Mercredi, 29 juin 2022
• • •
    Publicité
    AccueilDestinationsCanadaLa Colombie-Britannique pour la première ou la dixième fois

    La Colombie-Britannique pour la première ou la dixième fois

    On parle souvent de la Colombie-Britannique, des jeunes qui vont récolter des fruits dans la vallée de l’Okanagan, des skieur.se.s et des planchistes qui dévalent les pentes de Whistler et des feux de forêt qui ont ravagé un village à l’été 2021. Pourtant, on ne dit pas assez que la province est l’endroit parfait pour un voyage urbain, plein air, culturel ou sportif à longueur d’année.


    Après notre atterrissage à Vancouver, le Sky Train nous mène au centre-ville où nous passerons quelques jours. Malgré les gratte-ciels environnants, nous comprenons vite que la nature
    omniprésente permet à la métropole britanno-colombienne de se démarquer avantageusement des autres grandes villes canadiennes. En seulement quelques minutes, vous aurez les pieds dans le sable de la Sunset Beach qui, sans être la plus belle, est un magnifique point de départ pour marcher tranquillement, un café à la main, le long de la côte, jusqu’à la célèbre baie des Anglais et son inukshuk digne d’un arrêt photo. Reprenez ensuite la route vers l’incomparable parc Stanley, le troisième plus grand parc urbain en Amérique du Nord. Suivez alors les multiples sentiers de cette oasis de plus de 400 hectares pour découvrir le jardin de roses, le lagon perdu, les mâts totémiques et tant d’autres surprises agréables pour les yeux et apaisantes pour l’âme.

    Si vous voulez rester en mode contemplation, mais dans un tout autre registre, prenez un autobus vers le secteur de la UBC (University of British Columbia), plus précisément en direction des escaliers menant à la très réputée Wreck Beach, qui comprend des sections nudistes prisées des hétéros et des personnes LGBTQ+. À l’image de la plage nudiste d’Oka, il y a des activités coquines dans certains buissons à l’abri des regards, mais sachez que l’énergie des lieux n’est pas entièrement sexuée. Même s’il fait 19 degrés Celsius dehors et que l’eau de mer est relativement froide, vous trouverez certainement le moyen de vous réchauffer le cœur et le corps. Si vous avez besoin d’un prétexte pour y retourner, découvrez ce que cache le Musée d’anthropologie, avant d’aller vous prélasser sur la plage les fesses à l’air.

    Autres propositions dignes d’intérêt à Vancouver, mais loin du centre-ville : le Jardin botanique Vandusen, qui n’a rien à voir avec les beautés de son équivalent montréalais, mais qui regorge d’assez de splendeurs pour égayer vos yeux durant quatre ou cinq heures (y compris un labyrinthe végétal qui rappellera des souvenirs aux fans de la saga Harry Potter) ; la plage de Kitsilano qui offre un panorama sur la ville, la mer et les montagnes pendant que les joueur.se.s de volleyball s’amusent et que les kitesurfs virevoltent sous vos yeux ; Granville Island, l’équivalent du marché Jean-Talon ou du marché Atwater isolé sur une île accessible en voiture, à pied ou à bord d’un petit bateau trop mignon : on vous suggère de faire le tour des boutiques en prenant votre temps et de vous poser devant une simili place publique avec un musicien très doué qui ravira vos oreilles pendant que vous dégustez les beignes fantasmagoriques de Lee’s Donuts.

    Maintenant, pourquoi ne pas quitter la grande ville le jour et revenir en soirée pour prendre un verre sur la Davie Street, la rue LGBTQ+ de Vancouver qui, bien qu’elle soit très loin du Village montréalais en matière d’offres de commerces et d’activités pensées par et/ou pour la communauté arc-en-ciel, a quand même un charme. En louant une voiture, roulez une heure vers Squamish ou deux heures — sur le même chemin — vers Whistler pour faire des randonnées destinées à tous les niveaux d’expertise ou du vélo de montagne, si vous y êtes en été, au printemps ou à l’automne. La route pour s’y rendre est en soi un argument très convaincant, tant sa situation entre mer et montagnes est mémorable. Dans le secteur de Vancouver Nord se trouve un autre joyau prisé des touristes, mais absolument incontournable : le parc Capilano, avec son pont suspendu, sa forêt humide digne de la résidence de Galadriel dans Le Seigneur des anneaux et une atmosphère hors de ce monde.

    Si vous avez le temps, prenez le traversier vers l’île de Vancouver. Vous pourrez alors y découvrir les beautés de la capitale, Victoria. On vous conseille fortement des arrêts aux sublimissimes Butchart Gardens, à l’immense marina, au marché des pêcheurs avec ses maisons flottantes, ainsi qu’une virée en mer pour observer baleines à bosse, orques, phoques et morses en quantité. En louant à nouveau une voiture, vous pourrez vous enfoncer dans l’incroyable nature insulaire : le phare et la végétation digne d’un film de science-fiction, qui s’avère aussi inquiétante qu’apaisante à Ucluelet ; les fameux arbres géants (les sapins de Douglas) du parc national Macmilan ou ceux du parc national Pacific Rim, ainsi qu’une séance de marche déambulatoire sur le sable de la Long Beach. Tofino attirera certainement les amateur.trice.s de surfs et de retraites de yoga, voire les voyageur.se.s en simple quête de restaurants, mais on vous conseille de prendre deux traversiers vers de minuscules îles au nord de Nanaimo : si l’île Denman nous est apparue d’un ennui terrible, il faut néanmoins la franchir pour accéder à l’île Hornby, où plusieurs habitant.e.s de l’île de Vancouver se rendent pour profiter de la plage en famille ou entre ami.e.s. Outre les plaisirs du sable chaud, vous pouvez louer un fat bike pour faire le tour de l’île ou découvrir les jolis sentiers situés un peu partout sur l’île. Il y a de quoi vous occuper plusieurs heures, voire une journée entière, avec les petits restaurants savoureux.

    Le retour sera un brin fastidieux. Un traversier de Hornby à Denman. Un autre de Denman à l’île de Vancouver. La route jusqu’à Victoria. Un autre traversier jusqu’au continent et un transport vers la suite de vos aventures ou vers l’aéroport, avant de poser vos fesses dans l’avion et de compter les jours, les mois ou les années avant de revenir vous émerveiller en Colombie-Britannique.

    Promis, juré, vous n’oublierez jamais votre séjour !


    INFOS | TOURISME COLOMBIE-BRITANNIQUE WWW.TOURISME-CB.COM

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité