Samedi, 26 novembre 2022
• • •
    Publicité

    Leynilögga / Cop Secret, film de clôture d’image+nation

    Un policier en déni de sa sexualité tombe amoureux de son nouveau collègue de travail, alors que les deux enquêtent sur une série de cambriolages de banque. Cop Secret est une satire intelligente des films d’action — tels que les films de la franchise Fast & Furious —, qui offre plusieurs couches de complexité et un regard intelligent sur diverses réalités sociales.

    Gardien de but pour l’équipe nationale de football d’Islande, Hannes Þór Halldòrsson signe ici son premier long métrage. Nous avons échangé avec lui sur le concept du film, le processus de production et sur les défis de jongler entre le football et le cinéma.

    Le film est un commentaire satirique sur les films d’action à gros budget, mais il parvient également à leur ressembler. De quel genre de budget avez-vous disposé ?
    Hannes Þór Halldòrsson : Je suis heureux que vous le disiez, car le budget était très réduit. J’ai fait une pub d’une durée de 30 secondes avec le même budget que ce film ! Et j’ai calculé que nous avions quelque chose comme 0,03 % du budget de Fast & Furious 9. Nous n’avons pas obtenu la subvention complète que vous pouvez obtenir en Islande pour les longs métrages, mais en fait, j’étais content que nous ayons obtenu au moins la moitié, car normalement seuls les films plus artistiques reçoivent un financement.

    Quand on s’y arrête, le film est assez unique pour le marché islandais. Nous n’avions que 20 jours de tournage et nous devions être très créatifs avec le budget dont nous disposions. Par exemple, nous n’avions pas assez d’argent pour un éclairage sophistiqué et nous avons opté pour tourner majoritairement en lumière du jour. Mais je voulais que le film ait l’air le plus professionnel possible avec les moyens dont nous disposions. La partition musicale a beaucoup aidé : j’ai demandé au compositeur d’élever le film avec la bande sonore…

    Pourquoi avez-vous voulu faire ce genre de film en particulier ?
    Hannes Þór Halldòrsson : En fait, c’est le genre de film que j’aime regarder moi-même et c’est donc le genre avec lequel je me sentais le plus à l’aise. Les deux acteurs principaux sont des amis que je connais depuis longtemps. C’était le genre de film qui émergerait naturellement de notre collaboration.

    Quand le sujet de l’homosexualité est-il entré dans l’histoire ?
    Hannes Þór Halldòrsson : Dès les débuts de l’écriture du scénario. Je voulais que les personnages soient les plusintéressants possible. J’ai commencé avec le concept d’un sketch comique et en écrivant le scénario j’ai senti qu’il fallait lui donner une âme, une substance et une tournure particulière. Je voulais une dimension humoristique, tout en transmettant quelque chose de positif à travers lui et [en éclairant] des sujets de société qui m’apparaissent importants. J’ai essayé de traiter de ce sujet avec autant de respect que possible.

    Pourquoi avez-vous choisi de présenter l’équipe féminine de football, plutôt que l’équipe masculine ?
    Hannes Þór Halldòrsson : Choisir l’équipe masculine de football aurait pu être une évidence, puisque j’en fais partie et que je connais tout le monde. Mais il y a déjà tellement de testostérone dans le film, que j’ai senti que nous devions l’équilibrer avec autant de personnages féminins forts que possible.

    De toute façon, le football féminin est assez populaire en Islande. Les niveaux de fréquentation ne sont pas encore aussi élevés que pour l’équipe masculine, mais heureusement ils ne cessent d’augmenter.

    Comment avez-vous réussi à concilier vos obligations de footballeur avec la réalisation du film ?
    Hannes Þór Halldòrsson : C’était assez difficile. Le football est ma profession principale et j’ai trois à quatre heures d’entrainement par jour, plus les matchs le week-end. Nous devions faire le tournage après la saison principale et j’ai également dû prendre quelques jours de congé. Le football est très rigide. De plus, le calendrier était très imprévisible pendant la pandémie, ce qui a rendu tout encore plus difficile.

    Comment vos coéquipiers ont-ils réagi à votre projet de film ?
    Hannes Þór Halldòrsson : Ils trouvaient ça drôle. J’arrivais toujours aux entrainements à la dernière minute, mais ils étaient impressionnés par la rapidité avec laquelle je pouvais changer de vêtements. L’entraineur ne savait pas que ma carrière de réalisateur était devenue aussi importante. Il a été surpris une fois le film sorti en Islande !

    INFOS | Ce film de Hannes Þór Halldórsson sera présenté en clôture de la 35e édition du
    festival image+nation. PROJECTION au Cinéma IMPÉRIAL, le 27 NOVEMBRE 2022, à 19H.

    En ligne, du 28 novembre au 3 décembre 2022.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité