Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Un juge donne raison à des parents LGBTQ au sujet de la discrimination dans les écoles manitobaines

    Un juge de la Cour du Banc de la Reine s’est rangé du côté des parents qui demandaient une révision judiciaire de la décision de la Commission des droits de la personne du Manitoba de rejeter leur plainte. Le juge David Kroft a rendu son verdict le 17 août, après la tenue d’audiences l’an dernier. Il ordonne un nouvel examen du dossier. Les trois parents manitobains auront donc une deuxième chance de prouver que le programme scolaire du gouvernement est discriminatoire envers les familles LGBTQ.

    Michelle McHale, Karen Phillips et Sonja Stone ont déposé une plainte auprès de la Commission en 2017. Ils allèguent que le gouvernement du Manitoba fait preuve de discrimination envers eux et leurs enfants, puisqu’il n’inclut pas l’identité de genre ou l’orientation sexuelle dans le programme et le matériel scolaire.

    Un rapport d’enquête de 40 pages publié en 2019 par la Commission a recommandé que la plainte soit soumise à une audience publique. Or, les commissaires, nommés par le gouvernement, ont voté pour rejeter cette plainte. Ce rapport faisait état entre autres d’une définition imprécise de la diversité dans le programme scolaire, et de la réticence à parler de sexualité queer dans les écoles.

    Dans son jugement, David Kroft estime que les raisons pour rejeter la plainte n’étaient pas suffisamment justifiées par des raisons transparentes.

    Sonja Stone, qui s’identifie comme queer, affirme que son enfant a dû être instruit à la maison après des épisodes d’intimidation. Elle ajoute que le personnel de l’école ne savait pas comment gérer les attaques que subissait son enfant parce qu’il a un parent queer.

    Sonja Stone se réjouit de la décision du tribunal. Toutefois, elle estime que le processus a pris trop de temps et que, dans l’intervalle, rien n’a été fait pour modifier de façon systémique le programme scolaire.

    Quatre ans plus tard, nous en sommes toujours au point où l’on demande à la Commission de décider si cette plainte peut faire l’objet d’une audience sur le fond. Les enfants LGBTQ2 et leurs familles continuent d’être écartés du programme scolaire et on leur dit dans certaines divisions scolaires que leur existence même est «trop sensible» pour être discutée ou reconnue à l’école.

    Avec les informations de la CBC.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité