de cuisine, j’ai rencontré une femme, devenue mon amie, qui était lesbienne », continue André Jean. « Son aide m’a permis de découvrir qui j’étais vraiment et elle m’a convaincu de faire mon coming out. »
     
    À l’époque, André Jean est cantonné dans une base militaire isolée et a donc très peu de chance de rencontrer d’autres gais, car il n’y a ni bars ni vie gaie à proximité de la base. « Et il n’y avait pas les cellulaires, les réseaux sociaux pour se connecter à l’extérieur, je vivais un très grand isolement », ajoute-t-il. Paradoxalement, André Jean fait son coming out à ses parents deux ans plus tard. « Mon père était militaire et j’ai grandi sur deux bases militaires et dans un milieu très religieux, ce n’était donc pas évident de me confier à eux », continue-t-il. « Je savais que ce serait encore plus difficile avec mes parents que dans mon milieu de travail. »
     
    Les brimades, les réflexions et même les agressions physiques, André Jean les a connues et il fait partie avec d’autres d’un recours collectif pour que soient reconnus les mauvais traitements qu’il a subis. « Je peux dire aujourd’hui que je suis un survivant. Avec le recours collectif, nous espérons recevoir des excuses et des réparations. »
     
    Pour survivre, André Jean parle de résilience et de courage. Plusieurs fois, l’idée de tout laisser tomber lui a traversé l’esprit, mais il y avait en lui cette volonté de croire que les choses pouvaient changer. « Bien sûr, il faut du courage, ne pas avoir peur pour continuer à se battre », avance André Jean. « Même encore dernièrement, j’ai remis en question la pertinence de continuer comme co-président de l’OCFED, mais chaque fois, après réflexion, je me dis que ce sont des valeurs que je défends depuis toujours, le respect, la dignité.


    Et puis il y a toutes les personnes que nous avons pu mobiliser ces dernières années et qu’il ne faut pas laisser. Quand j’ai pris la co-présidence en 2019, nous étions une dizaine de personnes. Aujourd’hui, nous sommes fiers et forts de 370 personnes. Il ne faut jamais renoncer, car aujourd’hui nous avons notre voix à la table des décideurs, nous pouvons enfin parler des barrières systémiques, des préoccupations des personnes issues de la diversité sexuelle et de genre, il y a une ouverture, nous pouvons travailler à un meilleur respect de nos différences dans les Forces armées canadiennes. »
     
    Plusieurs fois au cours de l’entrevue, André Jean tiendra à souligner que ce travail de longue haleine n’a pu se faire que parce qu’ils et elles ont reçu aussi le soutien d’allié.e.s de la société civile.
     
    Aujourd’hui, l’OCFED est reconnue comme un partenaire officiel par l’armée. Dans le Rapport de l’examen externe indépendant et complet de la juge Arbour et rendu public fin mai 2022, parmi les Groupes consultatifs de la Défense (GDC) apparait l’OCFED, aux côtés des Groupes consultatifs des Autochtones, des femmes, des personnes handicapées, des Noirs et des minorités visibles. Cette présence au plus haut niveau dans le fonctionnement de l’armée représente une énorme victoire pour les membres de l’OCDE, « inimaginable » il y a encore quelques années, conclut André Jean. 

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité