Dimanche, 25 septembre 2022
• • •
    Publicité

    «Je ne suis pas gai» ou quand l’homophobie russe s’exprime en un jeu télévisé…

    À des fins de propagande homophobe, la télé ruse propose, «Je ne suis pas gai» une émission honteuse où on démasque les homosexuels en usant paradoxalement l’homoérotisme…

    Depuis queques semaines, une émission insolite est diffusée en Russie ! « Я не гей » (en français : «Je ne suis pas gai» ) est un programme à mi-chemin entre BigBrother et Survivor, dont le concept est de trouver une découvrir  parmi les huit hommes enfermés ensemble lequel d’entre eux est «l’homosexuel». 

    Cette nouvelle trouvaille des médias russes pour lutter contre la «propagande LGBT» propose de démasquer l’«intrus» parmi tous les hétérosexuels à travers différentes épreuves controversées, comme notamment la réaction d’un candidat face à une stripteaseuse ou bien encore l’identification à l’aveugle et au toucher d’un fessier féminin ou masculin, il s’agit. 

    « Il y a des homosexuels dans le pays, mais il est difficile de les identifier », explique d’entrée de jeu Vitaly Milonov, qui coanime avec le blogueur Amiran Sardarov l’émission qu’on peut voir (entre autres) sur Youtube. Rappelons que Vitaly Milonov est ce député d’extrême droite et héraut de la lutte anti-LGBT au pays de Vladimir Poutine qui est à l’origine de la loi contre la «propagande LGBT».

    Les participants ont 52 minutes afin de décider de leur vote. Et tout comme Big Brother, l’un d’entre eux sera éliminé par la majorité à chaque épisode. Si finalement la personne homosexuelle réussit à traverser les huit épisodes sans avoir été éliminée, elle remportera deux millions de roubles (un peu plus de 34 000$ canadiens). À l’inverse, les candidats qui l’auront identifiée se partageront la somme.

    Sur fond de musique angoissante, une voix off annonce que dans le pays, trouver un homosexuel, c’est un peu comme trouver un McDonald’s qui fonctionne. Il y en a certainement, mais finalement peu et une minorité de personnes les connait. 

    Ensuite, c’est l’arrivée des candidats qui saluent ensuite en s’esclaffant un coq en cage. Il faut savoir que dans les prisons russes, le « coq » définit un homosexuel… Une insulte si grave que de nos jours, elle a presque disparu du langage courant. Enfin, les participants découvrent un salon décoré avec des photos d’hommes âgés qui s’embrassent… Mais aussi, de cerfs qui copulent Tout au long de l’émission on a droit à un festival de clichés anti-gais : danse poteau et lap dance en slip à paillettes, t-shirts humides laissant entrevoir des pectoraux saillants… toute une propagande anti-gaie se déploie en mois d’une heure.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité