Vendredi, 9 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Rencontre avec Mélanie Boisclair, propriétaire du Metro Plus Dorion

    En alimentation, la gestion est souvent une réalité masculine. C’est pourquoi il est bon de souligner que le Metro Plus Dorion, situé coin Sainte-Catherine et Dorion dans le Village, est dorénavant géré par Mélanie Boisclair, une femme d’affaires lesbienne qui en est également la propriétaire. Pour ceux et celles qui l’ignorent, ce magasin situé près du pont Jacques-Cartier a nouvellement été rénové de fond en comble. Rencontre avec une femme d’action et d’expérience, qui a surmonté les embûches.

    Parlez-nous de vous et de votre parcours…
    À mes débuts en 1994, je ne voyais pas de possibilité de devenir directrice ou propriétaire d’une épicerie. À cette époque, nous devions porter une jupe courte pour progresser dans le monde des affaires. Pour les gens qui me connaissent, ce n’est pas du tout mon genre ! Jusqu’au jour où, au début de l’année 2000, je fais la rencontre d’une femme lesbienne, vice-présidente à cette époque. Et ça m’a donné l’espoir que mon rêve entrepreneurial pourrait devenir possible un jour. J’étais tellement soulagée et heureuse d’avoir enfin une route possible pour atteindre mon objectif.

    Après plusieurs années dans le secteur de l’alimentation et suite aux encouragements de mon frère, en 2017 je me lance enfin et je deviens la première femme homosexuelle propriétaire d’une franchise Metro [ailleurs à Montréal, NDLR]. Au début, j’ai vécu beaucoup de préjugés et de discrimination face à mon genre et mon homosexualité, de la part de certains employés et même d’un petit groupe de clients du quartier. À mon premier jour dans ce magasin, un de mes employés m’a même dit mot pour mot ne pas être convaincu de pouvoir travailler avec une femme patronne ! Bref, j’ai été victime de diffamation au travail.

    Ça doit être dur sur la confiance en soi…
    J’ai vite compris que je devais être forte psychologiquement et m’armer de courage pour être capable de surmonter chaque obstacle que j’allais vivre dans ce magasin.

    Vous savez, les réseaux sociaux ça va vite quand quelqu’un publie des commentaires, même très vite ! Metro a dû intervenir en avril 2018, car les commentaires étaient très méchants, même dégradants à mon égard. C’était la première fois que je vivais ça dans ma carrière. Mes amies et ma famille en ont souffert plus que moi sur le coup. Mais grâce à mon expérience et à ma force de caractère, je savais où je voulais aller et comment y parvenir, sachant qu’auparavant ça avait fonctionné lorsque j’ai été gestionnaire pour une autre entreprise.


    Je n’avais aucun doute en mes moyens et je me répétais « demain sera un meilleur jour ». Cela a été deux ans de persévérance pour mettre en place une belle et vraie équipe de gestion. Je dois souligner que mon supérieur immédiat de l’époque était homosexuel et que son soutien a été marquant.

    C’est dans ces moments-là que tu réalises que tu fais partie d’une même communauté LGBTQ+, qu’on s’entraide et qu’on se tient mutuellement.

    Grâce au soutien de mes parents et à l’éducation qu’ils m’ont transmise, j’ai pu développer ma force de caractère et avoir une énergie exceptionnelle pour pouvoir accomplir les défis haut la main durant cette épreuve à ce magasin.

    En tant que femme lesbienne et malentendante de naissance, je dois être prête à affronter beaucoup d’injustice face à mon métier qui, encore aujourd’hui, est très masculin, mais je sens que la place à la diversité se fait peu à peu. Franchement, il faut savoir prendre sa place en tant que femme, car personne ne te déroulera le tapis rouge pour faire ton chemin. La critique est sévère et la tolérance est encore courte face à nous. Rien n’est gagné aussi facilement. Je prends exemple sur mon frère, qui pratique le même métier que moi et il n’a pas vécu le tiers des difficultés que j’ai dû affronter. Il n’a pas été obligé de travailler aussi fort que moi pour gagner la confiance et le respect de ses employés ou prendre sa place dans le milieu du monde des affaires.

    Et qu’en est-il de la gestion masculine toxique ?
    Encore aujourd’hui certaines personnes, par exemple des femmes ou des personnes issues d’une diversité, vont malheureusement accepter l’inacceptable par peur de représailles ou même de perdre leur emploi. Il reste malheureusement encore bien du travail à faire à ce niveau.

    Aujourd’hui, je suis à nouveau propriétaire, cette fois-ci du Metro Plus Dorion et première femme à la tête de ce magasin. Je dois avouer que mon expérience cette fois est totalement différente de la première ! Je suis si fière d’être dans le Village, je me sens comme chez moi, dans ma communauté LGBTQ+, entourée de mes employés.es ouvert.es d’esprit et sans préjugés sur qui je suis. Je peux marcher la tête haute et vivre au plein jour avec le sourire aux lèvres.

    J’aimerais remercier Metro pour son soutien et pour faire de plus en plus de place au genre féminin et à la diversité pour des postes de haute direction.

    INFOS | Metro Plus Dorion | 1955, rue Sainte-Catherine Est, Montréal.
    Ouvert tous les jours de 8 h à 22 h.

    Facebook @MetroPlusDorionSteCatherine

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité