Dimanche, 3 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Margot Heuman, rescapée juive lesbienne de la Shoah, meurt à l’âge de 94 ans

    Margot Heuman, déportée juive, était l’une des rares survivantes lesbiennes de l’Holocauste à avoir pu transmettre son histoire.

    Si faute de traces, faute d’écoute, la plupart de récits des lesbiennes rescapées des camps de concentration n’ont pas été transmis, Margot Heuman n’a eu de cesse de témoigner. Cette survivante juive lesbienne de la Shoah est décédée le 11 mai à l’âge de 94 ans dans un hôpital de Green Valley, en Arizona, nous a appris ce 27 mai le New York Times. Elle nous laisse son témoignage riche, et le récit peu commun d’une histoire d’amour vécue dans les camps qui lui aura permis de survivre.

    L’invisibilité frappe souvent les lesbiennes. Ce n’est pas propre à cette période-là, il y a une visibilité moindre de la répression vécue par les lesbiennes pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Deux survivantes
    C’est en effet la judéité de la famille Heuman qui constituera le motif de sa déportation en 1943 depuis Lippstadt, en Allemagne, jusqu’à Theresienstadt, un “ghetto de transit” en actuelle République tchèque. Margot n’a alors que 14 ans. C’est en déportation qu’elle tombera amoureuse de Dita Neumann, une jeune Viennoise. Un an après son arrivée, le père de Margot Heuman est surpris alors qu’il vole de la nourriture, ce qui vaudra à la famille d’être envoyée à Auschwitz un mois plus tard. Dita Neumann et sa famille les y rejoindront peu après. Si les époux Heuman ainsi que leur fille cadette n’ont pas survécu aux camps, Margot Heuman et Dita Neumann, elles, ont fini par s’en sortir. 

    «Si cela n’avait pas été pour elle, je ne serais pas en vie.»
    Margot Heuman affirmera des années plus tard que leur lien avait maintenu les deux jeunes femmes en vie. «Nous avons tout partagé», a-t-elle raconté en 1992 dans un récit enregistré par le United States Holocaust Memorial Museum. «Toutes ces années, après Auschwitz, je n’ai jamais rien mangé sans le partager avec elle, peu importe à quel point j’avais faim. Elle a fait la même chose, et je pense que si cela n’avait pas été pour elle, je ne serais pas en vie. Et je ne pense pas qu’elle serait en vie s’il n’y avait pas eu notre relation non plus.»

    Le couple est libéré par les forces britanniques le 15 avril 1945 du camp de Bergen-Belsen, en Allemagne, avec environ 60 000 autres prisonniers, rappelle le musée. Les jeunes femmes sont ensuite séparées. Dita Neumann est envoyée en Angleterre tandis que Margot Heuman est emmenée à Stockholm par la Croix-Rouge suédoise. Elles restent amies mais vivent chacune leur vie de leur côté. Dita est morte d’un cancer en 2011, au Canada, son premier amour à son chevet. Margot Heuman quant à elle vivra aux États-Unis où elle épousera Charles Mendelson en 1952 avant de divorcer en 1976. De cette union naissent deux enfants. En 2019, elle racontera qu’elle avait le sentiment qu’elle «devait à [ses] parents d’avoir des enfants», explique le New York Times.

    Il faudra attendre 2018 pour que Margot Heuman raconte son histoire d’amour à la chercheuse Anna Hajkova, elle-même lesbienne et historienne spécialiste de la vie quotidienne et de la sexualité pendant la Shoah. Cette dernière confie au New York Times que «presque aucun» des 52 000 témoignages de survivants juifs qui se trouvent dans les archives de la Shoah Foundation «ne parle de désir homosexuel». L’histoire de Margot Heuman a été adaptée en 2021 dans une pièce, La vie Fantastique de Margot Heuman,. Elle sera aussi présente dans un prochain livre d’Anna Ajkova.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité