All of Us Strangers en 3 questions

Pour All of Us Strangers, adapté du roman Présences d’un été (Strangers) de Taichi Yamada, Andrew Haigh a adopte un point de vue assez radical et courageux, loin de tout naturalisme. Le réalisateur britannique a répondu à 3 questions sur son film dans lequel il livre une vision personnelle et universelle de la souffrance et du deuil et de la possibilité d’une rédemption.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter le roman Strangers, du japonais Taichi Yamada et d’en faire une adaptation assez libre…
Andrew Haigh : Le livre raconte une histoire traditionnelle de fantômes dans laquelle il n’est pas question d’homosexualité. Mais il y a cette idée de remonter le temps et de retrouver ses parents à l’époque de sa jeunesse. C’est çà qui a déclenché le déclic chez moi.

PUBLICITÉ
We Can't Stop Watching Andrew Scott & Paul Mescal Make Out in 'All of Us  Strangers'

J’ai vu dans ces échanges un moyen pour un personnage gai d’exprimer des choses enfouies en lui depuis toujours et de faire, enfin, la paix avec lui- même. Le processus d’adaptation a été assez long car j’ai vraiment mis dans cette histoire une grande partie de ma vie personnelle. J’ai écrit ce scénario pendant la pandémie, enfermé chez moi. Ce qui m’a poussé à aller sans doute encore plus loin dans cette introspection, dans la perception de mon propre passé. Mais à chaque étape, j’ai essayé de faire résonner le personnel et l’universel.

All of Us Strangers ending explained: why does Adam see ghosts? | What to  Watch

Il était important pour moi de parler d’homosexualité, dans les échanges entre ce fils et ses parents morts trente ans plus tôt et à qui il peut enfin faire son coming out, fort de ce qu’il a pu traverser.

La maison des parents d’Adam dans le film… est celle de votre enfance, n’est-ce pas? Comment avez-vous vécu le tournage ?
Andrew Haigh : Ce qui est fou, c’est que la personne en charge des repérages soit tombée sur cette maison. Je n’y avais pas mis les pieds depuis 40 ans ! Mais quand la possibilité d’y tourner s’est présenté, je n’ai pas hésité une seconde.

PUBLICITÉ

En me lançant dans l’écriture de ce film, j’ai accepté une certaine vulnérabilité et je devais la conserver sur le tournage. Or quoi de mieux pour cela qu’un lieu où, à chaque instant, un souvenir de votre enfance – bon ou mauvais – peut ressurgir. Je crois que ç’a nourri le film, en l’entraînant encore plus loin.

Here's when you can stream the beautiful gay film the Oscars completely  snubbed

Comment en êtes-vous arrivé à choisir Andrew Scott pour incarner Adam ?
Andrew Haigh : Pour ce rôle, je voulais un comédien gai, car j’ai le sentiment que seul un homme gai pouvait comprendre ce que signifiait grandir gai dans ces années-là et saurait le traduire à l’écran. En fait, je ne voyais pas comment expliquer ce ressenti à quelqu’un qui ne l’aurait pas vécu. Le talent immense d’Andrew a fait le reste.

All of Us Strangers' star Andrew Scott, SAG snubs and surprises, more in  EW's The Awardist

Dans les plans rapprochés sur son visage, la manière dont on perçoit l’émotion qui remonte à la surface vous serre le cœur à chaque fois. Il livre une performance incroyablement subtile et il a eu le courage de s’exposer émotionnellement et physiquement.

Je lui suis très reconnaissant.  

INFOS | All of Us Strangers, de Andrew Haigh. Avec Paul Mescal, Andrew Scott, Claire Foy…
En salles et sur DISNEY+

PUBLICITÉ

Du même auteur

SUR LE MÊME SUJET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité