Mardi, 30 novembre 2021
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresFontaines : Histoire de l’éjaculation féminine de la Chine ancienne à nos...

    Fontaines : Histoire de l’éjaculation féminine de la Chine ancienne à nos jours

    Le concept de l’éjaculation féminine est souvent associé à un mythe, à une théorie intéressante ou, au mieux, à un phénomène qui pourrait toucher un petit nombre de femmes. C’est du moins la représentation culturelle qui en est souvent faite dans les productions culturelles ou les médias et qui fait parfois hausser les yeux de certains devant cette « nouvelle lubie ». Pourtant, si on plonge son regard au cœur de l’histoire, on constate rapidement que cette vision est propre à la société occidentale et à une période somme toute récente de celle-ci. Pourtant, malgré les avancés récentes (fin du 20e siècle) des études, le phénomène et sa mécanique demeure toujours mal connu et enseigné et c’est afin de corriger le tir que Stephanie Haerdle a publié un essai, en allemand, dont la toute première traduction est dans la langue de Molière.


    On y apprend notamment que l’éjaculation féminine était à ce point connue et banale que de nombreux textes publiés en Chine, il y a plus de 2 200 ans, en font la description et constitue même un but essentiel à atteindre dans le cadre d’une relation sexuelle et ce, qu’elle implique un homme et une femme ou deux femmes. On retrouve de nombreux autres textes en Inde ou dans l’Antiquité et l’auteure en retrace le parcours des premières heures jusqu’à nos jours. Dans les textes chinois anciens, on retrouve même une règle assez amusante : la femme est encouragée à éjaculer le plus souvent possible, puisque son fluide corporel est inépuisable et nourri même son partenaire, alors que l’homme doit se réserver son fluide à la fécondation afin de ne pas gaspiller son essence vitale. Bref, il peut jouir, mais ne doit pas perdre sa semence. Au-delà de l’histoire de l’éjaculat féminin, l’auteure porte également son regard sur la progression et les reculs dans l’étude scientifique de l’orgasme de la femme en occident, faite de progrès et de reculs, notamment à l’égard d’un désintérêt séculaire pour ses aspects anatomiques.


    La production d’un fluide féminin est bien souvent même simplement associée à de l’incontinence. Pourtant, de nombreuses études sont à l’effet que près de 70% des femmes éjaculent à divers degrés (avec un minimum tournant autour d’une cuillère à thé, soit l’équivalent de l’homme). Ce n’est qu’au XXe siècle que le mouvement féministe amène un nouveau regard sur le clitoris, le point G et l’éjaculation féminine. L’information est cependant encore mal diffusée et de nombreuses femmes demeurent embarrassées devant le phénomène, convaincues d’être l’objet d’une tare. Nul doute que la lecture de cet ouvrage contribuera à ouvrir l’esprit de plusieurs lectrices, mais également de nombreux lecteurs.


    INFOS | Fontaines : Histoire de l’éjaculation féminine de la Chine ancienne à nos jours / Stephanie Haerdle. Paris : Lux, 2021. 313p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Les petits bals perdus

    Le livre d’Esther

    Publicité