Samedi, 26 novembre 2022
• • •
    Publicité

    La Coalition Avenir Québec s’exprime sur différents sujets d’intérêts pour les personnes LGBTQI+

    À l’approche des élections provinciales du 3 octobre 2022, nous avons contacté au déclenchement des élections au début septembre, les 6 principaux parti politiques du Québec — Coalition Avenir Québec, Québec Solidaire, Parti Libéral du Québec, Parti Québécois, Parti Vert du Québec et Parti Conservateur du Québec — pour connaître leur position officielle sur différents sujets d’intérêts pour les personnes LGBTQ+ du Québec. Il leur était possible de développer leurs réponses de la manière qu’ils désiraient le faire. 

    Seul le Parti conservateur du Québec a prétexté un manque de temps «en cette période électorale» comme excuse pour ne pas répondre aux questions de l’équipe de rédaction de Fugues. Nous avions tout de même donné un délai (flexible) d’au moins deux semaines aux différentes équipes pour répondre. Nous publions maintenant, dans leur intégralité et dans des textes distincts, les réponses reçues de la Coalition Avenir Québec, de Québec Solidaire, du Parti Libéral du Québec, du Parti Québécois, du Parti Vert du Québec et la non-réponse du Parti Conservateur du Québec. 

    Vous retrouvez ci-dessous les réponses de la Coalition Avenir Québec.

    1. Comment vous positionnez-vous par rapport à la lutte contre l’homophobie et la transphobie ? Votre parti, s’il est (ré)élu, s’engagera-t-il à poursuivre le plan lancé par le gouvernement sortant ou proposer un plan différent (et si c’est le cas, que mettrez-vous spécifiquement de l’avant)?

    Un gouvernement de la CAQ poursuivra dans la lancée de son plan de lutte contre l’homophonie et la transphobie.

    2. Quelles mesures, comme gouvernement, entendez-vous prendre, si votre parti est élu, pour favoriser une meilleure acceptation par la population de la diversité sexuelle et de genre?

    Le gouvernement de la CAQ mènera à terme la stratégie présentée dans le cadre du Plan de lutte à l’homophobie et ira de l’avant avec les éléments laissés de côté à la fin de la précédente législature dans le cadre de réforme amorcée avec le projet de loi 2, notamment les portions concernant la gestation pour autrui et la filiation.

    3. Comme le rappelait récemment, le Conseil québécois LGBTQ, le sous-financement est le principal obstacle à la réalisation de la mission et du bon fonctionnement des organismes 2ELGBTQI+ (Bispirituel.le.s, Lesbiennes, Gais, Bisexuel.les, Transgenres, Queers et autres personnes de la diversité sexuelle et de genre) ? Prévoyez-vous de remédier à cette situation. Si oui, de quelle(s) manière(s) ?

    Un gouvernement de la CAQ assurera un financement adéquat des groupes qui oeuvrent au respect des droits des personnes et de la diversité de genre, comme il le fait pour les autres groupes de défense des droits.

    En plus du financement à la mission, la CAQ continuera à soutenir les projets proposés par les organismes communautaires qui développent des initiatives porteuses pour la communauté 2ELGBTQI+.

    4. Estimez-vous que l’inclusion des diversités est un enjeu d’importance pour les entreprises du Québec ? Et si oui, quelles sont les mesures que vous mettrez en place afin d’assurer l’inclusion de la diversité en milieu de travail, dont celle LGBT ainsi que le financement des initiatives allant dans ce sens ?

    Il s’agit d’un enjeu essentiel. Sachant qu’environ 15 % des Québécois LGBT ont démissionné à cause d’un milieu de travail peu inclusif et que 21 % ont déjà pensé à le faire, il est évident qu’il y a encore du travail à faire.

    Il est inacceptable que des personnes se sentent discriminées. À plus forte raison en situation de pénurie de main-d’oeuvre, on doit en faire plus pour que ces personnes puissent trouver leur place. Les entreprises doivent faire leur part.

    Depuis 1977, l’orientation sexuelle figure au nombre des motifs de discrimination interdits par la Charte des droits et libertés de la personne. Le Québec s’est ainsi placé à l’avant-garde. Depuis, le gouvernement de la CAQ y a également fait inscrire l’identité de genre. Il s’agit d’un geste important pour mieux reconnaître la réalité des personnes non-binaires.

    Par ailleurs, les organismes constituent la plupart du temps le premier rempart vers lequel se tournent les citoyens. Ils jouent un rôle essentiel. C’est pourquoi nous allons continuer à soutenir les organismes qui assurent un rôle de soutien et de conseil auprès des personnes victimes de discrimination.

    5. Dans un univers où l’avenir des médias québécois (journaux, magazines d’information et communautaires) est mis en danger par Google et Facebook (rappelons que plus de 75 % des revenus se retrouvent chez ces 2 entreprises). Un gouvernement dirigé par votre parti, s’engage-t-il à prendre les mesures économiques pour protéger l’avenir des médias spécialisés comme Fugues? Si oui, lesquels plus spécifiquement?

    Nous considérons que l’accès à une information québécoise de qualité et diversifiée est primordial pour la population québécoise et que les médias d’information sont un service essentiel, d’autant plus lorsque le bien-être et la sécurité de populations vulnérables sont en jeu.

    Nous estimons également que la liberté de la presse est fondamentale : c’est pourquoi, dans l’élaboration des mesures d’aide, une attention particulière est portée à préserver l’indépendance journalistique et éditoriale des médias.

    Le principal enjeu auquel sont confrontés les médias d’information est d’arriver à tirer profit des contenus numériques et donc, de redéfinir un nouveau modèle d’affaires. C’est pourquoi l’approche privilégiée par le gouvernement de la CAQ dans la mise en place de mesures d’aide aux médias a été d’offrir un soutien transitoire en stimulant l’adaptation des modèles d’affaires des entreprises médiatiques au contexte numérique.

    6. Dans la lutte contre le VIH, comment comptez-vous atteindre les objectifs de l’ONUSIDA, avec 95% des gens dépistés, 95% des personnes séropositives au VIH sous traitement et donc 95% de personnes devenant indétectables pour 2025 ?

    Les services de dépistage du VIH/Sida et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) sont offerts gratuitement et en toute confidentialité dans les CLSC. On veut maintenir ces services qui sont essentiels. Par ailleurs, pour assurer la réalisation de ces objectifs au Québec, il est primordial que les milieux communautaire, politique, scientifique et financier se rallient. Nous viserons à travailler avec ces divers milieux afin d’améliorer l’accès au dépistage du VIH et de toutes les ITSS. Nous allons également poursuivre les efforts en réduction des risques et des méfaits en déployant des services adaptés aux besoins des personnes et des populations clés tout en agissant sur les déterminants sociaux de la santé en créant des environnements favorables.

    7. Actuellement, une personne qui prend la PrEP (Prophylaxie pré-exposition) afin de prévenir de contracter le VIH, doit débourser le montant annuel de la franchise de l’assurance prevention (privée ou publique) tout comme les personnes vivant avec le VIH. Votre parti envisage-t-il la gratuité des soins lié au VIH/Sida et à sa prevention?

    Au sujet de la gratuité des soins et la liste des médicaments couverts par la RAMQ, des révisions de la liste ont lieu plusieurs fois par année. Nous nous fions aux recommandations de l’INESSS et aux groupes de spécialistes.

    8. La réforme du droit de la famille a été partielle. Le prochain gouvernement devra s’attaquer aux questions mises de côté, en particulier le dossier des mères porteuses, qui touche spécifiquement les couples d’hommes gais et les femmes qui ne peuvent porter d’enfants. Actuellement, les ententes conclues entre mères porteuses et les parents d’intention n’ont aucune valeur légale. Quelle est la position de votre parti à ce sujet?

    Un gouvernement de la CAQ mènera à terme cette réforme : le ministre de la Justice sortant, Simon Jolin-Barrette, s’y est fermement engagé. Il est essentiel de mieux encadrer la situation des mères porteuses.

    9. Votre parti est-il en faveur d’offrir une mention de genre neutre sur tous (ou certains) des documents officiels du Québec, à l’instar du passeport, comme la fait le gouvernement fédéral?

    Le gouvernement de la CAQ est le seul gouvernement à avoir réalisé une réforme permettant aux Québécois d’afficher un genre neutre sur certains documents officiels. Il est aussi le premier et seul gouvernement à avoir posé un geste concret pour reconnaître légalement la notion d’identité de genre.

    10. Comment comptez-vous soutenir le nouveau réseau international francophone LGBTQ, ÉGIDES, et de quelle manière comptez-vous dans des rencontres bilatérales et multilatérales faire valoir le respect des droits de la personne et des personnes LGBTQ à travers le monde ?

    Le Québec, à l’instar du MRIF, soutient activement le réseau ÉGIDES, et ce, depuis sa création. Il s’agit d’un véhicule important pour diffuser les enjeux des personnes LGBTQ à travers le monde francophone. Ce soutien se verra maintenu par un gouvernement de la CAQ.

    11. Au plan des soins de santé, plusieurs personnes transgenres demandent la gratuité des chirurgies et des soins d’affirmation de genre, l’interdiction d’interventions chirurgicales non consenties sur les personnes intersexe. Quelle est la position de votre parti à ce sujet?

    La personne qui participe au programme de réassignation sexuelle voit sa chirurgie de conversion défrayée par la RAMQ ; la CAQ entend maintenir cet acquis important. Ce programme ne couvre cependant pas les chirurgies de nature esthétique et la CAQ n’envisage pas actuellement d’ajouter ce volet au programme de la RAMQ.

    En ce qui concerne les interventions chirurgicales pour les personnes intersexes, dans le cadre de la loi 2, une interdiction de subordonner l’indication du sexe de l’enfant au constat ou à la déclaration de naissance a été prévue. Il s’agit d’une action importante pour limiter les possibilités que des interventions chirurgicales non nécessaires ne soient imposées à des enfants.


    INFOS | Coalition avenir Québec (CAQ) coalitionavenirquebec.org

    Élections Québec www.electionsquebec.qc.ca

    Le 3 octobre, on inverse la tendance.
    Tout le monde vote.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité