Vendredi, 3 Décembre 2021
• • •
    Publicité

    Prendre soins des gens qui en ont besoin

    Le 30e anniversaire de la Maison du Parc

    Comme plusieurs autres organismes communautaires VIH/SIDA – dont la Maison Plein Cœur –, la Maison du Parc marque déjà la troisième décennie de sa création. Aujourd’hui, on ne s’imagine pas la situation de l’époque des années 1980 et 1990, du peu de connaissances qu’on avait sur la maladie et sur des traitements inexistants ou presque. La Maison du Parc a ainsi soigné des centaines et des centaines de personnes à travers les années… Et elle continue encore aujourd’hui.

    Bientôt, certains médicaments seront disponibles aux séropositifs sous forme d’injection à recevoir une fois par mois. Pour les séronégatifs, la PrEP (prophylaxie préexposition sexuelle) sera même offerte en injection. La recherche a fait des pas de géants depuis le début du VIH/SIDA, il y a quarante ans. Mais il faut se replacer dans le contexte de la fin des années 1980 et du début des années 1990. C’était une toute autre histoire. «Au tout début, la Maison a été ouverte pour aider les gens en fin de vie. Il n’y avait pas de traitements, ils mouraient presque tous. Plusieurs maisons, dont la Maison du Parc, ont été créées pour offrir des soins palliatifs; souvent les gens décédaient seuls. De ces maisons d’hébergement offrant ce type d’accompagnement, il ne reste aujourd’hui, au Québec, que la Maison d’Hérelle et la Maison du Parc», souligne Monique Drolet, la directrice du développement de la Maison du Parc.

    On l’appelle d’ailleurs ainsi parce qu’il s’agit d’une belle maison en pierre comme on en voit des centaines sur le Plateau et qu’elle se trouve en face du parc La Fontaine. 

    La Maison comporte douze chambres qui sont d’ailleurs toujours occupées à l’année. Ses treize employés veillent à prendre soin de tout un chacun. «Les gens viennent ici parce qu’ils ont des troubles de santé ou des dépendances [drogues, alcool, etc.], parce qu’ils ont besoin d’assistance pour prendre leurs médicaments, les raisons sont variées, explique Monique Drolet.

    On essaie de voir l’ensemble de la personne, on leur offre du soutien psychologique pour qu’ils se refassent une santé mentale. Et quand ils sont prêts à partir, on les aide à se trouver un logement, du mobilier, etc. et on poursuit le suivi pour un certain temps pour qu’ils puissent retrouver une belle qualité de vie à l’extérieur de la Maison.»

    On appuie ainsi les patients jusqu’à ce qu’ils retrouvent une pleine autonomie. Ils reviendront pour du soutien psychologique, pour des services, peut-être pour un souper des Fêtes, etc. Ils ne seront jamais mis à la rue. La mission de la Maison du Parc est donc loin d’être terminée. «La demande est toujours là, nous sommes toujours plein. Ça ne change pas. On attend une cure au VIH/SIDA, et on espère qu’il y en aura une, mais il y aura toujours des gens dans le besoin à qui il faut prodiguer des soins», poursuit Monique Drolet. 

    «Il ne faut pas penser que prendre une seule pilule par jour règle tout. C’est vrai pour beaucoup de gens, mais pour d’autres, c’est une toute autre réalité. À chaque année, plusieurs personnes meurent du VIH/SIDA, encore de nos jours. La Maison du Parc est là pour les accompagner vers leur décès», de conclure Monique Drolet.

    Église St. Andrew and St. Paul

    Le Concert Voix d’Espoir/Voices of Hope

    Petit rappel ici : même si le concert-bénéfice annuel de la Maison du Parc a eu lieu le 12 novembre dernier, on pourra toujours le visionner sur YouTube le 1er décembre, soit la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. 

    Les mélomanes auront le bonheur de voir et d’entendre la Messa di Gloria de Puccini, avec Charlotte Corwin, soprano, Marie-André Mathieu, mezzo-soprano, Haitham Haidar, ténor, Emmanuel Hasler, ténor, Pierre-Étienne Bergeron, baryton, et Jonathan Oldengarm, organiste; avec, également, le Choeur de l’église St. Andrew & St. Paul, le Chœur de chambre Schulich de l’Université McGill, et l’Association des musiciennes et musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM); le tout sous la direction du chef Jean-Sébastien Vallée, professeur de musique à l’Université McGill. 

    INFOS | Pour visionner ce concert sur YouTube, le 1er décembre à 20:00, la Maison du Parc vous demande de faire un don de 20$ (déductible d’impôts). Voici les liens :
    www.maisonduparc.org et aussi www.ciocm.org

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité