Samedi, 1 octobre 2022
• • •
    Publicité

    Jay et Luka, les amoureux tout en contrastes de L’amour est dans le pré

    Luka est agriculteur, émotif et il a tendance à se projeter dans le futur. Jay est photographe, posé et il aime vivre au jour le jour. Leurs personnalités contrastées sont peu à peu devenues complémentaires sous les yeux des téléspectateurs de L’Amour est dans le pré. Fugues a fait un retour avec eux sur leur aventure.


    Quelles étaient vos motivations pour vous inscrire ?
    Luka : Le sérieux du processus. C’est facile pour tout le monde de rencontrer avec les applications ou les sites de rencontres. C’est à porter de main. Mais je ne voulais pas rencontrer quelqu’un comme ça. Et ce n’est pas toujours évident de sortir dans un bar ou un restaurant pour rencontrer. L’été, je suis pris à faire les foins. Je n’ai pas toujours mes soirées de libres. Je sors souvent avec ma gang d’agriculteurs du coin. On voit généralement le même monde. On est bien dans nos petites affaires. Alors, on rencontre moins.

    Jay : Pendant la pandémie, je suis retourné chez parents sur la ferme pendant plus qu’une demie-année. Ça m’a permis de reconnecter avec mes racines. J’étais prêt à rencontrer quelqu’un. J’avais le goût de me lancer en relation. Alors, pourquoi pas faire confiance à une émission qui fonctionne depuis tant d’années?


    Est-ce que le couple formé par Alex et David la saison dernière a influencé votre expérience?
    Jay : Depuis le début de l’émission, on espère que les gens ne nous compareront pas à eux, qui ont vécu un coup de foudre. On veut vivre notre histoire à notre rythme.

    Luka : On se ressemble comme personnes, mais sinon, les seules choses que nos couples ont en commun, c’est d’être homosexuels. Notre histoire est complètement différente. Eux, ils ont été tellement intenses. Et le public aime voir ça à la télé. On avait peur que les téléspectateurs nous trouvent poches. Finalement, on a pris notre temps et je crois que le public l’a perçu. Le résultat est aussi positif.


    Aviez-vous certaines craintes quant aux réactions des gens parce que vous êtes gais?
    Luka : En m’inscrivant, je n’ai jamais craint que les gens me jugent. J’embarquais dans l’aventure comme Marika et Denis. J’allais là pour rencontrer l’amour. Je n’ai jamais senti que j’étais différent.

    Jay : D’ailleurs, on n’a pas reçu beaucoup de commentaires négatifs. Tout le monde nous conseillait de ne pas regarder ce que les gens écrivaient, mais ça me fait rire. J’ai vu trois ou quatre commentaires négatifs et je les ai likés. Le reste est très positif. On sent beaucoup de fierté de voir qu’on peut s’épanouir comme ça et que les gens veulent voir plus de personnes LGBTQ+ à la télévision.

    Crédit photo : Hugo B. Lefort

    Puisque la présence de candidats gais est récente dans les téléréalités québécoises, aviez-vous l’impression de « représenter » les homosexuels à la télé?
    Jay : Je ne me suis pas embarqué là-dedans avec cette idée derrière la tête. J’allais juste là pour trouver l’amour et vivre l’expérience.

    Luka : Quand je faisais les auditions, je me disais que si mon passage à la télé pouvait inspirer quelqu’un à faire son coming out ou à se sentir mieux avec lui-même, ça me flatterait. Je ne l’ai pas fait pour ça, mais si ça peut influencer positivement les situations dans les familles, tant mieux.


    Au début, avez-vous craint de n’avoir aucun intérêt durant l’émission?
    Luka : Dans ma tête, la possibilité de finir l’émission célibataire n’était même pas une option. Évidemment, ça aurait pu se produire, mais on a vu tellement de beaux couples en sortir que j’avais le feeling que je vivrais quelque chose de spécial.

    Jay : Avant mon inscription, je disais à mes amis : « Si je m’inscris, c’est sûr que je finis avec ». Et depuis la fin des tournages, on s’est rendu compte qu’il y avait énormément de coïncidences dans nos vies qui faisaient en sorte que c’était bizarre qu’on ne se soit pas rencontrés avant. Nos familles se connaissent par le biais de la cousine de l’un ou de l’autre. Le vendeur de tracteurs à mon père est le même que celui de son père. Ma mère a défoncé le char de son meilleur ami l’été passé.

    Luka : C’était le destin!


    Comment votre relation a-t-elle évolué depuis la fin des tournages?
    Jay : Ça va bien. On profite de la vie. On fait plusieurs activités et on habite pratiquement ensemble. Je n’ai pas déménagé à la ferme, parce que je travaille à Montréal, mais je suis très souvent chez lui. Il vit à deux heures de Montréal et à trente minutes de chez mes parents. Ça se concilie bien.

    Luka : Avec le printemps qui arrive, je vais être plus occupé dans les champs. En été, Jay prend souvent plus de vacances. Je nous voyais avancer vers ça et j’étais du genre à stresser en vue du mois de septembre, parce que je dois récolter mon maïs et je suis ultra occupé. Je me demandais comment il allait réagir. Heureusement, Jay m’apprend à vivre au jour le jour. On va avoir le goût de se voir et on va s’arranger pour se voir.


    Quel est votre plus beau souvenir de l’émission?
    Luka : Quand j’ai rencontré son monde, c’était tellement une belle ambiance. J’imaginais ma gang d’amis être avec nous et avoir des conversations avec tout le monde. Je voyais que Jay était fier de voir les gens qu’il aime être là pour lui.

    Jay : Le moment que j’ai vécu avec mes amis et ma famille. Il faut savoir que mes parents sont séparés depuis 21 ans. C’était la première fois que je les voyais dans une même soirée, accompagnés de leur chum et blonde, en ayant du fun ensemble. Juste le fait que L’Amour est dans le pré m’ait fait vivre ce moment-là, j’étais genre wow! Puis, quand Luka m’a choisi, c’est venu boucler la boucle.

    L’AMOUR EST DANS LE PRÉ reviendra sur Noovo pour une 11e saison et Katherine Levac demeurera à la barre de la téléréalité.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité