Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Inverse, quand le futur est en retard

    Inverse / L’avenir est souvent un pas en arrière est une exposition documentaire expérimentale, qui vise à questionner l’assimilation prédominante des identités 2SLGBTQIA+. Cette installation documentaire de Nicolas Jenkins, présenté au Centre Phi du 30 juin au 28 août, offre un portrait multigénérationnel des communautés queer à travers leur quotidien.


    Découpé en plusieurs parties, Inverse / L’avenir est souvent un pas en arrière entrelasse les vies d’un groupe de personnes diverses de New York, qui célèbrent la différence à travers la non-conformité de genre, les relations non traditionnelles, les pratiques sexuelles radicales, l’activisme, la politique, et l’art subversif.

    Remettant en question l’assimilation traditionnelle de l’identité LGBTQIA+, INVERSE cartographie une communauté queer intergénérationnelle en s’engageant dans la vie quotidienne de ses participants. Expérimental dans son approche, le projet prend la forme d’une installation vidéo immersive en trois parties qui combine de manière vivante ces histoires, entrevues et portraits. Réalisé sur une période de 4 ans et demi, INVERSE met en avant la fluidité et le changement, à la fois du genre et de nos croyances à ce sujet.


    La première partie, A Day in the Life, est la pièce maîtresse du projet. Cette projection vidéo de 20 minutes suit cinq personnes côte à côte alors qu’elles exécutent leur vie ordinaire dans la ville de New York. Ces récits parallèles se déroulent sur chaque écran et se jouent visuellement les uns des autres. Illustrant un sens de la réalité quotidienne, l’installation est imprégnée du sens de six degrés de séparation, alors que les personnages deviennent interconnectés à travers leurs mouvements. A Day in the Life met en vedette Alok Vaid-Menon, interprète et auteur.trice non conforme au genre qu’on pourra voir en spectacle durant le festival Fierté Montréal; Raiden, un homme transgenre et enseignant de maternelle qui a une femme et des enfants ; Chealsea, une femme transgenre de la Maison Xtravaganza ; Alex, une femme bisexuelle cisgenre et journaliste mariée à une autre femme ; et Shaktii, une adolescente et militante au genre fluide.


    La deuxième partie, Voices, est un collage de conversations avec 30 personnes – âgées de 15 à 75 ans – qui vivent leur vie au-delà des limites normatives de la culture gaie dominante. Chaque entretien donne un contexte au projet plus large en mettant en lumière les problèmes particuliers des barrières socio-économiques, du sectarisme, de la misogynie, du racisme, de la transphobie, de la masculinité toxique et d’autres formes de violence auxquelles sont confrontés quotidiennement les personnes marginalisées. Les voix sont destinées à être visionnées sur quatre moniteurs vidéo, chacun affichant des segments de 10 minutes, ou alternativement en entier sur un seul écran. L’audio provient de haut-parleurs directionnels afin de ne pas interférer avec les sons provenant d’autres parties de l’installation, ce qui en fait une expérience vraiment immersive.


    La troisième et dernière partie, Faces, est une œuvre vidéo de 20 minutes qui est la portion la plus récente du projet WALK! de Nicolas Jenkins. Rappelons que depuis 30 ans, le montréalais d’origine Nicolas Jenkins documente la scène Ballroom Queer Black et Latino de New York. WALK! témoigne de sa passion pour cette communauté singulièrement inclusive et diversifiée. Célébrant la différence plutôt que la similitude, la culture house-ballroom a beaucoup à apprendre à la société hétéronormative dominante sur le genre, la sexualité et la communauté. Faces, dépeint la joie féroce, le défi et la fierté des participants aux bals de voguing.

    Inverse, au Centre Phi


    En écho à la nature de cette communauté, les parties distinctes d’INVERSE forment un tout complémentaire. Réunis, les divers éléments du projet offrent un reflet physique et symbolique de la communauté diversifiée. www.phi.ca

    Comme le Centre PHI fête ses 10 ans et que la Fondation PHI pour l’art contemporain fête de son côté ses 15 bougies avec la présentation de l’exposition Yayoi Kusama: DANCING LIGHTS THAT FLEW UP TO THE UNIVERSE, pourquoi ne pas aussi visiter ses institutions. L’équipe propose d’ailleurs sous forme de parcours la découverte d’une programmation éclectique comprenant des œuvres d’art contemporain et numérique. Pour en savoir plus sur les parcours, visitez le site web.


    INFOS | LES PARCOURS PHI phi.ca

    INVERSE, EXPOSITION DOCUMENTAIRE phi.ca

    CRÉDIT PHOTOS : CENTRE PHI & Adil Boukind

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité