Mercredi, 21 février 2024
• • •
    Publicité

    Le météorologue victime de «revenge porn» met en garde sur les dangers d’internet

    Après avoir été licencié de sa chaîne de télévision suite à la diffusion à son insu de photos intimes, le météorologue américain Erick Adame met en garde sur les dangers d’Internet.

    Présentateur météo sur la chaîne américaine Spectrum News NY1 depuis 6 ans, Erick Adame a été licencié en septembre dernier après que des images privées de lui sur des sites de webcam pour adultes aient été envoyées à son employeur ainsi qu’à sa famille. La personne ayant fait fuiter ces photos est restée anonyme et donc intraçable. 

    Le 19 septembre dernier, Erick Adame s’était déjà exprimé sur son compte Instagram afin de partager sa vérité, « plutôt que de laisser les autres contrôler ce qui se dit » sur sa vie. « J’ai été une figure publique apparaissant à la télévision devant des millions de personnes cinq fois par semaines pendant plus de 10 ans, et  je suis apparu aussi secrètement sur des sites de webcam pour adultes où je me laissais aller à des comportements compulsifs avec d’autres hommes. Tous ces rapports étaient 100 % consentis des deux côtés. C’était absurde de ma part de croire que je pouvais garder ça secret », explique t-il.

    « Mais qu’une chose soit claire » a tenu à préciser Erick Adame,« je ne m’excuse en rien de mon homosexualité et de mon épanouissement sexuel. Ce sont des cadeaux et je n’ai aucune raison d’en avoir honte. ».

    Malgré toute cette histoire dont il est victime, Erik Adame se montre optimiste : « Je suis assez naïf pour espérer retourner à la télé un jour et refaire ce que j’aime. Après tout, toutes les chances étaient déjà contre moi il y a 20 ans quand j’étais le fils de deux immigrés mexicains de la classe ouvrière, le premier de ma famille à aller à l’université, le premier à aller à la télévision, le premier à faire quelque chose de lui-même », explique t-il dans son post Instagram.

    Depuis son congédiement, il y a 4 mois, Erick Adame n’avait rien posté sur son compte Instagram. Mais l’ex-présentateur a brisé son silence, le 2 janvier, en postant une vidéo dans laquelle il s’exprime face caméra sur les « mois très durs » qu’il vient de passer. Il commence en dénonçant ceux qui ont exploité l’évènement et fouillé Internet afin de retrouver ses photos, des individus qu’il décrit comme étant des « prédateurs sexuels ». « La nouvelle a donné l’impression à ces prédateurs sexuels que je voulais être exploité et humilié de la sorte, comme si c’était quelque chose qui me prodiguait du plaisir. Je n’ai jamais voulu que ces images sortent et je n’ai jamais voulu de ce genre d’attention ».

    Il insiste sur le fait qu’il ignorait que des comptes-robots pouvaient enregistrer ces sessions de webcams privées sans que les intervenants ni le site hébergeur ne le sache. « Ces bots enregistrent de manière automatique vos écrans et postent ce qu’ils ont directement sur d’autres sites sans votre permission ni consentement. Quelqu’un se fait peut-être actuellement de l’argent sur votre dos, en utilisant des images privées de vous sans que vous le sachiez », précise t-il.

    Erick Adame demande à ses harceleurs de le laisser tranquille et souhaite à ses followers une bonne année : « J’espère qu’en 2023 vous pourrez me retrouver sur vos télévisions ».

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité