Jeudi, 29 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Fierté Montréal, bilan de l’édition 2022

    Après 2 ans de pandémie, il est clair que l’édition 2022 de Fierté Montréal était attendue. Plus que jamais, la programmation du Festival se voulait inclusive, reflétant l’ensemble des identités de nos communautés via une programmation dont la très grande majorité des artistes faisaient partie de la diversité sexuelle et de genre, et mettait de l’avant un grand nombre d’organismes communautaires œuvrant et militant pour les droits des communautés 2SLGBTQI+.Par Yves Lafontaine, André C.Passiour, Chantal Cyr et Karl Mayer

    SPECTACLE D’OUVERTURE
    Le mercredi 3 août à 19h, le spectacle d’ouverture réunissait sur scène une diversité très grande d’artistes (ce qui a déconcerté certains spectateurs qui pensaient assister principalement à un spectacle de Diane Dufresne), dont le phénoménal auteur compositeur et DJ montréalais d’origine congolaise Pierre Kwenders (dont la prestation fut tout simplement incroyable), la légendaire Diane Dufresne qui a ému plusieurs fans, des femmes au tambour de Wendake et une prestation du Montreal Kiki Ballroom Alliance.



    DRAG SUPERSTARS
    Le plus grand et spectaculaire spectacle gratuit de drags au pays! Le retour de Drag Superstars était clairement très attendu, le 4 aout, et le public très nombreux (on a estimé la foule à environ 30 000 personnes) a répondu présent sur l’Esplanade du Stade olympique. Si quelqu’un doutait encore de la popularité des drags associées à l’univers des Rupaul’s Drag Race, la soirée animée de mains de maître par Rita Baga a réuni 18 artistes du Canada, des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni. Elles se sont succédées à une cadence d’enfer dans des numéros solos souvent accompagnées de danseurs et nous ont servi un incroyable medley des succès de Céline Dion en fin de spectacle soirée. On a déjà hâte à l’édition 2023.



    IMMIX
    A offert une mosaïque musicale inattendue et une série d’artistes tous azimuts qu’on n’imaginerait pas d’emblée partager la même scène. On a pu goûter aux prestations de Cœur de Pirate, Corneille, Dominique Fils-Aimé, Patsy Gallant, Léolo, Redgee, Teiki, Alaclair Ensemble, Antoniya, Mehdi Bahmad, Dope gng et Strange Froots.



    Un extraordinaire MAJESTIX
    Bénéficiant d’une animation sans faute par les deux drag kings RV Métal et Rock Bière, Majestix a offert un extraordinaire spectacle regroupant des drags d’ici, notamment Barbada, Carmen Sutra, Gisèle Lullaby, Kitana, Le Freak show, Marla Deer, Miami Minx, Miss Dupré Latour, Misty Waterfalls, Rainbow, Scarlett Paris Evans, Uma Gahd, Velma Johnny Jones, Foxy Lexxi Brown et La Drag OnFly. Seize des plus royales des artistes drags de Montréal s’en ont donné à cœur joie lors de cette soirée magique.



    LA COURSE CAPOTÉE
    Maquillé.e.s, habillé.e.s et juché.e.s sur des talons spectaculaires, une vingtaine de drags plus excentriques les un.e.s que les autres se sont affronté lors de La Course capotée, une course à obstacles où l’objectif est d’ensacher le maximum de condoms et bien sûr, rire à pleins poumons!

    Commerces du Village et organismes communautaires s’affronteront dans une ambiance colorée, festive et communautaire ! Cette compétition hilarante soutenue par Fierté Montréal, au bénéfice de l’organisme RÉZO et en collaboration avec Équipe Montréal, sera animée par nul autre que la désopilante Chouchoune !





    JOURNÉES COMMUNAUTAIRES
    Pour tous les organismes et individus que nous avons croisé durant les deux journées communautaires, il ne fait aucun doute que le retour en présentiel de Fierté Montréal a été accueilli très favorablement, conscient de l’importance pour toutes et tous de ce grand moment de sortie collective. Et bien sûr, le plaisir d’être présents aux journées communautaires. De la Canadian Aviation Pride à l’Équipe Trudeau en passant par le Services de sécurité incendie de Montréal ou la STM jusqu’à l’équipe de rugby Armada Montréal ou du GRIS- Montréal, les kiosques étaient variés et représentaient une foule de groupes et d’organisations pour ces Journées communautaires des vendredi 5 et samedi 6 aout dernier. Comme à son habitude, le Club Bolo (danse country) animait toujours autant la foule rassemblée, juste en face de la Place Dupuis. Un peu plus loin, les chœurs Ganymède et Extravaganza attirent aussi les gens par leurs envolées usicales. Les gens, jeunes et plus vieux, sourient à profusion en passant devant le kiosque de Woof MTL et ces sympathiques «puppies». Le samedi après-midi, la foule était très dense malgré la chaleur et une humidité accablante. Certains groupes ont plus la cote que d’autres, surtout auprès de grappes de jeunes de la diversité sexuelle et de genre. Face au métro Beaudry, la clinique de vaccination pour la variole simienne n’a pas dérougi.

    Fierté Montréal peut bien être «fière» de la réussite de ces Journées communautaires échelonnées sur deux jours. On pouvait compter plus d’une soixantaine de kiosques le samedi et presque autant la veille pour environ 150 kiosque en tout pour les deux jours. «Nous avons été occupé les deux journées, la population a bien participé aux Journées communautaires. Il fait chaud, très chaud, mais on ne lâche pas», de commentait Pierre Pilotte, coordonnateur des Archives gaies du Québec. La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, ainsi que le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, député de Laurier-Sainte-Marie, ont fait le tour des kiosques et jasé avec les représentants d’organismes et la population nombreuse puisque le Village se trouve dans leur circonscription respective. On a pu aussi apercevoir le député fédéral de Mont-Royal, Anthony Housefather, ainsi que Ruba Ghazal, la députée de Mercier à l’Assemblée nationale, entre autres. La première femme trans élue au Canada, Julie Lemieux, mairesse de la municipalité de Très Saint Rédempteur, était présente au kiosque de l’association Trans Mauricie-Centre-du-Québec, malgré qu’elle avait été hospitalisée quelques jours auparavant pour un ACV.



    Le retour du T-DANCE et une CLÔTURE spectaculaire
    Après l’annulation du Défilé de la Fierté du dimanche 7 août, on aurait pu croire que le T-Dance aurait pu être boudé par des festivaieurs mécontents, mais non l’esplanade du Stade a été envahie par des miliers de personnes qui ont dansé au son des DJ Karaba et DJ Juan Niño, ainsi que par le trio de danse sur talons aiguilles TrinXX. Durant la soirée, la chanteuse et Dj Sandy Duperval, porte-Parole de Fierté Montréal depuis quelques années, s’est adressée à la foule massée sur l’Esplanade du Stade Olympique pour s’excuser au nom de l’équipe de Fierté Montréal :

    « Mon nom est Sandy Duperval. Je suis porte-parole de Fierté Montréal et j’aimerais prendre le temps de vous parler, deux minutes. En mon nom personnel et au nom de toute l’équipe de Fierté Montréal, nous nous excusons de la situation qui s’est passée aujourd’hui alors qu’on n’a pas pu faire le défilé. Par contre, vous nous avez appris une leçon importante : la fierté, c’est vous et il n’y a personnes qui va vous enlever vos droits. »

    Ensuite, ce fut au tour du chanteur et drag queen superstar brésilien.ne, Pabllo Vittar de s’emparer de la scène.



    Un superbe FEMINIX
    FeminiX a mis en scène des femmes de la diversité avec des performances vibrantes, renversantes et dansantes. Ce merveilleux cocktail musical de la pop au rap et de l’indie au disco, nous a permis d’entendre et de danser avec Ariane Moffatt, Sarahmée, Laura Niquay, Calamine, DJ Kris Tin et DJ Sam.



    Pas de défilé officiel, mais on a défilé malgré tout
    L’annulation du très attendu défilé de Fierté Montréal — sur lequel certain.e.s travaillaient depuis des jours, des semaines ou des mois —, a pris tout le monde par surprise. Le défilé de 2,9 km devait parcourir le boulevard René-Lévesque, entre les rues Metcalfe et Alexandre DeSève, à partir de 13 h. Des centaines de milliers de personnes prévoyaient y participer comme c’est le cas presque à chaque année pour célébrer les progrès accomplis dans l’avancement des droits des communautés LGBTQ2+ et mettre de l’avant leurs revendications, l’ouverture de leur entreprise ou le travail de leur organisme. Heureusement, l’annulation du défilé officiel a donné naissance à quelques marches spontanées où les gens ont pu exprimer leur fierté dans les rues de la métropole. Au moins trois groupes de marcheurs se sont formés dans les rues de Montréal en après-midi, quelques heures seulement après l’annonce de l’annulation du défilé de Fierté Montréal. Les participants, porteurs de drapeaux multicolores, qui s’étaient en partie rassemblés au Dorchester Square avant midi (au de rendez-vous initialement prévu pour le défilé), se sont ensuite dirigés vers le Village, en passant par la rue Sainte-Catherine, menés par un camion orné de banderoles de l’«Afro Pride», dans une ambiance festive. La police de Montréal a escorté les marcheurs et dégagé les rues sur leur chemin. Un groupe de marcheurs fétichistes et de «puppy» s’est formé rue Sainte-Catherine devant le métro Beaudry et s’est rendu au Square Émilie Gamelin ou déjà d’autres personnes s’étaient donné rendez-vous. Un peu plus de 2000 personnes ont alors entrepris une marche rue Saint-Hubert qui les a menées sur le plateau avant de se diriger vers la rue Saint-Urbain, puis revenir vers le Village. Toutes les personnes rencontrées lors de la journée et qui avaient prévu participer au défilé officiel ou y assister ont regretté l’annulation du défilé, qui devait être le point culminant d’une semaine de festivités (qui se sont malgré tout déroulées rondement sans problèmes apparents), mais ont été réconfortées de voir des groupes défiler malgré tout.
    (VOIR AUSSI L’ARTICLE ICI)


    Quelques prix remis par Fierté Montréal cette année

    Celeste Trianon – Photo : SERGE BLAIS

    Celeste Trianon recoit le prix Bâtisseur.euse
    Fierté Montréal a remis le prix Bâtisseur.euse à Celeste Trianon, personne transféminine de 18 ans, et activiste en droit trans au Centre de lutte contre l’oppression des genres. Elle s’est lancée tête première dans un travail de mobilisation militante et communautaire visant à freiner les pires reculs en matière des droits des communautés trans du Québec, coordonnant une grande partie de la riposte communautaire face au projet de Loi 2 en octobre 2021. Et ce fût une victoire! Depuis le 17 juin 2022, les communautés trans et non-binaires du Québec peuvent compter sur une toute nouvelle version de cette Loi, permettant notamment la mention X pour les personnes non-binaires. Dès que celle-ci est entrée en vigueur, Celeste a organisé des dizaines de cliniques légales de changements de mention de sexe à l’État civil qui ont aidé des centaines de personnes trans et non-binaires à compléter le processus. Elle était aussi l’organisatrice de la Marche trans de 2022.

    Jordan Arseneault (Peaches Le Poz) et Jade Elektra
    – Photo : Alison Slattery

    Le prix Claude-Tourangeau remis à deux personnes
    Fierté Montréal a remis prix Claude-Tourangeau à Jordan Arseneault (Peaches Le Poz), militant séropositif, traducteur et artiste de la scène queer montréalaise et à Jade Elektra, activiste VIH, queer, Noire, chanteuse et artiste de scène originaire de Tampa, Floride, basée à Toronto, Canada. Nous sommes fier.ère.s de reconnaître ainsi l’activisme, la résilience et la contribution de ces deux personnes s’étant démarquées dans la lutte contre la sérophobie. Le prix Claude-Tourangeau est remis par Fierté Montréal à chaque année à une personne ou à un organisme afin de souligner son apport exceptionnel à la lutte contre la sérophobie. Le prix a été établi en l’honneur du militant Claude Tourangeau, qui a consacré ses dernières années à la lutte au VIH/Sida et au soutien des personnes qui en sont affectées.

    Armand Monroe par Simon Gamache – Photo : SERGE BLAIS

    Le prix John-Banks a été remis à Armand Monroe
    Le prix a été remis à Armand Monroe par Simon Gamache DG de Fierté Montréal et Sandy Duperval, porte-parole de l’événement, afin de souligner sa contribution exceptionnelle pour les droits des communautés 2SLGBTQIA+, À une époque où l’homosexualité était considérée comme un crime, celui qui est aussi connu sous le nom La Monroe, a révolutionné les bars gais en offrant à cette communauté des spectacles spécialement conçus par et pour les personnes gaies. Il a donc participé à rassembler nos communautés, et à leur offrir des endroits sécuritaires pour festoyer et être authentiques. Le 17 août 1958, à l’occasion de son 24e anniversaire, La Monroe réussit à faire suffisamment pression afin que les hommes gais puissent, pour la toute première fois, obtenir l’autorisation légale de danser ensemble. De 1957 à 1990, La Monroe anime des soirées drag et des cabarets gais à Montréal. En juin 1979, à l’occasion du tout premier défilé de la Fierté à Montréal qui a attiré 52 activistes, La Monroe agite en tête de cortège un immense triangle rose aux côtés du militant John Banks.


    LES CONFÉRENCES


    LES EXPOSITIONS

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité
    Publicité