Vendredi, 1 juillet 2022
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresDeuil et célébration : Juif, orthodoxe et gai, passé et présent

    Deuil et célébration : Juif, orthodoxe et gai, passé et présent


    K. David Brody propose une prémisse pour le moins inhabituelle aux rayons des romans historiques. En effet, non content de plonger le lecteur au 19e siècle, il le fait également pénétrer de plain-pied dans la réalité des communautés juives orthodoxes et, plus particulièrement, du cheminement d’un homme qui réalise être attiré par d’autres hommes. Dépaysement assuré pour plusieurs, tant sur le plan de l’époque que des repères culturels.


    L’action se déroule en Pologne, en 1860, et met en scène le jeune Yankl Bradawka alors que, comme tous les garçons de 18 ans de sa communauté, il se consacre à l’étude du Talmud. Il ne peut cependant empêcher son esprit de vagabonder devant la proximité de ses compagnons de classe. Le simple frôlement de la main de Velvel, son voisin d’étude, constituant presque une victoire secrète. Une inéluctable conclusion se profile cependant à l’horizon, dont l’échéance se voit accélérée lorsqu’il est surpris dans les bras d’un autre homme: il doit joindre son destin à celui d’une jeune fille. À une époque où la simple évocation de son oncle Aaron, célibataire émigré à New York, génère des jugements moralisateurs, on peut imaginer l’abomination que suscite son « écart de conduite ».


    Plutôt que de plier l’échine devant cette sentence, il s’enfuit et se réinvente à titre de musicien itinérant. Il faut dire que, contrairement aux hommes avec qui il partage de rares rencontres furtives, Yankl n’éprouve pas de honte devant ses inclinaisons. Il se refuse à combattre ce qui lui semble fondamentalement bon, même si cela impose un prix élevé : dire adieu à sa communauté. Un tel cheminement peut sembler étonnant chez un homme du 19e siècle, mais il faut se rappeler que, de tout temps, des femmes et des hommes ont ainsi progressé à contrecourant de la norme établie. C’est donc au fil de ses pérégrinations à travers l’Europe, des rencontres avec des hommes avec lesquels il partage les mêmes goûts, de même qu’avec certains membres de sa communauté, que l’on découvre une culture et une communauté émergentes dans lesquelles il lui est permis de s’épanouir. L’auteur étant lui-même de confession juive, il maitrise parfaitement bien sa matière et le roman est donc ponctué d’informations sur les rituels judaïques et leur évolution dans le temps. Il utilise par ailleurs un procédé narratif inhabituel en conclusion de chacun des chapitres, où un dialogue se tient entre l’auteur et Yankl, dans lequel le premier interroge le second pour préciser des éléments. Se confrontent ainsi les réalités, les conditions sociales et les enjeux auxquels chacun fait face dans sa période respective.


    La traduction de Denis-Martin Chabot coule de source et il faut d’ailleurs en souligner la qualité puisque le travail d’adaptation requis pour bien rendre les différents éléments culturels a sans doute été titanesque. On ne peut par ailleurs s’empêcher de dresser un parallèle entre la trame narrative de découverte et d’affirmation de soi de ce roman et celle de Yentl, la nouvelle d’Isaac Bashevis Singer, qui donna naissance au film du même titre réalisé et interprété par Barbra Streisand. Après tout, la prononciation de Yankl et de Yentl semble assez proche. Simple fruit du hasard ou hommage à peine déguisé ?


    INFOS | Deuil et célébration : Juif, orthodoxe et gai, passé et présent / K. David Brody. Québec : Éditions Crescendo !, 2022. 251 p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Light Out

    Publicité