Samedi, 2 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Une danse pour ados LGBTQ en Nouvelle-Écosse va de l’avant malgré des menaces

    Une danse pour adolescents LGBTQ aura lieu vendredi à Sydney, en Nouvelle-Écosse, malgré de présumées menaces faites en ligne envers les participants.

    Madonna Doucette est la directrice du projet jeunesse au Cap-Breton, qui organise l’événement. Elle dit avoir reçu un message sur Facebook de quelqu’un qui aurait repéré une menace de violence armée contre les participants.

    «J’étais très en colère quand j’ai entendu ça», témoigne Madonna Doucette. «J’étais frustré qu’une rumeur puisse avoir autant d’impact sur quelque chose de très important pour les enfants que je sers.»

    Elle explique que les danses LGBTQ ont commencé il y a environ huit ans. C’est devenu un bal annuel où les élèves du secondaire sont accueillis dans un endroit où ils peuvent réellement être eux-mêmes. «C’est un espace qui leur est entièrement dédié», dit-elle.

    C’est vraiment une occasion unique pour ces enfants d’être vraiment détendus et de célébrer qui ils sont. Beaucoup de jeunes qui accèdent à nos services ont souvent l’impression qu’il n’a pas de place pour eux dans la société.

    Parents secoués
    Serena Matheson dit que ses deux enfants seront au bal de vendredi pour la première fois. Elle est bouleversée de savoir que quelqu’un menace de potentiellement blesser des participants.

    «Je suis surprise qu’en 2022, ce soit toujours quelque chose auquel la communauté est confrontée», avoue Serena Matheson.

    La nouvelle à aussi fâchée la maman, mais pas question d’empêcher ses enfants de participer. « Si j’ai besoin de rester à l’extérieur et d’être une barrière pour tout danger potentiel, je suis prête à le faire.»

    Les organisateurs de la danse disent qu’une entreprise de sécurité locale leur a aussi proposé ses services gratuitement.

    La police aux aguets
    Desiree Magnus, porte-parole de la police régionale du Cap-Breton, a confirmé qu’un rapport a été reçu d’une personne qui a déclaré avoir vu des menaces proférées en ligne. «Pour le moment, rien n’indique une menace réelle», dit-elle. «Mais, nous prenons toute menace très au sérieux jusqu’à ce que nous soyons en mesure de prouver le contraire. Par mesure de précaution, la police sera présente tout au long de l’événement vendredi.»

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité