Dimanche, 3 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Fire Island et les jeux de l’amour et du hasard

    Se déroulant sur une période d’une semaine, le film Fire Island explore avec un humour corrosif les jeux de coulisses, les malentendus, de même que les désirs refoulés d’une bande d’amis pour qui leur escapade estivale constitue une tradition annuelle sacrée ! C’est le temps de se retrouver, de baiser à qui mieux mieux, mais, pour certains, c’est également le moment des remises en question. Bien que le titre de cette critique évoque la pièce de Marivaux, c’est plutôt dans les œuvres de Jane Austen que le film trouve ses racines, allant même jusqu’à carrément les citer.


    Les amateurs de l’autrice anglaise du 19e siècle ou des adaptations de ses romans feront aisément des rapprochements entre certains éléments du film et la trame d’Orgueil et préjugés. En effet, l’amour-propre et la superbe habitent le cœur des hommes qui peuplent cette île des plaisirs incendiaires et l’arc narratif de Noah (superbe Joel Kim Booster) et Will (Conrad Ricamora) ne sont pas sans faire faire écho à ceux de la fière Elizabeth Bennet et de l’arrogant M. Darcy du roman publié en 1813.


    Le film met l’accent sur deux hommes sino-américains : Noah et Howie (Bowen Yang). Le premier met le cap sur l’île avec une seule idée en tête : profiter de tous les plaisirs que la population masculine saura lui offrir. Son ami se déclare plutôt être un grand romantique et souhaite prendre le temps de connaitre un homme et voir s’il pourrait y avoir plus. Très peu de cette vision mièvre des choses pour Noah, qui fait serment de ne pas toucher à un seul des vacanciers avant qu’Howie ait goûté à la cuisine locale !


    Malgré cette promesse, Noah fait éventuellement connaissance avec Will, mais les deux hommes vont rapidement passer d’une attirance marquée à un froid quasi sibérien, alimenté par une volonté commune de tuer dans l’œuf les atomes crochus qui semblent se tisser entre Howie et Charlie (James Scully), meilleur ami du second.


    Piochant allègrement dans le roman d’Austen, le film se fait un malin plaisir d’explorer les tensions antagonistes entre les classes sociales représentées par l’univers de Noah et de Will : le premier s’illustrant par un niveau de vie tout juste correct et le second par une grande richesse. À cela s’ajoutent une condescendance marquée de plusieurs et une ribambelle de clichés raciaux, ce qui donne droit à des moments particulièrement jouissifs, Noah ayant un sens de la répartie particulièrement bien aiguisé. Pour appuyer le rapprochement entre les deux œuvres, malgré une époque dominée par les téléphones cellulaires, un moment cathartique du film trouve sa résolution dans un traditionnel échange épistolaire.


    On s’en doute, plus Noah et Will s’enfoncent dans leurs positions respectives et plus ils nient la réalité des sentiments qui les animent. Par ailleurs, plus ils tentent de monter leurs amis respectifs l’un contre l’autre, plus cette amitié qu’ils chérissent tant se trouve menacée. Noah est cependant convaincu que la seule chose dont Howie a besoin, c’est d’une baise bien chaude et, idéalement, de courte durée. Will, de son côté, considère que Charlie s’emballe un peu trop vite alors qu’il se remet à peine d’une rupture. Bien évidemment, comme dans toute « comédie des erreurs » qui se respecte, se met rapidement en place une enfilade d’imbroglios et de conversations surprises au détour de portes dérobées.


    Les acteurs campent tous très bien leur personnage respectif avec un accent pour Joel Kim Booster, qui arrive à marier une inflexibilité et une fragilité désarmante. Margaret Cho crève également l’écran dans le rôle d’Erin, propriétaire de la résidence qui accueille ces retrouvailles annuelles.
    Réalisé par Andrew Ahn et scénarisé par Joel Kim Booster, qui tient également le rôle de Noah, le film se révèle un réel plaisir, n’hésitant pas à mêler différents niveaux d’humour pour former une œuvre à la fois hilarante et touchante.


    On aurait pu craindre que la présence du film sur Disney+ entraine un allègement significatif de la sexualité, mais c’est cependant tout le contraire puisqu’il s’agit sans doute des propos et des éléments graphiques les plus crus et grivois à jamais avoir foulé la plateforme. Il faut cependant savoir qu’il s’agit d’une production Hulu, propriété de Disney, qui fait son pain et son beurre de contenu plus adulte. Le film est disponible en anglais ainsi que dans un doublage français.


    INFOS | Disponible sur Disney+

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité