Mercredi, 8 février 2023
• • •
    Publicité

    Markantoine, premier designer canadien à Making the cut

    Si vous suivez la populaire émission de télévision américaine Making the cut diffusée sur Amazon Prime, vous avez eu la surprise de découvrir parmi les dix finalistes de la troisième saison, le premier candidat canadien (et québécois) à s’y illustrer. Le designer shawiniganais Markantoine, derrière la marque MRKNTN, est venu tenter sa chance de remporter le grand prix d’un million de dollars, en présentant ses designs à la célèbre mannequin Heidi Klum qui coanime l’émission avec Tim Gunn, et les juges permanents soit l’actrice et styliste Nicole Richie et Jeremy Scott, le directeur de la création chez Moschino. Si Markantoine a finalement été éliminé juste avant la finale, où le designer suisse Yannik Zamboni, connu pour ses créations « queer anti fashion », remporte les honneurs, Markantoine retire de son passage à Making the cut maints souvenirs indélébiles et retombées positives.

    Making the cut
    Du processus d’audition, à l’acceptation finale, la route sera longue. Après un premier appel à la saison 2, en raison d’un nouveau casting à la suite de la pandémie, Markantoine était déjà dans la mire des producteurs de l’émission. Déjà en lice, les choses se concrétisent pour lui à la saison 3. « J’ai reçu un appel en septembre l’an passé, puis, à la suite d’une application plus officielle, je me suis retrouvé dans le réseau d’Amazon. J’ai passé des entrevues toutes les semaines pendant deux mois; des dirigeants d’Amazon qui font enquête, jusqu’à la production qui pose ses questions. Un processus très intense… », décrit Markantoine, qui se solde par un appel le 18 novembre l’informant qu’il est finalement retenu comme candidat et qu’il doit partir dans dix jours pour Los Angeles.

    De ce court préavis, en pleine période de pandémie, Markantoine a donc résidé dans la cité des anges pendant tout le mois de décembre pour le tournage de Making the cut. Lors de ses premiers jours à l’atelier, il ne cache pas sa fébrilité : « C’était très excitant de pouvoir partager mon art, si je peux me le permettre, ce qui est très important pour moi. Être avec d’autres gens qui viennent de partout dans le monde, qui ont le même métier, la même passion et un peu le même cheminement, c’était très intéressant. C’est d’ailleurs ce que je retiens de toute cette aventure, la rencontre avec tous ces designers très différents », confie Markantoine qui ne cache pas ses affinités avec Yannick, puisque les deux designers s’épaulaient. « Même si on n’avait pas du tout le même style, on se faisait confiance et on était très critiques l’un envers l’autre, positivement, ce qui nous a permis de cheminer dans la compétition ».

    De spectateur à participant
    Si Markantoine avait nécessairement vu les précédentes saisons de Making the cut, passer de spectateur à participant peut comporter son lot de surprises. Une téléréalité est avant tout un casting. D’où le fait que chaque candidat a une marque et un look différent, provint d’un milieu différent, exerce différemment son métier, etc. Nous sommes ici dans la téléréalité compétitive qui met en scène des candidats choisis pour leur métier.

    Or, vient un temps où même si ce sont les activités professionnelles qui priment, la vie privée est néanmoins exposée au petit écran. Markantoine avoue qu’il n’avait pas de craintes en ce sens, puisqu’il « n’avait rien à cacher, au final! S’il y a probablement le un centième de ce que j’ai dit qui s’est réellement retrouvé à la télévision », ajoute le principal intéressé, les producteurs ont retenu dans la présentation du candidat à l’émission, son agression homophobe vécue dans Charlevoix, avec son copain, en 2019. Exposer son vécu homosexuel à la télévision n’était pas un enjeu pour Markantoine, explique-t-il, puisque « je suis quelqu’un qui vient d’une famille très ouverte et fière d’être qui l’on est.

    Ç’a toujours été le message que ma mère voulait qu’on divulgue. Je m’assume à 100%  et d’en parler, si je peux dénoncer l’homophobie, je vais le faire. Pouvoir exposer cela à la télévision internationale diffusée dans 250 pays, et en sortir grandi, c’est aussi montrer aux gens qui vivent des choses similaires qu’il faut les dénoncer et qu’on peut s’en sortir et faire de grandes choses pareil », explique celui qui a reçu beaucoup de messages de soutien sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, après avoir regardé l’émission, Markantoine trouve fidèle à 100% la façon dont il y fut dépeint : « C’est sûr qu’il y a des choses que j’aurais aimé qu’ils mettent, mais je suis content de mes interventions faites pendant l’émission. Certaines étaient un peu plus crues pour quelques personnes, mais on a le droit d’avoir un avis sur le travail des autres, c’est très important dans notre domaine. »

    Coudre sous pression, sans perdre ses marques
    « J’ai été surpris du temps qu’on avait. C’était très réel! Le temps qu’ils donnent à la télévision, c’est vraiment le temps qu’on a pour faire le design de nos vêtements… Ça m’a beaucoup aidé d’avoir le background que j’ai au niveau de mes études et de l’expérience pour garder le focus en travaillant sous pression ». S’il n’est guère facile de s’exposer à la télé, sans perdre ses marques, Markantoine a su rester fidèle à sa marque. Celui qui définit MRKNTN comme du skatewear haut de gamme ne faisait pas dans la dentelle, ou dans les robes féminines. Questionné à savoir si son style était un frein à son ascension, le designer désirait avant tout passer un message : « Au début, des robes hyperféminines gagnaient chaque challenge, alors je questionnais pourquoi le men’s wear n’en sortait pas plus gagnant? Surtout qu’aujourd’hui, 45% du marché du luxe est acheté par des hommes. Depuis 2010, il y a eu une grande démocratisation du vêtement pour hommes et j’étais surpris que ce ne soit pas mis de l’avant dans cette compétition.

    Bon, à la fin, les vêtements non genrés de Yannick ont pris le devant, et j’en étais content, mais ça a pris du temps avant que ça sorte du lot! » Si Markantoine a été éliminé au sixième épisode, juste avant la finale, les retombées positives ne sont guère négligeables. En septembre dernier, la collection printemps/été 2023 de MRKNTN à défilé en grande primeur à l’émission La semaine des 4 Julie sur la musique de Simple Plan. « J’ai aussi un plus gros following qui suit ma marque, sans compter que les gens au Québec sont fiers de voir quelqu’un qui va à l’étranger pour réaliser de grandes choses. Les gens de la Mauricie sont particulièrement fiers! Ma mère me disait toujours : tu es un petit gars de Shawinigan et tu vas être capable de faire de grandes choses dans le monde entier! » explique celui qui se voit aujourd’hui « réaliser ce petit gars-là » dans cette aventure, tout en étant « fier de ses racines ». « Ça m’aide à me construire une clientèle qui va être fidèle, forte et engagée. La première chose que je dis à l’émission c’est : l’m French Canadian ». Entre authenticité et fierté nationale, la langue n’a pas été un frein pour Markantoine, « je parle anglais, mais ce n’est pas ma première langue. Je me suis dit : ce n’est pas grave, je vais de l’avant avec ça! Finalement, ça a bien été et je suis content du résultat! Aussi, Georgia et Yannick parlaient français, donc quand on voulait se dire des secrets… » Si avec la fatigue et la pression, Markantoine n’en a pas perdu son latin ni son anglais, il revient à Montréal les valises pleines de souvenirs et d’expériences qu’il continue de partager avec ses étudiants du Collège LaSalle : « J’ai commencé jeune à enseigner et c’est vraiment quelque chose que je voulais faire dans la vie.

    C’est important pour moi de partager ma passion et de voir de nouveaux talents émerger et constater comment ils vont faire évoluer la mode », explique celui qui enseigne depuis cinq ans au sein de l’institution qu’il l’a diplômée en 2011. « J’étais en pleine session quand j’ai dû quitter pour l’émission, mais mes étudiants étaient tous derrière moi et ils le sont encore aujourd’hui. » Entre temps, parce que Markantoine coud à la vitesse de l’éclair et que « making the cut » n’a plus de secret pour lui, le designer travaille déjà sur la collection automne/hiver 2023 de MRKNTN. Néanmoins, avant de renouveler son passage à la Paris Fashion Week la saison prochaine, quelques moments de détente sont tout de même à l’agenda.

    INFOS | Pour découvrir la marque MRKNTN : mrkntn.com

    Pour visionner la troisième saison de l’émission Making the cut rendez-vous sur Amazon Prime.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité