Samedi, 24 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Patrick Delisle-Crevier : au nom du père

    Avec Mon père aux îles Moukmouk, l’auteur montréalais ose se (re)trouver en terrain inconnu : il parle de lui et se dévoile à ses lecteurs. Résultat ? Le voyage littéraire incontournable de la saison chaude.

    Il a foulé tous les tapis rouges et tendu son micro aux plus grandes étoiles. Dans la constellation des journalistes culturels, Patrick Delisle-Crevier est une star. Il est LE journaliste vedette de Québecor Média. Chroniqueur chevronné, il rédige plusieurs sections de l’hebdo 7 Jours. Plus tôt dans sa carrière, il a signé des douzaines de textes dans La Presse, et interviewé Madonna pour… Fugues !

    Mais le confident des vedettes est aussi un auteur prolifique. Il a signé, entre autres, près d’une dizaine de biographies jeunesse de la collection Raconte-moi, dont celles de Céline Dion, Félix Leclerc, Marie-Mai et Leonard Cohen. En 2016, il a aussi publié le livre Oiseaux rares de Montréal aux Éditions de l’Homme, suivi, deux ans plus tard, du livre Patrick Bourgeois raconté par…

    Dans Mon père aux îles Moukmouk, Patrick nous raconte la plus grande surprise de sa vie, digne d’une fiction rocambolesque. À l’âge adulte, alors qu’il se croyait quasiment sans famille, il découvre qu’il est membre d’un clan généreux. Aux funérailles de son père, il apprend plus précisément que celui-ci menait une… triple vie ! Fugues est allé à la rencontre du nouveau romancier.  

     
    Que raconte votre premier roman ?
    Lorsque j’avais sept ans, peu de temps après la mort de ma mère, mon père est disparu. Il s’est carrément volatilisé. Lorsque je demandais aux adultes de mon entourage où il était parti, ils me répondaient « aux îles Moukmouk ». J’ai longtemps cru que c’était la vérité, de là le titre de mon roman. Celui-ci raconte ma relation avec mon père, mais aussi sa vie secrète, pour ne pas dire la triple vie qu’il menait. À ses funérailles, j’ai découvert son pot aux roses : il n’était pas sur des îles lointaines, mais bien à quelques pas de chez moi, dans le quartier Rosemont. Là-bas, il n’avait pas une, mais deux familles et donc plusieurs enfants. Ce livre, c’est aussi ma relation avec eux.
     
    Est-ce plus facile ou difficile d’écrire sur soi que sur les autres ?
    Après avoir rédigé une dizaine de biographies, écrire sur moi a été un grand bonheur. J’aime résumer le parcours des autres, mais l’exercice est bien différent. Écrire une partie de mon histoire pour en faire un récit, ça se fait de façon plus spontanée, c’est plus fluide et, aussi, ça laisse plus de place pour un style littéraire. J’ai rédigé ce livre comme un roman, mais mon histoire, elle, était en moi, bien palpable et réelle. Donc ce fut probablement plus facile et, surtout, j’étais beaucoup plus libre.

    Vous avez une mémoire redoutable. Comment avez-vous su retenir tant de détails du passé ?
    J’ai effectivement une mémoire phénoménale. Mon meilleur ami saurait vous le dire : je me souviens de la plupart des moments de notre jeunesse, nos bons et mauvais coups, ainsi que nos soirées festives, alors que lui a tout oublié ! Lorsque de petits détails du passé m’échappent, je me réfère aussi au journal intime que je tiens depuis que j’ai huit ans.

    Fleurette, votre grand-mère, est un personnage emblématique du Village. Aviez-vous déjà couché sur le papier une partie de sa vie ?
    Oui, à vrai dire, je prends des notes depuis plus de dix ans. Ma grand-mère était un peu la mascotte du Village. En plus de sortir au Sky chaque semaine, elle était la plus grande fan de Mado Lamotte et de ses populaires Bingos. Elle ne manquait pas non plus un mardi Martini et avait toujours son char allégorique dans les défilés de la Fierté. Bref, ma grand-mère était tout un personnage ! Après sa mort en 2007, j’ai voulu écrire son histoire, la nôtre, mais j’en étais incapable. Le deuil étant trop difficile, j’ai longtemps repoussé l’idée. Mais ce livre est en moi, fin prêt à sortir. Faisant partie de mes prochains projets, il s’intitulera Mommy en rose.

    Fleurette CREVIER et MADO

    Que pensez-vous que votre grand-mère dirait de Mon père aux îles Moukmouk ?
    Elle serait d’abord surprise que j’écrive sur mon père, cet homme que j’ai si peu connu. En même temps, elle serait fière de ce livre. J’y raconte de belles scènes de ma vie avec mes grands-parents sur la rue Marquette et de notre vie ensemble. Je pense aussi qu’elle serait très contente de me savoir si bien entouré de frères et sœurs.

    Et qu’en a pensé le reste de votre famille ?
    Je pense que mes frères et sœurs seront contents et fiers du résultat. Je n’y rends pas hommage à mon père, mais plutôt à notre histoire, à notre relation entre frères et sœurs développée sur le tard. Mon frère Denis m’a souvent demandé si j’allais un jour coucher sur le papier notre histoire…

    Eh bien, la voilà ! Écrire sur sa famille est un exercice particulier, car tu pèses chaque mot, tu choisis bien chaque phrase. Plus encore, tu portes une attention particulière à chaque détail parce que tes personnages sont bien réels et humains. J’ai longtemps repoussé ce projet par pudeur, mais le tournage de la série Double vie, sur notre histoire familiale, est venu changer les choses. Dès le dernier jour du tournage, je me suis installé pour écrire Mon père aux îles Moukmouk. Tout était à la surface de ma mémoire puisque j’avais rencontré des gens et visité des lieux du passé de mon père. C’était le moment ou jamais de boucler la boucle.
     
    La rédaction de ce livre vous a-t-elle donné le goût de la parentalité ?
    Ce goût est en moi depuis toujours, mais chaque fois la vie semble me mener sur d’autres chemins. Et si ça n’arrive pas, ce sera bien correct. J’ai eu la chance d’avoir mon neveu Sam près de moi durant une grande partie de son enfance et de son adolescence. Ensuite, il y a eu Zak, le fils de ma grande amie de qui je suis très proche. Désormais, j’ai aussi une panoplie de neveux et de nièces, et mon meilleur ami a deux enfants que je m’amuse follement à voir grandir. Chose certaine, si je suis père un jour, je vais être un père présent et non un père aux îles Moukmouk. 
     
    Vous avez rédigé les biographies jeunesse de Xavier Dolan et de Yannick Nézet-Séguin. Est-ce important, pour vous, de présenter aux jeunes queers des modèles ?
    Oui, c’est même très important. Lorsque j’ai commencé à écrire la série Raconte-moi, j’avais déjà l’idée de vouloir faire celle de Yannick Nézet-Séguin parce que cet homme est le genre de modèle que j’aurais aimé avoir durant l’enfance. Dans mon histoire, le fil narratif est mené par le jeune Ludwig, un apprenti chef d’orchestre qui part à la conquête de l’histoire de Nézet-Séguin avec ses deux papas. J’ai vraiment voulu montrer des couples gais qui vivent une vie dans la normalité pour ainsi prouver que leur modèle familial est possible et viable. Raconte-moi Yannick Nézet-Séguin résume, oui, la vie et le parcours du maestro, mais c’était important pour moi qu’il y ait un chapitre sur le coming out du grand chef, ainsi que des passages liés à l’homoparentalité.
     
    Avez-vous déjà pensé à votre prochain livre ? 
    Oui, en ce moment, j’ai quatre projets sur la table, peut-être même cinq. Mais le prochain à voir le jour sera Le Montréal de Leonard Cohen qui paraitra dans quelques mois. Dans ce livre, Cohen sera raconté par des Montréalais ayant croisé son chemin. J’ai aussi Si maman si, un roman dans lequel je vais inventer à ma mère la vie qu’elle n’a, hélas, jamais pu avoir. Il y a aussi 100 Métropolitain, l’histoire d’une amitié d’une vie entre deux garçons, qui est inspirée de celle avec mon meilleur ami. Et c’est sans oublier Mommy en rose, sur ma Fleurette Crevier que Mado appelait affectueusement sa « Crevette fleurie ». 

    Mathieu Chantelois [email protected]

    INFOS | Mon père aux îles Moukmouk de Patrick Delisle-Crevier
    En librairie dès maintenant
    248 pages | 27,95 $ ISBN : 978-2-7648-1421-5
    Disponible en format numérique

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité